leral.net | S'informer en temps réel

Congrès Ps: "Si Tanor était minoritaire..." ( Doudou Issa Niasse)


Rédigé par leral.net le Dimanche 1 Juin 2014 à 12:26 | | 0 commentaire(s)|

Congrès Ps: "Si  Tanor était minoritaire..." ( Doudou Issa Niasse)
Après le coup de théâtre de ce jeudi qui a mis hors course Aïssata Tall Sall, où en êtes-vous avec les opérations de vote pour l'élection du secrétaire général du Parti socialiste ?

On s'est réuni aujourd'hui (NDLR : hier) en réunion du Comité national de pilotage des renouvellements (CNPR) des instances du parti, en présence de Serigne Mbaye Thiam, Khalifa Sall et de tous les membres dudit comité. Nous avons discuté de long en large.Khalifa Sall a donné les explications qui l'ont conduit, en tant que président et seul habilité à faire un communiqué au niveau du CNPR, avec l'accord de Aïssata Tall Sall, à dire que les opérations de renouvellement conflictuel étaient arrêtées. Mais le processus continue.

Il y a eu des démarches d'apaisement ?


Plusieurs responsables de haut niveau ont fait des démarches au niveau de Aïssata et du secrétaire général, pour dire que n'importe quelle compétition peut laisser des séquelles au niveau des antagonistes et que si on pouvait, compte tenu de ce qui s'est passé sur le terrain, amener tout le monde à aller vers un congrès apaisé et unitaire, ce serait mieux pour le parti.

Quand Khalifa a expliqué sa démarche, les gens lui ont dit être d'accord avec ça. (...) Mais, après discussion, et en accord avec Serigne Mbaye Thiam et avec tout le monde, nous avons décidé d'éclairer simplement la lanterne des militants et des populations en faisant comprendre que les opérations continuaient. et qu'à l'issue de celles-ci, nous verrons comment faire pour mettre tout le monde autour d'une même table.

Ce qu'il faut retenir, donc, c'est que les opérations concernant l'élection du secrétaire général au niveau des coordinations continue.

A travers ce qui s'est passé, ne note-on pas un réel malaise au sein du PS?

Non ! Il n'y a pas de malaise au sein du Parti socialiste. Les gens ont toujours parlé d'une improbable opposition entre Khalifa Sall et Ousmane Tanor Dieng. Or, il est démontré actuellement que Khalifa va dans le même sens que Tanor. C'est dire que, en fait, au niveau du parti et dans le cadre de nos discussions, on peut ne pas être d'accord sur un sujet et défendre un autre point de vue.

Mais, à la fin, quand une majorité se dégage, c'est le point de vue majoritaire qui prévaut sur tout le monde. Nous ne sommes pas un parti comme les autres. Le PS n'est pas une propriété de Jean ou de Paul. C'est un legs des grands responsables qui ont conduit le pays à l'indépendance. Notre rôle est donc de faire en sorte que la jeunesse montante puisse trouver un instrument qui lui permette de s'affirmer.

Au fond, qu'est-ce qui explique le retrait de la candidature d'Aïssata Tall Sall ?


En fait, on a voulu mettre tout le monde ensemble. C'est pourquoi de bonnes volontés, pas seulement Khalifa Sall, au nombre de dix-sept à dix-huit personnes, sont allées parler à Aïssata Tall Sall. Elles lui ont dit que cette opération n'était pas la meilleure et que s'il était démontré que Ousmane Tanor Dieng était minoritaire, il n'y aurait pas de problème, on aurait laissé le processus continuer.

Mais si au bout du compte Ousmane Tanor Dieng doit gagner, alors que, elle, avait déjà commencé à contester certaines procédures, cela pouvait déboucher sur une polémique beaucoup plus grave que celle que nous connaissons. C'est pourquoi les camarades sont allés la convaincre que sa position n'était pas la meilleure façon d'aider le parti. C'est pourquoi vous l'avez entendue ensuite demander à tout le monde d'aller dans le même sens pour renforcer le parti.

EnQuête






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image