leral.net | S'informer en temps réel

Comment reconnaître un site d’«infaux»


Rédigé par leral.net le Samedi 30 Juillet 2016 à 21:19 | | 0 commentaire(s)|

http://fr.africacheck.org/

Comment reconnaître un site d’«infaux»
 

Les sites de parodie et de fausses informations font légion. Voici quelques conseils qui permettent d’éviter de tomber dans leur piège, comme ce fut le cas récemment avec le tweet attribué à Marine Le Pen.

Après la victoire de l’équipe de France de football contre l’Allemagne en demi-finale de l’Euro 2016, un tweet attribué à Marine Le Pen a félicité « les tirailleurs sénégalais » pour leur belle performance contre la Mannschaft, bête noire des Bleus.

Suite à la défaite en finale contre le Portugal, la présidente du Front National aurait récidivé. Mais cette fois-ci, pour se désoler de la défaite de « l’équipe du Sénégal  », en espérant  « qu’une équipe française puisse gagner la prochaine fois ».

marine tirailleur (1)

Ce tweet attribué à Marine Le Pen a fait l’objet de beaucoup de commentaires dans la presse francophone d’Afrique. Pourtant, elle n’en est pas l’auteur.

Pour beaucoup en Afrique, et notamment au Sénégal, il n’y a pas de doute ces propos sont bien de Marine Le Pen, coutumière des faits. En effet, celle-ci ne rate jamais une occasion pour s’en prendre aux étrangers, notamment les Noirs et les Arabes, trop nombreux en France, à ses yeux.

Les tweets ont été partagés et commentés sur les réseaux sociaux. Et l’article du site Internet nordpresse.be qui a révélé « les déclarations » de Marine Le Pen a été largement repris par d’autres sites d’information commeseneweb.com, un des portails les plus visités au Sénégal.

Mais Marine Le Pen a-t-elle réellement qualifié de tirailleurs les joueurs noirs de l’équipe de France de football ? Est-elle l’auteur de ces tweets ?

Différence entre les deux comptes

Pour le savoir, nous avons d’abord analysé le compte auteur des deux tweets incriminés. Ce qui a permis de constater que le compte en question est différent du vrai compte de la présidente du Front National, même si tout est fait pour qu’on ne puisse pas immédiatement déceler la différence entre les deux comptes Twitter.

Nous avons ensuite contacté l’auteur des deux articles du site nordpresse.be.  Vincent Fulbistier confirme que les deux tweets ne viennent pas de Marine Le Pen et que c’est lui qui a tout inventé. Il a toutefois précisé avoir «un peu exagéré la réalité, mais ce sont des propos qu’elle aurait bien pu tenir. Elle dit tout le temps qu’il y a trop d’étrangers en France, notamment les Noirs et les Arabes ».

marine officiel

Vincent Fulbistier explique ensuite comment le tweet, qui est donc un faux, a été généré. « J’ai utilisé une plateforme sur Internet qui permet de créer de faux tweets ».

D’ailleurs Marine Le Pen et son parti, le Front National, n’ont pas apprécié l’humour de nordpresse.be et ont envoyé un courrier pour demander le retrait des articles en question.

Nordpresse, un site d’infaux

Nordpresse.be est un site Internet basé en Belgique et créé en 2012. Mais il ne s’agit pas d’un site d’information classique, mais un statut spécialisé dans l’information parodique. Dans le jargon de l’Internet c’est ce qu’on appelle un site d’hoax, ou ce que certains désignent désormais avec humour comme un site d’infaux.

Et pour s’en convaincre, il faut aller dans les conditions générales du site pour lire les avertissements de l’équipe aux utilisateurs ou à tout autre média qui serait tenté de reprendre ses articles. C’est ainsi que nordpresse.be prévient que « les informations présentes sur le site internet Nordpresse.be ne sont pas objectivement vérifiées par des journalistes professionnels, il est donc possible que certaines informations soient erronées. C’est même totalement probable étant donné que tous nos articles sont inventés… ».

Comment reconnaître un site parodique ?

Tout d’abord, il faut noter la différence entre l’information satirique et l’information parodique. Les médias satiriques traitent une information vraie avec humour, alors que les médias parodiques inventent l’information tout en utilisant de l’humour. Cette façon d’aborder l’actualité n’est pas née avec l’Internet. Les sites parodiques utilisent en fait les bonnes vieilles recettes du canular journalistique popularisé notamment par l’écrivain Mark Twain, il y a plus d’un siècle.

Avec l’Internet, le genre connaît une nouvelle vitalité avec de nombreux sites qui prennent toutes les formes et le design d’un site web d’information classique. Et comme on l’a vu avec les tweets attribués à Marine Le Pen, beaucoup tombent dans le panneau.

La première précaution, la plus simple mais pas forcément pratique, est de considérer comme fausse (ou parodique) toute information sur un site que vous ne connaissiez pas jusqu’à ce que vous l’ayez vérifié vous-mêmes.

Autre précaution, très pratique mais pas infaillible, c’est aller dans les rubriques « A propos » ou « Conditions Générales» pour avoir plus de détails sur le site. Si vous tomber sur un site que vous ne connaissez pas, tapez le nom dans Google, il y a de fortes chances de savoir s’il s’agit d’un site parodique ou d’un site sérieux.

En principe, tous les sites parodiques disent qu’ils le sont, où se parodient eux-mêmes, comme Le Gorafi  qui dans la rubrique « A Propos » souligne bien que « tous les articles relatés ici sont faux (jusqu’à preuve du contraire) et rédigés dans un but humoristique ».

Quelques sites parodiques populaires

L'Agence France Presque, une parodie de l'Agence France-Presse

L’Agence France Presque, une parodie de l’Agence France-Presse

Internet foisonne de sites parodiques qui commentent l’actualité fictive ou réelle toujours sous un angle comique et parfois loufoque. L’information parodique fait recette. Et à l’image de Nordpresse, certains sites qui explorent le genre connaissent un succès phénoménal.

– The Onion : Ce site parodique américain est la référence en la matière. The Onion  a été fondé en 1988 par Tim Keck et Christopher Johnson à l’université du Wisconsin aux Etats-Unis. La version papier ayant connu un énorme, succès avec un tirage oscillant entre 400 000 et 600 000 exemplaires, The Onion se lance sur le web en 1996.

– Le Gorafi : Le site, né en 2012, est une anagramme du célèbre quotidien français Le Figaro. Fortement inspiré par The Onion, Le Gorafi  a d’abord commencé sous la forme d’un fil Twitter en février 2012 pendant la campagne présidentielle française avant d’être transformé en site à partir de septembre de la même année.

– El Manchar : En septembre 2015, certains Africains ont découvert le site parodique algérien francophone lancé en 2013. Suite à l’accident tragique de Mina lors du pèlerinage à la Mecque,El Manchar  publie un article  contenant des propos imaginaires du roi d’Arabie Saoudite ironisant sur le fait qu’il était préférable pour des Noirs de perdre la vie à la Mecque que de mourir d’Ebola et de la faim sur le continent. Il va sans dire que l’article a fait l’objet de beaucoup de commentaires sur Internet et suscité un concert d’indignations.

Les autres

Pour les amoureux de football, les sites dont il faut se méfier (ou qui vous feront rire, c’est selon) s’appellent Football France ou 3e Poteau  qui sont des parodies de France Football et de L’Equipe.

La célèbre encyclopédie Wikipédia a également sa version parodique qui s’appelle tout simplement la « désencyclopédie ». Il en est de même de l’Agence France Presse dont le faux jumeau s’appellel’Agence France Presque  et qui ne se décline que sous la forme d’un fil Twitter.

Samba Dialimpa Badji est le rédacteur en chef adjoint d’Africa Check pour l’Afrique francophone.







Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image