leral.net | S'informer en temps réel

Constitution partie civile de la Bceao : Thione Seck contre-attaque !

Après avoir confirmé la constitution de partie civile de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Bceao) dans le dossier Thione Seck, révélée hier par le journal L'Observateur, Me Ousmane Sèye, joint par Libération, compte attaquer l'institution monétaire en justice.


Rédigé par leral.net le Mercredi 24 Juin 2015 à 09:07 | | 19 commentaire(s)|

Constitution partie civile de la Bceao : Thione Seck contre-attaque !
"Au terme de la loi pénale, toute personne qui prétend être victime d'un délit, peut se constituer partie civile mais à ses risques et périls parce que la loi punit aussi tout abus de constitution de partie civile", a dit l'avocat de Thione qui indique dans les colonnes du journal : "La constitution de partie civile de la Bceao est abusive et nous ne manquerons pas, si cette affaire est renvoyée devant le tribunal, de demander des dommages et intérêts importants pour constitution abusive de partie civile". En effet, Me Sèye estime que "la Bceao n'a aucune qualité pour se constituer partie civile dans cette affaire car n'ayant subi aucun préjudice". "D'abord, ce n'est pas le Sénégal qui bat le F Cfa à fortiori la Bceao qui n'est que le dépositaire du F Cfa. Or, les billets qu'on a retrouvés dans ce dossier sont libellés en dollars et en euros, d'ailleurs, c'est tellement vrai que Thione Seck, Aladji Djitèye ont été inculpés pour détention de signes monétaires ayant court légal à l'étranger. Qu'est-ce que la Bceao est venue faire dans cette affaire de faux dollars et d'euros pour oser se constituer partie civile ?", s'interroge la robe noire. Le conseil du chanteur de poursuivre : "Ensuite, la Bceao n'a aucune preuve qui montre que ces monnaies étrangères ont circulé dans le pays". "Par conséquent, la Bceao a pris le risque de s'incruster dans une procédure qui n'est pas la sienne. Elle assumera toutes les conséquences prévues par la loi", conclut-il.






Hebergeur d'image