leral.net | S'informer en temps réel

Communiqué de l'Association des jeunes intellectuels pour le développement de Darou Salam


Rédigé par leral.net le Lundi 12 Décembre 2011 à 12:36 | | 1 commentaire(s)|

Dans l’actuelle configuration socio-politico-religieuse du Sénégal, notre cher pays, tout silence, de qui qu’il puisse être, constitue non seulement une profanation de l’idéal du patriotisme, mais encore une ingratitude manifeste et déshonorante à l’égard de nos vaillants et sublimes ancêtres car, « depuis les tendresses noires ils ont tracé droit nos chemins et forgé notre destin(…), à la nuit des galops » au point que « nous poussons comme les grands palmiers verts », aujourd’hui, pour ainsi citer cet hommage grandiose que leur est dédié Léopold Sédar SENGHOR, dans les Hymnes de la jeunesse et de la nation.

C’est pourquoi, consciente de l’obligation de sauvegarder et de perpétuer cet héritage exceptionnel, l’Association des Jeunes Intellectuels pour le Développement de Darou-Salam(l’AJID/DS), en dépit des menaces et des intimidations, bref de « la stupidité d’hommes aveuglée par une soif inextinguible de pouvoir, étanchée dans le sang d’innocentes victimes et dans les larmes d’un peuples », j’ai cité l’Illustre journaliste Abdou Latif COULIBALY, dans Le Président et les Assassins, sera toujours une sentinelle à l’avant-garde de la consolidations de cette image référentielle de notre pays, par la promotion de sa localité et la revendication des intérêts de ses populations, avec abnégation, puisque «la peur n’entre que dans le cœur de celui qui ignore son destin », nous réconforte Djibril Tamsir NIANE ; et jamais destin n’est aussi net, clair, radieux, noble et triomphale que celui de vouloir porter haut, à la démission des autres, le flambeau de Mame Cheikh Anta, à savoir le respect, le mérite et la considération de Darou Salam-Gawane et ses populations.

D’ailleurs, dans cette noblesse du combat, l’AJID/DS, tout en exprimant sa profonde gratitude et sa parfaite reconnaissance à la presse locale qui ne ménage aucun effort pour apporter sa pierre à la reconstruction de la citadelle de la vérité et de ce bénit sanctuaire du salut, Darou-Salam, long temps menacés d’effondrement par l’égoïsme, la défaillance et les impostures folkloriques et dignes des « fourberies d’Escarpin », écrira Molière, d’une élite de chasseur de promotion diplomatique et d’audience fastidieuse au prés d’une sénile machine inlassable de distributeur de billets, de la sueur nationale devrais-je dire, l’exhorte à ceindre davantage les reins et à redoubler de vigilance, de professionnalisme et d’intégrité.

Car chaque progression effectuée dans ce champ du martyre, du droit et de la légitimité est rapidement perdue le long de cette dévolution monarchique parsemée de manigance, de médiocrité, de tentation, de corruption et d’intimidation aux bourrasques d’aristocratie polluant la liberté d’expression et imposant le silence, pour ainsi plagier Antoine DE SAINTEXPERI ; d’ailleurs à quoi sert le silence puisque « le silence, c’est la mort » , que « si [on] parle [on] meurt, et [que]si [on] se tais [on] meurt ? Alors [parlons] et [mourons] », tel le recommande votre illustre et regretté confrère algérien Tahar DJAOUT qui, sur l’autel de l’honneur, fut sacrifié à la Vérité, un 26 mai 1993, cité encore par COULIBALY dans son fameux livre.

Voilà les raison pures et salvatrices qui, au soir d’un 07 Août 2010, ont porté sur les fonds baptismaux l’AJID/DS, chaudement emmitouflée dans une jeunesse déterminée, vaillante, solide, solidaire, engagée et consciencieuse de son destin ; oui ! une jeunesse mobilisée, debout et unie, les plus forts complétant les plus faibles, pour sentir les mêmes douleurs, les mêmes souffrances, les mêmes épreuves et les mêmes joies, jusqu'à ce que ces imbéciles politiciens, dans le sens premier et étymologique de terme, comprennent que DAROU-SALAM ET GAWANE et l’héritage de SERIGNE TOUBA-MAME CHEIKH ANTA M’BACKE valent plus que des voitures de luxe et des jets de xartoum ou de tee-shirt portant le ridicule et l’effigie grotesque d’une « spermatozoïde et futur cadavre » au sourire nain ou chauve, raillera Idirissa SECK, et des tong-tong de passeports diplomatiques autour desquels fils et petits fils s’entre-déchirent, à coups de plumes et de chapelets profanant l’idéal sacré de l’union de la famille.

Enfin l’AJID/DS, pour conclure en attendant sa prochaine lettre, rappelle aux prédateurs d’ascension politique et de comptes bancaires remplis au frais du contribuable que cette révolution de la jeunesse n’est que l’exaucement de la prière de notre cher grand-père Président de la république, Abdoulaye WADE, qui, dans son livre intitulé Un destin pour l’Afrique, à l’avant-pros, supplie le SEIGNEUR généreux en ces termes : « puisse la jeunesse africaine, lisant ces lignes, y puiser suffisamment de force pour reprendre le flambeau qui, allumé aux Amériques dans les plantations, il y a quatre siècles, repris par les Africains- Américains de la diasporas, a traversé l’Europe, pour être porté en Afrique par l’illustre Kwamé Nkrumah et éclairer la marche éternelle de l’Afrique vers la Liberté et la Lumière » ; et si la forme déplait, écoutons encore les archives audio nous transmettre les conseils de grand-père : « j’ignore s’ils sont policiers ou je ne sais quoi, mais vous jeunes ripostez à toutes leurs attaques.»

Voilà, chers populations et ressortissants de Darou-Salam et de Gawan, les motivations et les causes du combat de votre jeunesse qui a désormais brisé les chaines du silence et de la lâcheté lesquelles, telles l’Apartheid dans les rues de Soweto, ont jusqu’ici ligoté notre droit à la parole, dans un pays et une localité où les critères du bras long, d’un revers de tricherie, oblitèrent ceux de l’excellence et ne cessent de faire des jardiniers des ministres, des applaudisseurs des députés, des palefreniers des conseillers, des laudateurs des chefs d’entreprise et des voleurs des stars. Oh ! c’est «(…) [la brûlure] de la bibliothèque », gémirait-t-il AMPATE BA. Mais mieux vaut tard que jamais, et pour cela l’AJID/DS lance un appel à toute personne dont l’attention, les soucis, la détermination et les intentions sont exclusivement voués à la reconstruction et à la préservation de ce patrimoine sublime et légendaire du Mouridisme qu’est Darou-Salam. En attendant notre prochaine correspondance, nous vous donnons nos coordonnées ci-dessus, pour adhérer ou avoir des informations complémentaires sur les activités de l’AJID/DS.

PAPA MADEGUENE M’BAYE PORTE PAROLE DE L’A.j.I.D.S



1.Posté par NDIAYE le 12/12/2011 16:12 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pepe léppa nice on ééé t dr vous

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image