leral.net | S'informer en temps réel

Communiqué du Bureau politique du Rassemblement pour le Socialisme et la Démocratie / Takku Defaraat Sénégal

Rédigé le Vendredi 23 Novembre 2012 à 08:13 | | 0 commentaire(s)


Le Bureau Politique du Rassemblement pour le Socialisme et la Démocratie / Takku Defaraat Sénégal (R.S.D. / T.D.S.) s’est réuni à son siège ce mardi 20 novembre 2012, sous la présidence de son Secrétaire Général, le Ministre d’Etat Robert SAGNA, et a consacré l’essentiel des débats au monde rural.
Le Bureau Politique du RSD / TDS félicite le Gouvernement du Sénégal pour avoir donné, depuis l’hivernage, les gages d’une volonté de restaurer la filière arachidière, mamelle de l’Agriculture sénégalaise. Les efforts fournis dans la dotation des semences et des engrais n’ont pas été vains, couplés à une bonne pluviométrie : les paysans, satisfaits globalement des bonnes récoltes en cours dans la plupart des filières agricoles, ont bien loué ces efforts ainsi que la clémence du ciel. Persuadés que tant d’efforts pour en arriver à une bonne récolte de l’arachide ne seraient que peine perdue si les mesures idoines ne sont pas prises pour faciliter son écoulement, le RSD / TDS appelle le Gouvernement à prendre les dispositions qui s’imposent dans les meilleurs délais afin d’apaiser les paysans inquiets par la querelle actuelle, les empêchant de tirer le meilleur profit de leurs produits en vendant au plus offrant. L’acte que le Président Macky SALL a posé la semaine dernière, en fixant le prix du kilogramme d’arachide à 190 F pour la campagne 2012-2013, soit une hausse de 25 F sur celui de la précédente campagne, est à saluer. Mais il faut aller plus loin afin de motiver les producteurs pour les saisons à venir, au regard du rôle que l’arachide joue dans notre économie et dans la vie des paysans en particulier.
Le contexte actuel de l’offre d’achat du produit étant en leur faveur aujourd’hui, le RSD / TDS est d’avis que la mesure ne pourra avoir un impact certain que si le Gouvernement accepte d’accéder à la demande des paysans de vendre leurs graines au plus offrant. D’autant plus que la mesure qui consiste à empêcher l’exportation de l’arachide peut s’avérer difficile à appliquer si l’on tient compte des accords qui nous lient avec les autres pays de la CEDEAO. Dans tous les cas, vendre actuellement au plus offrant :
- évitera au Gouvernement de subventionner le prix, le cours de l’arachide étant très prometteur aujourd’hui,
- ne fera pas de la place au système des bons impayés,
- facilitera l’accès des paysans à la sécurité alimentaire parce qu’ils auront un capital financier consistant pour acheter des vivres et faire face à d’éventuelles soudures.
C’est pourquoi, le RSD / TDS opte pour l’ouverture à l’extérieur de la campagne de commercialisation de cette filière qui ne fait plus la fierté du pays. Pour rappel, autrefois, il n’y avait pas un seul élève sénégalais qui ne souriait pas à l’idée que « le Sénégal est le premier producteur d’arachide au monde », s’il lui arrivait de lire sa leçon de géographie sur la place de l’arachide au Sénégal. Il faut nécessairement restaurer l’arachide, parce qu’elle permettra non seulement d’accéder à la nourriture dans une bonne partie du pays, mais pourra aider à poser d’autres jalons pour une politique durable de la diversification, base de l’autosuffisance alimentaire.
Fait à Dakar le 20 novembre 2012
Le Bureau Politique






Hebergeur d'image

Hebergeur d'image