Leral.net | S'informer en temps réel



Comment le président Wade a obtenu la libération de Clotilde Reiss

Rédigé par Sahaba net le 16 Mai 2010 à 00:05 | Lu 1506 fois

Le Chef de l’Etat sénégalais, après avoir eu l’assurance de son homologue iranien que Clotilde Reiss pouvait être libérée ‘’sous certaines conditions’’, en a informé le 18 octobre 2009 Claude Guéant, le secrétaire général de l’Elysée, révèle le comuniqué du ministère des Affaires étrangères reçu à l’APS.


Comment le président Wade a obtenu la libération de Clotilde Reiss
C’était lors d’une audience à la résidence de l’Ambassade du Sénégal à Paris, en présence de l’ambassadeur André Parant, précise le communiqué soulignant que sur ces entrefaites ‘’l’intervention sénégalaise est alors saluée et Paris demande à Dakar de poursuivre sa mission de médiation’’.

Le 22 octobre 2009, relate le communiqué, le ministre des Affaires étrangères du Sénégal, maître Madické Niang rencontre M.Guéant à Paris à 13h pour une entevue portant sur le dossier Clotilde Reiss.

Le secrétaire général de l’Elysée profite de l’occasion pour, souligne le cpmmuniqué, ‘’réaffirmer la volonté de la France de voir le Sénégal trouver une solution rapide dans cette affaire’’.

En visite officielle à Téhéran, du 10 au 12 novembre 2009, Madické Niang est reçu est reçu par la Président Ahmadinejad qui lui confirme le principe de la libération de Clotilde Reiss et indique qu’il va en discuter avec le Président Wade des modalités.

Ce dernier demande le 12 novembre 2009 à son homologue français de dépêcher à Dakar un envoyé spécial car il a un message important à lui transmettre, note le communiqué souligne que c’est le lendemain qu’arrive l’ambassadeur André Parant dans la soirée par vol spécial.

‘’Il est immédiatement reçu en audience par le Président de la République pendant plus de deux heures en présence des Ministres d’Etat, Maître Madické NIANG et Karim Wade’’, indique le communiqué, ajoutant que le diplomate, sur informations du Chef de l’Etat de la volonté de Téhéran libérer rapidement Clotilde Reis, ‘’prend bonne note’’.

Toutefois, relève le communiqué, ‘’une fois de retour à Paris, il fait savoir que les Autorités Françaises souhaitent que le Sénégal suspende sa médiation’’.

Le Président iranien effectue une visite officielle au Sénégal en compagnie de son épouse les 26 et 27 novembre 2009. L’affaire Clotilde Reiss n’est pas évoquée conformément à la demande française, souligne encore le texte ajoutant : le 26 mars 2010 le ministre d’Etat Karim Wade rencontre Claude Guéant à l’Elysée.

En marge des discussions sur plusieurs sujets, l’affaire Clotilde Reiss est évoquée : Claude Guéant déclare que toutes les initiatives ont échoué y compris la dernière initiative de Jean-David Levitte, ambassadeur Chef de la Cellule africaine à l’Elysée.

La médiation du Président Wade est à nouveau sollicitée et feu vert est donné au Sénégal pour relancer les contacts avec l’Iran.

Du 29 mars au 1-er avril 2010, le ministre d’Etat Karim Wade est dépêché à Téhéran par le Président Wade en compagnie de l’avocat Robert Bourgi. Le Président iranien salue le retour du Sénégal dans le dossier de Clotilde Reiss.

Il confie ne pas avoir compris le retrait soudain du Sénégal dans ce dossier et confirme la volonté de l’Iran de libérer Clotilde Reiss sur insistance du Président Wade.

Il instruit immédiatement son ministre des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki en déplacement en Tunisie et au Gabon de se mettre en contact avec les autorités sénégalaises pour finaliser les modalités de libération de Clotilde Reiss.

Le 2 avril 2010, le ministre d’Etat, Karim Wade de retour de Téhéran rencontre à nouveau, Claude Guéant à l’Elysée pour l’informer de l’évolution des discussions, relate le communiqué indiquant que le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki modifie son programme initial et se rend immédiatement à Dakar dans la nuit du 3 avril 2010.

Il est reçu le lendemain en audience par le Président de la République avant d’avoir une séance de travail avec les ministres d’Etat, maître Madické Niang et Karim Wade.

Le 6 avril 2010, Karim WADE est dépêché à nouveau à Paris où il rencontre Claude Guéant pour l’informer de l’évolution positive du dossier.

‘’Après un mois de tractations entre Dakar, Paris et Téhéran. Le Président de la République, Maître Abdoulaye Wade reçoit une lettre de son Homologue Français, Nicolas SARKOZY qui permet de faire aboutir rapidement les discussions. Le 11 mai, 2010, le Ministre des Affaires Etrangères de l’Iran, Manouchehr MOTTAKI demande au Ministre d’Etat, Maître Madické NIANG d’informer le Président de la République du Sénégal de la décision définitive de l’Iran de libérer Clotilde REISS conformément aux modalités convenues Il salue la médiation sénégalaise et demande que le Président WADE informe lui-même la France de cette décision’’, explique le communiqué.

Dans la soirée du 11 mai, le Président de la République tente de joindre en vain au téléphone son homologue français. En raison de l’heure tardive, il arrive à joindre Claude Guéant et l’informe de l’heureuse décision de Téhéran de libérer Clotilde Reiss.

Le Président Wade précise même les détails de la libération qui se dérouleront comme suit : les autorités iraniennes contacteront mercredi 12 mai dans la matinée l’ambassadeur de France à Téhéran pour confirmer cette décision et la mettre en œuvre, Clotilde Reiss sera officiellement libre dans la période du 15 au 16 mai 2010 et pourra rentrer en France.



Libération de Clotilde Reiss : la médiation du président Wade a été déterminante

Le Président Abdoulaye Wade a fait part de ’’sa gratitude’’ à son homologue iranien en se réjouissant de l’annonce par Téhéran de la libération de l’universitaire française, Clotilde Reiss, un dénouement rendu possible grâce à la médiation du Sénégal, annonce un communiqué du ministère des Affaires étrangères transmis samedi à l’APS.

’’Le Chef de l’Etat Sénégalais exprime sa gratitude au Guide Suprême de la République Islamique d’Iran, au Président iranien et à l’ensemble des Autorités Iraniennes pour leur disponibilité constante’’, indique le communiqué.

Il ajoute : ‘’le Président Abdoulaye Wade se réjouit par la même occasion de l’excellence des relations amicales entre la France et le Sénégal et de la confiance que le Président (français) Sarkozy lui porte’’.

’’Cette libération qui intervient dimanche est consécutive à une médiation entreprise par le Chef de l’Etat Sénégalais depuis septembre 2009’’, souligne toutefois le communiqué qui rappelle que tout est parti de la visite effectuée en octobre 2009 en Iran par le Chef de l’Etat.

Après avoir abordé les questions de coopération bilatérale, lors d’un tête à tête avec le président Ahmadinejad, les deux dirigeants en viennent au dossier Clotilde Reiss et l’hôte du président Wade lui ‘’laisse entendre une possible libération’’ de l’universitaire ‘’sous certaines conditions spéciales’’.

Selon le même communiqué,’’le Secrétaire Général de l’Elysée, Claude Guéant salue le succès de la médiation sénégalaise et remercie vivement le Président de la République’’.

Le communiqué révèle que les ministres d’Etat, Maître Madické Niang et Karim Wade étaient vendredi à Téhéran pour superviser les derniers réglages de la libération de Clotilde Reiss et que samedi matin ils ont rencontré le ministre iranien des Affaires étrangères avant que ‘’quelques heures plus tard le Président Iranien annonce publiquement l’acquittement de Clotilde Reiss’’.

Clotilde Reiss avait été arrêtée le 1-er juillet 2009 à Téhéran pour motif d’espionnage. Il lui est reproché d’avoir filmé des sites classés sensibles et des scènes de manifestations suite aux contestations électorales du 12 juin 2009.







Auteur: APS


1.Posté par Docteur FAlilou SENGHOR KUMAX le 16/05/2010 09:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et pourtant l' APS nous parle de l'activisme de wade depuis Oct 2009 et nous prend pour des moutons de Kébemer.



Si c'est karim Ablaay Wade , les journaux anglophones ou iraniens ne nous le diront .

J'ai beaucoup d'amis et d'étudiants iraniens et vais leur demander si dans les journaux écrits en persan on mentionne le nom de notre Keurim Wade ministre des affaires étranges et financières

En France, n' y a -t -il pas de Ministre des Affaires Etrangères.


Karim ak Ablaye nagnu bayyi langg train : Train wu toubab kenn doutchi langg


2.Posté par complexe le 16/05/2010 13:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut saluer le role jouer par la diplomacie senegalaise.Certains milieux français et une certaine presse tentent de minimiser ou de dementir cette reussite.Mais le coup est deja parti,et malgre qu'elle soit un e diplomatie d'un petit pays africain,le senegal vient de reussir un coups de maitre.

3.Posté par bidou le 16/05/2010 16:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

kil le font pr les senegalais detenue a travers le monde .
c bien beau daider une otre nationalite mais on commence par soi pour charite bien ordonnee
merci

4.Posté par JULIETTE le 16/05/2010 17:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ay doulii késsé

5.Posté par samba le 16/05/2010 20:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chers amis,

Si Karim Wade, par le billet du président de la république, a activement participé à la liberation de Clotilde Reiss, c'est qu'il l'a fait pour son pays. À certains qui demandent à Karim de parcourir le monde à la libération de sénégalais incercérés pour tous sortes de motifs ( vol, agression, drogues), je leur réponds que ces `détenus doivent payer pour leurs erreurs en respect aux lois de ces pays, et que ceux qui disent que Karim doit aller les libérer manquent de connaissances en matière de justice interationale, et qu'ils n'ont qu'à eux-même faire des démonstrations dans les pays où ils sont pour que nous voyons au moins qu'il s'y passe quelque chose ! On ne peut pas imposer du travail aux autres alors qu'on ne s'occupe que de (son bol de riz au poisson et de ses trois normaux sous l'ombre)

6.Posté par xuman le 16/05/2010 21:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est bizarre! tv5, France 24 et les autres media serieux n'ont pas fait cas d'une quelconque main senegalaise dans la liberation de reiss. ho Wade si tu savais! nous ne sommes pas des moutons de kebemer comme disait l'autre

7.Posté par fatou le 17/05/2010 09:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mensonge...........wade le voyou n a jamais ete a l origine de la liberation de la francaise...............mais c est bien le president du bresil lula...............wade n est qu un menteur..................comme toujours

8.Posté par SALIOU DIENG"ZAL" le 17/05/2010 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Wade n'a pas fait libérer cette jeune fille il voulait faire une récupération politique.Et comme que la diplomacie sénégalaise est en perte de vitesse,wade a voulu marquer un grand coups mais c'est sans compter avec la diplomacie française qui l'a cloué.Pourquoi wade envoie dans toutes les rédactions un communiqué pour dire qu'il a participé à la libération de clotid?Quand on a 89 ans,on n'a plus la téte et c'est vrai

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site