leral.net | S'informer en temps réel

Conseil supérieur de la Magistrature: Le poste de Doyen des juges de Dakar en attraction

La prochaine réunion du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) est très attendue. Prévue la semaine dernière, elle avait finalement été reportée en raison principalement de l’agenda présidentiel. C’est finalement demain mardi 21 octobre que l’instance doit se réunir sous la présidence de Macky Sall.


Rédigé par leral.net le Lundi 20 Octobre 2014 à 17:00 | | 0 commentaire(s)|

Conseil supérieur de la Magistrature: Le poste de Doyen des juges de Dakar en attraction
Très attendue, car c’est au cours de cette rencontre que sont prises les grandes décisions qui affectent le parcours des magistrats, en particulier leur affectation. Le siège de doyen des juges près le tribunal régional hors-classe est particulièrement visé.

Occupé par le respecté Mahawa Sémou Diouf depuis six ans, il devrait changer d’occupant, selon nos sources. Et les candidats se bousculent au portillon. Le doyen des juges, appellation courante pour désigner le juge du premier cabinet d’instruction, est à la tête de cinq collègues qui dirigent les autres cabinets. Généralement, il hérite des dossiers les plus importants.

Et au cours de ces dernières années, marquées par des affaires politico-judiciaires, exacerbées par la tension qui a entouré la présidentielle de 2012, sans compter les multiples crimes de sang, le doyen Mahawa Sémou Diouf a instruit beaucoup de dossiers brûlants, en particulier les morts d’étudiants, de manifestants ; des affaires de détournement de deniers publics, entre autres.

Cette rencontre du CSM devrait confirmer un important mouvement de magistrats. Un remue-ménage qui ne devrait pas avoir l’ampleur que lui ont récemment prêtée plusieurs indiscrétions. D’importantes nominations donc, mais pas le coup de pied dans la fourmilière annoncé.

Dans la procédure judiciaire sénégalaise, les relations entre le parquet (le procureur et ses substituts) et le juge d’instruction qui mène à charge et à décharge les enquêtes que lui confie l’accusation, sont assez spéciales.

L’un est sous l’autorité de la chancellerie (ministère de la Justice) alors que l’autre, juge dit du siège (assis), avec une certaine liberté d’action, est inamovible. “L’entente” entre le doyen Diouf et l’ancien procureur Ousmane Diagne, aujourd’hui à la Cour suprême, fut saluée en son temps. Critiquée aussi dans beaucoup de milieux.

Son remplaçant, le procureur Serigne Bassirou Guèye, ancien directeur de cabinet de Mimi Touré alors ministre de la Justice, a fini depuis de prendre ses marques à la tête du parquet de Dakar. D’intenses manœuvres et lobbyings ont eu lieu ces derniers jours.

EnQuête






Hebergeur d'image