leral.net | S'informer en temps réel

Consigne de vote d'Aboubacry Mbodj en faveur du Non : Le Conseil d'administration de la Raddho recadre son Secrétaire général

S'il y a des gens que les sorties partisanes d'Aboubracry Mbodj ulcèrent au plus haut point, c'est bien les membres du Conseil d'administration (Ca) de la Rencontre africaine des droits de l'Homme (Raddho). A l'issue d'une réunion, tenue le 11 mars dernier, le Ca de la Raddho a retracé les lignes rouges à ne pas franchir.


Rédigé par leral.net le Samedi 19 Mars 2016 à 10:06 | | 8 commentaire(s)|

Le Conseil d'administration estime que "la Raddho peut participer à des cadres de veille citoyenne, mais dans le respect strict des principes et valeurs qui fondent l'organisation". Pour ses membres, "la Raddho, dans ses prises de position, doit se conformer strictement aux statuts, notamment à son article 3 qui mentionne le caractère non partisan de l'organisation". Ainsi, la sortie d'Aboubacry Mbodj, appelant à voter Non au référendum, les a fait sortir de leur mutisme. "Face à la consigne de vote donnée par le Secrétaire général, le Conseil d'administration, pour éviter le discrédit sur notre organisation, récuse cet acte et lui demande de se conformer désormais scrupuleusement dans ses prises de position, engagements citoyens et déclarations publiques à cette présente note", indiquent-ils dans les colonnes du Pop.

D'ailleurs, le Ca de la Raddho n'exclut pas des sanctions au cas où son Sg serait tenté de récidiver. "Le Secrétaire général doit désormais adopter une démarche participative et collégiale en usant de la concertation et du consensus comme mode de prise de décision. Le Conseil d'administration, afin d'éviter le discrédit, se réserve le droit d'exercer pleinement ses compétences statuaires à chaque fois que des dérives seront commises", indique-t-on dans le journal.

Et le Ca de la Raddho de souligner : "Les Observatoires décentralisés des droits humains, pour éviter la décision et la fragilisation de notre organisation, sont tenus à l'esprit de cohésion et d'adhésion aux prises de position du Secrétaire général dans le respect des textes de l'organisation. En tout état de cause, ils peuvent s'en ouvrir, au besoin, aux instances de l'organisation pour arbitrage lorsque certaines positions leur semblent contraires aux principes et valeurs de la Raddho".

En fait, révèlent nos confrères, le Ca a été interpellé par l'Observatoire décentralisé des droits humains à Kaolack sur la prise de position du Secrétaire général de la Raddho à propos du référendum du 20 mars 2016.






Hebergeur d'image