leral.net | S'informer en temps réel

Comment le Pds, une forteresse d’avocats, a-t-il pu laisser Oumar Sarr faire une telle gaffe sur la Cour suprême ?


Rédigé par leral.net le Jeudi 30 Juillet 2015 à 23:19 | | 20 commentaire(s)|

Comment le Pds, une forteresse d’avocats, a-t-il pu laisser Oumar Sarr faire une telle gaffe sur la Cour suprême ?
On le connaissait pas du tout charismatique. Pas du tout bon parleur, point accrocheur et guère harangueur des grandes foules. C’est même une évidence évidente de dire qu’il peine à faire chavirer les coeurs dans sa famille politique ! Mais jamais on le connaissait aussi limité en Droit, et pour cause.

Ergotant sur la Cour suprême, le coordonnateur national du Parti démocratique sénégalais, celui-là même qui est chargé de tenir les manettes du Parti démocratique sénégalais (Pds), s’est fendu d’un communiqué, dans lequel il étale toutes ses carences en Droit.

Pour ce faire, Omar Sarr écrit : “après la CREI (Ndlr : Cour de répression de l’enrichissement illicite) dont tout le monde s’accorde à dire qu’elle est une juridiction obsolète au service exclusif du pouvoir politique, c’est au tour de la Cour suprême de donner des signaux inquiétants de soumission”.

Ainsi, poursuit le député chargé de veiller sur la famille libérale, “alors que l’instruction n’a même pas commencé, la Chambre pénale de la Cour suprême a fixé, au jeudi 06 août 2015, l’examen des sept pourvois en cassation formés contre l’arrêt tant controversé de la CREI rendu le 23 mars 2015, manifestement sur injonction du président de la république qui veut coute que coute éliminer un adversaire politique”.

En d’autres termes, pour Oumar Sarr, la Cour suprême instruit des dossiers. Aussi, croit-il, sûrement, que ladite Cour statue sur le fond des dossiers. Ce qui est une aberration. Car la Cour suprême n’étudie que la forme. Quand même, l’on n’a pas besoin d’un capital de pré-requis élémentaires en Droit pour savoir que ladite Juridiction n’ouvre ni ne boucle une quelconque instruction de quel que dossier judiciaire que ce soit.

D’ailleurs, même les avocats, qui défilent la barre de la Cour suprême, ne plaident pas ce qu’ils n’avaient pas, auparavant, écrit. Et ça, même Oumar Sarr devait le comprendre. Mais outre l’intérimaire de Me Abdoulaye Wade, c’est à tout le Parti démocratique sénégalais qu’il faut tirer les oreilles pour cette énormité.

Car non seulement il regorge de personnalités ayant exercé douze ans durant le Pouvoir. Mais aussi, il y a un bataillon d’avocats qui se réveillent dans la Cour des libéraux et qui ne devraient pas, alors pas du tout laisser Oumar Sarr se mouvoir dans un domaine aussi glissant.

Actusen.com






Hebergeur d'image