leral.net | S'informer en temps réel

Comment Wade a exploité la bourde politique de Macky Sall

Le mensuel “La lettre du Continent” (Lc) dans sa dernière edition, a largement évoqué le retour au bercail de Wade et la vaine tentative du régime en place d’éviter une grosse mobilisation des partisans du Pape du Sopi. Lc est aussi revenue sur les doutes de Niasse, Tanor, le statut d’opposant d’Idy et la présence à l’aéroport de Baldé et Pape Diop. Tout ceci dans un contexte “d’essoufflement voire d’autisme” du régime de Macky avec une Mimi Touré qui serait sur le départ, analyse Lc.


Rédigé par leral.net le Samedi 3 Mai 2014 à 20:03 | | 5 commentaire(s)|

Comment Wade a exploité la bourde politique de Macky Sall
“La lettre du continent” (Lc) a décrypté dans son édition du 30 avril 2014 l’arrivée en fanfare” de l’ex-locataire du Palais de la République Abdoulaye Wade qui, rusé comme un renard, a su profiter de la “fausse note” de Macky Sall qui a coûte que coûte voulu empêcher qu’il débarque à Dakar en plein jour. Le comeback de Wade, écrit le journal, “n’est pas de bon augure pour Macky Sall. En tentant vainement d’entraver, sinon d’empêcher le retour de son prédécesseur au pays, le chef de l’Etat Sénégalais a commis une veritable bourde politique.

Outre le fait qu’il a subitement réactivé une lutte sans merci avec son ancien mentor, Macky Sall vient, par ce faux pas, de rebooster tous ses adversaires et de fragiliser ainsi un peu plus sa gouvernance”. Conscient qu’il tient le bon bout, Wade, analyse la Lc, a ressoudé le Parti Démocratique Sénégalais et ravi la vedette à ses plus farouches contempteurs. Il a réussi à faire le buzz auprès “d’une opinion publique sénégalaise en proie au scepticisme généralisé. Deux ans après avoir sévèrement mordu la poussière au second tour de la Présidentielle de 2012, le Gorgui, 88 ans, requinqué comme jamais après vingt deux mois d’exil volontaire passé dans son pavillon de Versailles, s’est soudainement remis en selle pour livrer une nouvelle bataille: laver l’honneur de son fils et pointer le bilan ( forcément negatif) de son successeur”.

WADE EN POSTURE VICTIMAIRE

En tentant vainement de torpiller la venue de Wade, poursuit Lc, le regime de Macky Sall a, malgré lui, placé le vieil homme dans une posture victimaire et de véritable chef de l’opposition. Le Pds, qui battait de l’aile avec des défections en cascade, a repris du poil de la bête, note le journal qui est revenu sur la présence à l’aéroport Léopold Sédar Senghor le 25 avril dernier, de Pape Diop et Abdoulaye Baldé qui sont désormais en passe de retrouver leur statut dans les instances dirigeantes du parti. Le retour au bercail de Wade, toujours selon le journal, intervient dans un contexte où le pouvoir en place “fait montre de sérieux signes d’essoufflement voire d’autisme.

Les Sénégalais portent un jugement sévère sur les années de Wade, mais Macky Sall ne parvient pas davantage à redresser la barre. Même les personnalités dont le ralliement avait contribué à la victoire de l’actuel locataire du Palais sont perplexes, note Lc. Moustapha Niasse et Tanor Dieng sont hantés par les démons du doute. Quant à Idrissa Seck, il a quitté le navire depuis des lustres et a “carrément fustigé l’incompétence du régime en place”.

Pendant ce temps, après deux ans au pouvoir, Macky Sall “n’a toujours pas trouvé ses marques et relancé la machine économique. Le chômage se situe à près de 12 %, selon un document “stratégique” national portant sur la période 2013-2017. Les délestages et les coupures d’eau n’ont pas faibli. Après avoir succédé au banquier Abdoul Mbaye comme chef du gouvernement, le 1 ier septembre 2013, Aminata Tour serait à son tour sur le départ”.


L'AS






Hebergeur d'image