leral.net | S'informer en temps réel

Condamné à 10 ans de travaux forcés, Moussa Samb avait assené 14 coups de couteau à sa sœur et menacé de violer sa mère

Reconnu coupable de tentative de meurtre pour avoir administré 14 coups de couteau à sa grande sœur Penda Samb, de violence à ascendant, de tentative de viol et de menaces de mort contre sa mère, Moussa Samb dit Moussa Diakhaté a été condamné par la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Diourbel à dix années de travaux forcés.


Rédigé par leral.net le Jeudi 7 Avril 2016 à 12:43 | | 1 commentaire(s)|

Moussa Samb alias Moussa Diakhaté a comparu, hier, devant la chambre criminelle de Diourbel pour répondre des chefs de tentatives de meurtre, violence à ascendant et menaces de mort. Mais, ce qui intrigue dans cette affaire, d'après L'As, c’est le fait que les parties civiles sont constituées de sa sœur, Penda Samb, et de sa mère Mame Diarra Touré. Les faits ont eu lieu le jour de la Korité de 2012. Ce jour-là, Moussa Samb, qui n’était pas en odeur de sainteté avec sa sœur depuis plusieurs mois, attend le départ de leur mère pour la grande mosquée, pour lui asséner 14 coups de couteau. N’eut été l’intervention d’une voisine, Penda Samb allait passer de vie à trépas. Dès que le voisinage a été alerté par les cris de détresse du témoin, Moussa Samb est allé se réfugier dans une concession voisine. Mais, il a été maîtrisé par un de ses voisins avant d'être conduit à la brigade de gendarmerie de Touba.

Devant les enquêteurs, il révèle qu’il voulait tuer sa sœur. Il ne regrette pas son acte et n’hésiterait pas à recommencer si c’était à refaire. Moussa Samb avait initialement reconnu, devant les enquêteurs, qu’il avait cherché à entretenir des relations intimes avec sa mère Mame Diarra Touré. Mais, face aux juges, hier, Moussa Samb a servi une autre version. « J’ai toujours eu de bonnes relations avec ma mère et ma sœur. Je ne me suis jamais drogué. Je reconnais les faits, c’est une erreur monumental », a déclaré Moussa Samb. Interrogé par le président Mbaye Pouye sur les menaces de mort et la tentative de viol contre sa mère, le prévenu nie en bloc. Mais, souligne le journal, lorsque le président du tribunal lui montre les photos des blessures de sa grande sœur, l’accusé a fondu en larmes. Une scène des plus tristes. Ce qui pousse le président à renvoyer le mis en cause dans le box des accusés avant d’appeler Penda Samb à la barre. Revenant sur les détails des relations conflictuelles qu’elle entretient avec son frère, la jeune femme révèle que ce dernier a été déjà condamné à deux mois de prison pour lui avoir asséné des coups de pilon à la suite d’une dispute. Puis, elle plonge le tribunal dans la consternation en racontant comment son frère a tenté de la tuer.

Dans son verdict, la chambre criminelle a reconnu Moussa Samb coupable de toutes les charges et l’a condamné à dix années de travaux forcés.

Thierno Malick Ndiaye
(Stagiaire)






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image