Leral.net | S'informer en temps réel



Concordia : une Allemande portée disparue retrouvée

le 21 Janvier 2012 à 11:05 | Lu 1140 fois

Le corps de l'un des cinq cadavres repêchés mardi dans l'épave a été identifié comme étant celui d'un membre de l'équipage. Les recherches, suspendues mercredi, devraient reprendre jeudi.


Concordia : une Allemande portée disparue retrouvée
Une femme portée disparue retrouvée, un corps identifié. Une Allemande, qui figurait sur la liste des disparus du naufrage du Costa Concordia, a été retrouvée dans son pays, ce qui fait passer à 26 le nombre de personnes dont on est sans nouvelles depuis l'accident survenu vendredi soir en Toscane. Gertrud Georgens est de retour dans son pays, a annoncé mercredi le préfet de Grosseto.

Un des cinq corps retrouvés mardi dans l'épave du navire a par ailleurs été identifié comme celui d'un membre d'équipage hongrois, Sandor Feher, ont précisé les autorités italiennes. Cinq corps d'hommes, vêtus de gilets de sauvetage, avaient été découverts mardi par des scaphandriers à plus de 20 mètres de profondeur.

• Les recherches, suspendues mercredi, devraient reprendre jeudi. Les sauveteurs italiens devraient reprendre jeudi leur exploration de l'épave du Costa Concordia, qui s'est stabilisée devant l'île du Giglio après avoir légèrement bougé mercredi. Un très léger déplacement de l'énorme bateau échoué tout près de l'île avait rendu nécessaire cette pause mercredi à 8 heures dans les recherches de la vingtaine de disparus, qui, sauf miracle, ne devraient plus être retrouvés vivants. Les sauveteurs auront recours de nouveau à des explosifs pour ouvrir de nouvelles voies d'accès dans cette partie du navire, si les conditions météo ne se détériorent pas.

Les secours ont pratiquement achevé le contrôle de la partie en dehors de l'eau. Mercredi à l'aube, les deux équipes de plongeurs-scaphandriers de la marine italienne avaient repris, avant la suspension de leurs travaux, l'exploration de la partie submergée en perçant des trous avec des mini-charges explosives dans la coque. Les recherches se concentrent sur une partie située à 18 mètres de profondeur qui correspond au pont numéro 4 du navire, où ont été trouvés cinq cadavres mardi. Le pont n°4 a été un point de rassemblement des naufragés lors de l'évacuation. Les secours estiment que d'autres victimes pourraient s'y trouver.

Jusqu'à présent 11 corps ont été repêchés. Les six premiers cadavres, retrouvés devaient être autopsiés mercredi par l'équipe d'experts de l'Institut de médecine légale de la polyclinique Le Scotte di Siena.

Le Costa Concordia comptait à son bord 3216 passagers et 1013 marins. Parmi les touristes figuraient en majorité des Italiens (989) mais aussi de nombreux Allemands (569), 462 Français, des Espagnols (177), des Américains (129) et des Croates (177).

» REPORTAGE - L'île de Giglio se mue en barnum mondial

• Préparation des opérations de pompage. Une large plateforme surmontée d'une grue est arrivée mercredi matin dans le petit port de l'île du Giglio pour réaliser les premières opérations de pompage du gazole. L'opération pourrait commencer une fois que les explosifs des commandos de la Marine auront permis l'ouverture d'accès supplémentaires.

• Le capitaine du navire est sorti de prison. Francesco Schettino, poursuivi pour homicide multiple par imprudence, naufrage et abandon du navire, a été libéré dans la nuit de mardi à mercredi et assigné dans sa résidence de Meta di Sorrento. Il est arrivé vers deux heures du matin chez lui, escorté par la police et les carabiniers, évitant photographes et cameramen en empruntant une entrée secondaire. Il était écroué depuis samedi.

Selon le procureur en chef de Grosseto, le capitaine risque jusqu'à 15 ans de prison pour les faits qui lui sont reprochés. L'enregistrement d'une de ses conversations avec la capitainerie du port au moment de la catastrophe est notamment accablant. Il est aussi accusé par sa propre compagnie d'avoir lui-même dévié la trajectoire du bateau pour effectuer une parade, tous phares allumés, à proximité de l'île.

Francesco Schettino nie de son côté catégoriquement avoir abandonné le navire avant l'évacuation des derniers passagers et assure être tombé à la mer et n'avoir pas pu remonter à bord. Selon des sources proches de l'enquête, il sera soumis à des analyses pour vérifier s'il avait absorbé des stupéfiants ou d'autres substances toxiques la nuit du naufrage.

» LIRE AUSSI: Un enregistrement téléphonique accablant

• La France à la recherche de quatre ressortissants. Sur les 21 Français dont Paris était sans nouvelle dimanche, 17 ont pu être localisés. Pour les quatre manquant à l'appel, le Quai d'Orsay poursuit ses opérations de vérifications dans son centre de crise. Il n'est pas exclu qu'ils aient pu rentrer chez eux par leurs propres moyens et ne se soient pas encore manifestés auprès du ministère. Des sources italiennes ont affirmé qu'un couple de Français faisait partie des victimes du naufrage, mais cette information n'a pas été officiellement confirmée. Les familles françaises des victimes sont attendues jeudi matin sur place.

Quelque 385 passagers français ont déjà été rapatriés à Marseille ce week-end par autocar. Un dispositif sanitaire, psychologique et administratif a été mis en place à leur arrivée. Les derniers rescapés français seront rapatriés par avion, selon Costa.

• Une rescapée française veut fonder un collectif, un autre un site web.

Anne Decré, une Française rescapée du naufrage, qui a commencé à collecter des adresses de passagers français, se propose de créer un collectif afin de «partager informations et angoisses» avant de penser à un dépôt de plainte. «Ce collectif a pour but de s'entraider et de se sentir moins seul», a expliqué Anne Decré qui réside à Bordeaux et qui souligne d'emblée «qu'il n'y a pas urgence» à envisager des dépôts de plainte.

«Nous venons juste de rentrer chez nous et, dans un premier temps, toutes les personnes ont beaucoup de choses à gérer» comme le problème des effets personnels restés sur le bateau ainsi que «les traumatismes pour lesquels il va falloir du temps», a estimé la rescapée.

Un autre rescapé, Hervé Chauvat, 29 ans, chef de salle dans un restaurant à Roquefort (Lot-et-Garonne), a indiqué à l'Agence France-Presse avoir créé un site internet, qui sera en ligne jeudi et aura pour objectif de «regrouper les témoignages des personnes qui ont vécu le naufrage».

le figaro