leral.net | S'informer en temps réel

Contre la xénophobie, les discriminations et le racisme : Le Corax lance un alerte

Les problèmes de paix, de sécurité, développement humain durable, les conflits ethniques et ségrégationnistes ont tellement déchiré l’Afrique au cours de ces dernières années qu’elles entravent encore l’édification des Etat-nations et fragilise le commun vouloir de vie commune qui est le socle de la stabilité.


Rédigé par leral.net le Jeudi 6 Août 2009 à 01:46 | | 1 commentaire(s)|

Contre la xénophobie, les discriminations et le racisme : Le Corax lance un alerte
Les tensions politiques dans notre pays ont tracé de nouvelles lignes de conflits qui risquent, si l’on y prend garde, de nous conduire vers des lendemains regrettables.
La « Sénégalité » est apparu dans le discours politique, non comme creuset de convergence des multiples facettes socio culturelles qui compose le Sénégal et qui font sa richesse, mais comme facteur de négation de la citoyenneté d’une certaine catégorie de sénégalais.
Le vocabulaire qui nous permet de designer l’autre peut bâtir comme il peut détruire la cohésion de la société.
Le Phénomène n’est pas nouveau mais commence à enfler avec l’exclusivisme qui ne grandit ni les discours ni leurs auteurs
En effet la pratique quotidienne nous renseigne sur deux visage de la xénophobie en cours au Sénégal : celle "du dedans" et celle "du dehors".

Une xénophobie clandestine qui se manifeste quotidiennement dans la sphère familiale ou dans le cadre privé (rencontres, accrochages, bagarres) et elle prend sa source dans des considérations culturelles. "Sama peulh-bi", "sama diola-bi", "espèce de gniak", "lui c'est un naar", "libanais rentre chez toi", etc.
Cette xénophobie, usité au bas de l’échelle sociale est tolérée par la société sénégalaise tant qu’elle se limite à sa dimension domestique car elle est courante.

Une xénophobie persuasive, qui se rapporte à la descendance biologique, au nom de famille et aux castes, elle est de plus en plus apparent dans l'espace public (médias, réunions, concertations, etc.) et prend sa source dans les combats politiques que mènent les élites.

.Toutes les deux catégories sont honteuses, vicieuses et dangereuses et leurs combinaisons peuvent conduire à des conséquences incalculables et imprévisibles pour la stabilité et la paix au Sénégal.

Il appartiens a l’intelligentsias d’opposer une farouche résistance a ces actes et discours qui prennent de plus en plus place dans l’espace publique, qui interpellent le citoyens sénégalais a partir des réflexes ethniques ou raciaux, dans le but de liquider un adversaire en le qualifiant de sénégalais pures, de souches ou de sénégalais impures ;

Des actions anodines et brèves ont été à l’origine de toutes les catastrophes connues jusqu’ici par l’humanité.
Faut il rappeler :
Que la première guerre mondiale a éclaté du fait d'un étudiant serbe du nom de Gravilo Princip, qui n’a vécu que 24 ans,et qui appartenait à une organisation terroriste "la main noire".
Que le drame du génocide rwandais a commencé par une chronique quotidienne d'un journaliste de la radio "mille collines" (RTLM) en 1993, une station radio rwandaise, qui n’a émis que pendant 1 ans.

Que le concept de l'ivoirité, comme on parle maintenant de senegalité, inventé par l'ancien ministre ivoirien de la Justice, Faustin Kouamé dans le Gouvernement Kablan avait pour unique objectif d’écarter Allassane Watara de la course vers le pouvoir
Qu’en RDC, la crise qui a abouti à la chute du régime de Mobutu provient de la révolte des Banyamulenges et bangnarouanda, suite à la négation de leur nationalité zaïroise par le pouvoir de Kinshasa.
L’exclusion prend même des allures cocasses comme en Zambie en 96, quand le Président Kenneth Kaunda, qui a dirigé le pays de l’indépendance à 91 fut traité de malawite (donc non zambien) par frederich chilote dans le but de l’empêcher de se présenter contre lui aux élections ; ou encore au Sénégal, ou un ancien ministre, ancien représentant diplomatique du Sénégal a l’étranger, ancien haut fonctionnaire a été récemment traite de non sénégalais.
Nous sénégalais sommes tous porteurs de la différemment et de la diversité qui est notre richesse
Etre sénégalais ne peut se fonder sur la primauté ethnique, le nombre, la condition sociale, le nom, la religion, la langue, la couleur , toutes choses qui confinent certains dans un statut de citoyens de seconde zone, et favorise développent des réflexes, toujours néfastes de survie
Etre sénégalais, c’est surtout une participation volontaire et constructive au destin du Sénégal

Aimons le Sénégal, participons à sa construction, et à sa consolidation démocratique qui puise au plus profond de nos valeurs morales, culturelles et religieuses
Comment faire face aux idéologies de division et d’exclusion qui sont devenues des faits courants tant en cote d’ivoire, au Burundi, dans la région des Grands Lacs et si l’on y prend garde au Sénégal?
Comment éradiquer, au Sénégal, ce mal du 21e siècle avec lequel s’amuse les politiciens et qui a fini de gangréner, voire de miner presque tous les Etats africains?
Quel système politique proposer à même de construire des sociétés et des communautés nationales apaisées et solidaires ?
Comment intégrer les valeurs traditionnelles aux normes universelles de la démocratie pour surmonter les clivages ?
Comment construire une collectivité ouverte, respectueuse de la différence ?
En somme Quel idéal communautaire pour le Sénégal ?
C’est fort de ces interrogations, et en faisant le choix de l’engagement dans l’espérance et dans l’action, que nous nous proclamons CITOYENS DU MONDE,
Les sociétés africaines bouleversées par les crises ont besoin de retrouver l’esprit africain l’esprit de dialogue inclusif et préventif de palabre, dans la paix et la tolérance.
La dérive « ethniciste» et ségrégationnistes se trouve être aussi celle des élites qui l’ont structurées et en ont cautionné le contenu idéologique.
Il est donc urgent pour nous, de commencer ce combat contre la haine et la xénophobie, en sensibilisant le peuple sénégalais, toutes les autorités gouvernementales coutumières, religieuses et diplomatiques qui résident dans notre pays.
C’est pour cette raison que nous lançons un appel a tous les sénégalais, pour qu’il se joignent a nous, afin de consolider le bouclier contre ces « dérives » qui n’ont pour soubassement que les luttes politiques assises sur un égoïsme borné, car même un égoïsme lucide militerai, en dépit de nos querelles, en faveur de la sauvegarde de la branche sur laquelle nous somme tous assis.



Collectif contre le Racisme la Xénophobie, et les discriminations CORAX

rewmi.com



1.Posté par jules le 06/08/2009 14:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le CORAX est un collectif pour defendre les interets de karim wade. votre collectif est mal inspiré car vous defendez l'indefendable. vous etes tous des opportunistes. profitards. si vous voulez un sujet sur quoi diserter voila que le sengal est entre des mains d'un prince heritier qui se croit tous permis. A vos plumes CORAX.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image