leral.net | S'informer en temps réel

Construction d'une station balnéaire à la Pointe Sarène : La Sapco à couteaux tirés avec Koromack Faye

La construction d’une nouvelle station balnéaire à Pointe Sarène pour désengorger Saly qui est devenu un souk est loin d’être effective. La Société d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal (Sapco), qui avait même annoncé la fin des travaux pour l’année 2016, devra batailler ferme pour régler d’abord les litiges fonciers qui sont légion dans cette zone.


Rédigé par leral.net le Jeudi 18 Décembre 2014 à 13:40 | | 4 commentaire(s)|

Construction d'une station balnéaire à la Pointe Sarène : La Sapco à couteaux tirés avec Koromack Faye
Après les attaques virulentes contre le directeur général de la Sapco, Paul Faye, l’accusant de s’offrir des parcelles entre Ngaparou et Mbour, c’est au tour des populations de Pointe Sarène de remuer un autre couteau dans la plaie de la société. Hier, elles ont arboré des brassards rouges pour réclamer la terre de leurs ancêtres. Venues nombreuses manifester sur le site, ces dernières ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : «Libérer la terre de nos ancêtres, sinon ce sera la mort ou la prison», entre autres slogans.

Selon le saltigué, Koromack Faye, les populations de Pointe Sarène ne se laisseront pas faire. Elles feront face et apporteront la riposte à la mesure de l’attaque. Il a également déploré la méthode utilisée par la Sapco qui a spolié les populations en leur dédommageant à hauteur de 400 voire 200 000 francs Cfa. Aujourd’hui, les populations disent avoir fait le tour des autorités religieuses pour les informer sur la situation qui prévaut à Pointe Sarène, mais les choses ne bougent toujours pas dans le bon sens. La colère de ces populations se lit à travers les propos du saltigué Koromack Faye. «Je travaille sur cette terre depuis 15 ans, je suis allé en Casamance pour emmener ces cocotiers que vous voyez ici, et j’ai un projet de création d’un complexe touristique ici. Pour le réaliser, j’ai consulté des architectes sénégalais qui m’ont fait un plan et le projet va coûter plus de 3 milliards de francs Cfa. En son temps, le ministre du Tourisme Youssou Ndour, à qui j’avais présenté ce projet, avait suggéré au directeur de la Sapco, Paul Faye, de s’en occuper, mais depuis lors, je ne l’ai plus revu et pire, il a attendu que je voyage pour venir donner à mes gardiens un papier sur lequel je dois être dédommagé à hauteur de 8 millions de francs, alors que des européens sont venus pour me racheter ce projet à 2 milliards mais j’ai refusé», a déclaré le saltigué. Ce dernier dit n’avoir pas compris l’attitude des responsables de la Sapco, qui n’ont rien trouvé de mieux que de diviser les populations. Face à cette situation, il dit avoir adressé des correspondances à la Prési­dence, mais jusqu’ici pas de réponse. «Je le dis haut et fort, si c’est l’Etat qui est derrière tout cela, nous ferons face et nous userons de tous les moyens même mystiques. Je n’accepterai jamais que cette terre soit donnée à des étrangers, et s’il persiste pour prendre cette terre dont il pense en faire un paradis, ce sera un enfer pour ses occupants», a menacé le saltigué Faye.

Le Quotidien






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image