leral.net | S'informer en temps réel

Congrès du PS : Guerre des tranchées entre Pro et Anti Tanor Dieng

A quelques jours de la tenue du congrès tant attendu du PS, c’est la guerre totale entre les pro OTD ( Serigne Mbaye Thiam, Barthélémy Dias, Abdoulaye Wilane) et les anti Tanor Dieng ( Aissata Tall Sall, Youssou Mbow). La proposition faite par l’avocate socialiste de reporter la tenue de l’évènement à fait sortir de leur gong les partisans du secrétaire général.


Rédigé par leral.net le Jeudi 15 Mai 2014 à 16:12 | | 1 commentaire(s)|

Congrès du PS : Guerre des tranchées entre Pro et Anti Tanor Dieng
Pour certains, ce n’est ni urgent ni opportun de tenir un congrès précipitamment. Aissata Tall Sall déclare: « Nos militants eux-mêmes se la posent. Le congrès était dans les bacs depuis déjà quelques mois et quelques années même. C’est vrai qu’aujourd’hui, à l’heure où nous sommes, il peut être pertinent de se poser la question : pourquoi en pleine campagne électorale ? La campagne a commencé partout parce que les hommes politiques qui sont engagés dans cette bataille sont sur le terrain de façon discontinue. Quelle est l’opportunité de nous disperser alors que nous sommes engagés dans une bataille extrêmement importante ? Tous les maires sortants sont généralement des Socialistes. Est-ce que nous devons avoir un pied à préparer des élections hautement stratégiques et un autre pied à préparer un congrès ? C’est une question qui se pose légitimement. »
Et d’ajouter sur le même ton : « Je ne vois pas l’intérêt de faire un congrès sans avoir complètement renouvelé toutes les instances du parti. La plupart de nos camarades sont concentrés sur les élections locales. Alors, à quoi bon tenir un congrès dans la précipitation alors que nous avons le choix de le renvoyer et de le reprogrammer à tête reposée ».
Barthélémy Dias, proche parmi les proches d’Ousmane Tanor Dieng considère qu’il faut tenir le congrès à date échu : « Que chacun donne son avis, mais qu’on se dise la vérité aussi. Ce n’est pas la faute de la direction si certains responsables ne font rien pour avoir une base solide. Ce n’est pas parce qu’ils sont incapables de renouveler leurs instances de base que nous devons renvoyer le congrès. Les héritiers de Senghor doivent être capables de discernement quant aux décisions qui nous grandissent et celles qui ternissent notre image».

Cette divergence de vue traduit la guerre de tranchées que se mènent les deux camps divisés par la volonté affichée par les proches d’Ousmane Tanor Dieng de le voir rempiler à la tête du plus vieux parti politique sénégalais.
Invité d’une émission sur la chaine publique Serigne Mbaye Thiam, un autre lieutenant de Tanor Dieng a déclaré : «L’idée la plus partagée par les responsables et les militants que je côtoie est que le fait que (Tanor) dise qu’il n’envisage pas d’être candidat à une élection présidentielle lui donne une légitimité supplémentaire, pour l’unité et la cohésion du Ps, d’être le prochain secrétaire général du parti.»
Pour lui, il n’y a pas de lien entre ne pas être candidat en 2017 et renoncer à exercer la direction du parti. «(Ta­nor) n’a pas dit qu’au prochain congrès, si les militants lui font confiance, il ne va pas exercer la direction du parti dont les statuts ne font pas de limitation de mandats pour le postes de Secrétaire général».
Dans ce combat, un poulain de Khalifa Sall soutient Aissata Tall Sall. Il s’agit de Youssou Mbow qui n’arrête pas de rappeler à Tanor sa déclaration aux lendemains de sa défaite à la présidentielle de 2012. « Je vais laisser la place aux jeunes », avait-il dit à Jeune Afrique. Une promesse que l’ancien homme fort du PS ne semble pas pressé de tenir vu les enjeux. Khalifa Sall, engagé dans les Locales, n’a pas encore pris position. Pourtant beaucoup le voit comme un successeur légitime à OTD même s’il ne semble pas avoir le courage de mener le combat pour le départ de Tanor.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image