leral.net | S'informer en temps réel

Constitution de groupes parlementaires : La majorité manœuvre ferme pour déstabiliser l’opposition

La majorité parlementaire Benno Bokk Yakaar est déterminée à combattre ses adversaires. Khalifa Diakhaté et compagnie sont en train de manœuvrer pour augmenter le nombre de députés nécessaire pour l’obtention d’un groupe parlementaire.


Rédigé par leral.net le Mercredi 17 Juin 2015 à 10:15 | | 3 commentaire(s)|

Constitution de groupes parlementaires : La majorité manœuvre ferme pour déstabiliser l’opposition
Le président du groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar, Moustapha Diakhaté, et certains de ses collègues sont en train de préparer une proposition de loi qu’ils vont déposer sur la table de Moustapha Niasse, renseignent nos confrères de journal La Tribune. Ladite proposition consiste à rallonger le nombre de députés nécessaire à la constitution d’un groupe parlementaire. Ce qui fait qu’il en faudra 15 au minimum au lieu de 10. A en croire un parlementaire, cela rentre dans le cadre du retour à l’orthodoxie. Il indique qu’en réalité, pour saisir le Conseil Constitutionnel mais aussi pour déposer une motion de censure, il faut le 1/10éme des députés mais ce sont les libéraux qui l’avaient ramené à 10 en 2007, suite au boycott des élections législatives par les principales formations politiques de l’opposition d’alors afin de permettre à certaines organisations d’avoir un Groupe parlementaire à l’époque. Maintenant, il faut retourner à ce que les textes préconisent, a-t-il indiqué.

La principale cible de cette loi, précise le parlementaire, c’est de réduire à zéro les chances d’Idrissa Séck mais aussi les autres alliés qui voudraient quitter le groupe. Et donc, à la prochaine ouverture de la session parlementaire, si cette volonté se réalise, le leader du parti Rewmi sera doublement sanctionné. Non seulement il sera privé d’Oumar Sarr qui réclame sa tête, mais aussi il risque de peiner pour enrôler quinze députés. Même les libéraux pourraient avoir de la peine à obtenir un groupe parlementaire. A moins que les députés non-inscrits ne reviennent à la rescousse de Modou Diagne Fada et compagnie. Mais cette initiative de Moustapha Diakhaté et de ses camarades ne fait pas l’unanimité. Des députés menacent de démissionner de la coalition de la majorité si ce système est adopté renseigne la source.






Hebergeur d'image