leral.net | S'informer en temps réel

Communication du président Macky Sall: les hommes passent, le problème demeure

Doit-on appeler des gourous, pour voir de près pourquoi la communication de Macky Sall reste fragile ? Les hommes passent, mais le problème reste entier. Les réalisations ne sont pas visibles. Chacun se glorifie d’un titre qui n’en est pas un.


Rédigé par leral.net le Jeudi 19 Novembre 2015 à 20:09 | | 73 commentaire(s)|

Communication du président Macky Sall: les hommes passent, le problème demeure
De soi-disant grands journalistes ont essayé des stratégies qui n’ont pas payé. Un problème qui agace toujours le président de la République. Quant à la Rts, elle a du mal à convaincre les Sénégalais tous les soirs. Communique et bien communiquer. C’est ce que le Président souhaite. Des professionnels de grands médias ont accompagné Macky Sall au pouvoir. Mais aujourd’hui, c’est le grand vide. La communication autour du chef de l’État est en souffrance.

Le problème reste entier, à quelques années de la présidentielle. Abdou Diouf a été battu en 2000 à cause d’une mauvaise équipe de campagne. L’ex président n’a rien compris du jeu de ses collaborateurs qui l’ont conduit dans un labyrinthe. Diouf, désorienté par ses conseillers, ne savait même pas que le Sénégalais lambda n’achetait plus le lait en boîte, mais le petit sachet. Il ne savait pas que le riz se vendait au détail. Et tant d’autres choses importantes dans la vie de ses compatriotes. Abdoulaye Wade savait communiquer.

Ses speeches, il les improvisait et les adaptait. Il ne s’enfermait pas dans son palais. Avec sa sécurité, son protocole, son staff de com, c’était à malin, malin et demi. Il s’en sortait toujours. Et, il a dû renvoyer à l’école ou au triangle Sud, combien de confrères ? Quant à l’actuel président, c’est la croix et la bannière. Macky Sall, jeune président écouté, ne sait plus à qui confier son plan ? Tous ceux qui sont passés au palais ne peuvent pas décrypter son message. Aujourd’hui, il parle beaucoup plus aux médias étrangers.

Un ressortissant français disait qu’il avait une bonne « image à l’étranger ». Oui, cela permet aux investisseurs d’être plus en confiance. Mais cela c’est le rôle plutôt des ministres comme celui des Affaires étrangères, des Finances ou du patron de l’Apix. Dans les ministères, il y a beaucoup de journalistes qui ont rang d’attachés de presse. Que font-ils donc, toute la journée ? Les ministres n’ont-ils pas d’agenda ou de feuille de route, pour leurs activités quotidiennes ? Comment le jeune paysan qui est à Tomboronkoto peut-il savoir que des milliards ont été économisés dans la facture de téléphonie de l’État. Et que cet argent bien sécurisé est à mettre dans les actions de Macky Sall. Pourquoi jusqu’à présent, d’autres actions aussi importantes sont posées et méconnues…

Autant de questions auxquelles Abou Abel Thiam, Souleymane Jules Diop, Mamadou Thiam, El Hadji Kassé doivent répondre. Eux qui ont valsé au Palais, mais qui n’ont pas réussi à aider le maitre de céans à avoir une bonne politique de communication. La ronde des investisseurs lors des voyages à l’étranger reste aussi un secret de polichinelle. Beaucoup de conseillers ne se triturent pas la tête pour les convaincre.

Pas de stylos, pas de blocs encore moins de prise de notes. Ils accompagnent juste le Président, pour demain, dire « il m’a vu, j’étais à ses côtés ». Aujourd’hui, des chantiers sortent de terre, mais personne n’en parle. Alors que l’opposition est devenue plus que virulente pour noyer les promesses de campagne qui tardent toujours à donner des fruits.

Ndèye DIAW dakarmatin






Hebergeur d'image