leral.net | S'informer en temps réel

Contribution : C’est au pied du mur qu’on reconnaît le maçon

« L’aveu est la tentation du coupable ». Georges Bataille
C’est dos au mur que Maître Abdoulaye Wade a révélé qu’il a logé chez les maçons, il y a près d’un demi-siècle. Notre spécial et déroutant président de la République ne nous avait pas habitués à cette posture passablement défensive. Sa force de toujours a toujours résidé dans le sens de l’initiative, de l’offensive, plus exactement. Mais cette fois-ci, curieusement, il a fallu l’enquête du journal français l’Express soutenant qu’il est un « franc-maçon dormant » pour le réveiller d’un sommeil « mi-séculaire ». Avec ce coming out sur son ancien militantisme au sein de la fraternité maçonnique, on découvre un autre Maître. Poussif, approximatif et évasif. Il pouvait et peut encore mieux faire.


Rédigé par leral.net le Mardi 10 Février 2009 à 22:23 | | 3 commentaire(s)|

Contribution :  C’est au pied du mur qu’on reconnaît le maçon
Examinons de près sa mise au point devant les révélations fracassantes (mais pas nouvelles) de l’hebdomadaire français. M.Wade affirme ceci : « Vous écrivez: "Abdoulaye Wade, jadis initié à Besançon, fait figure de maçon dormant. De fait, il aurait pris depuis des lustres ses distances avec sa loge."C'est exact, mais je précise que je ne suis pas dormant mais radié par suite de ma démission volontaire. Le maçon en sommeil ou dormant est celui qui reste inscrit, donc membre de l'association, mais sans activité. Ce n'est pas mon cas. Etudiant à Besançon, j'ai quitté cette ville en septembre 1959, après ma thèse, soutenue le 27 juin 1959, il y a cinquante ans. Lorsque j'étais jeune professeur, un de mes collègues eut souvent à m'entretenir de la maçonnerie. Par curiosité, j'y ai adhéré, espérant y trouver des échanges intellectuels de très haut niveau. Ce ne fut pas le cas. J'ai démissionné. Acte m'en a été donné depuis plus de quarante ans. S'agissant d'une association, au regard de la loi et de ses statuts, on y entre sur sélection, mais on en sort librement. C'est ce que j'ai fait. »
Cette volonté de clarification vespérale et bancale aurait eu plus de poids, de sens et de crédibilité si le mis en cause avait pris le parti de sortir de l’ombre (ou de la lumière dans le cas d’espèce) de sa propre initiative.

C’est donc acculé, jusque dans ses derniers retranchements, notamment par le battage médiatique occidental, qu’il a décidé de sortir du bois. On se rappelle, en 2007, Mme Marie Mbengue, mère de la défunte Penda Kébé avait jeté un pavé dans la fraternité de « lumière » de M. Wade en lui déniant toute dignité à accueillir l’Organisation de la Conférence islamique. « Un franc-maçon ne peut pas diriger le sommet de l’Oci. Il est franc-maçon. Il a été initié au Grand Orient de France. Il appartient à la loge France unité universelle de Dakar.. Sa femme, Viviane Wade, appartient au Droit humain, la loge mixte de Dakar. Cela s’appelle Fraternité universelle », avait déclaré la dame en colère, sans faire l’objet du moindre démenti ou droit de réponse.. (Source nettali.net du 14 décembre 2007).

La société sénégalaise, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, est fortement hostile aux influentes loges maçonniques accusées de manipuler nos gouvernants après avoir grandement contribué à leur élection. Ce qu’elles ne démentent guère. Les politiques menées sous nos tropiques sont souvent la résonance de visées occidentalo-centristes (diabolisation des religions, laïcisation à outrance de l’espace public, libération totale des mœurs, promotion de l’homosexualité, pénalisation de la polygamie, légalisation de la prostitution…). Les populations locales ne se retrouvent pas souvent dans les choix politiques de leurs dirigeants. Les constitutions africaines sont de pâles copies de celles européennes et les imitent jusqu’à leurs dernières modifications. Le nombre de chefs d’Etat surtout africains, cités dans la franc-maçonnerie, est tellement effarant qu’on se demande si cette obédience ne dirige pas en réalité le monde. S’ils sont aux premières loges (l’expression revêt ici son sens plein et entier) en Afrique, dans les pays occidentaux, les francs-maçons plus ou moins connus peuplent les cénacles des pouvoirs à travers des postes de ministres, élus, conseillers ou capitaines d’industries d’où ils influencent les politiques. En France, il existe une fraternelle parlementaire qui réunit des députés et sénateurs de tous bords affiliés à la franc-maçonnerie qui impulsent la législation hexagonale.

Là-bas, dernièrement, des soupçons démentis par l’Elysée, ont circulé sur l’adhésion de Sarkozy à la franc-maçonnerie après qu’il a apposé à côté de son paraphe habituel dans une lettre adressée au bâtonnier un signe distinctif de la franc-maçonnerie. (Voir Le Quotidien du 6 février 2006).

Le Grand-maître du Grand-Orient de France disait dans une interview au Soleil en avril 2007 que « la maçonnerie au Sénégal est dynamique et en plein développement » renforçant son prédécesseur au poste Alain Bauer (ancien conseiller du Premier ministre socialiste Michel Rocard et conseiller occulte en sécurité de Sarkozy) qui avait soutenu que sa loge avait contribué à l’alternance politique au Sénégal en 2000.

Pis, au Sénégal, la phraséologie sociopolitique ambiante depuis plusieurs années tourne curieusement autour d’un vocabulaire grandiloquent. Remarquez que la maçonnerie affectionne également le qualificatif Grand (Grand Orient, Grand-maître, Grande Loge, Grand Architecte.., signe d’élitisme et de mégalomanie).

La correspondance est pour le moins frappante. Jugez-en : Grands chantiers, Très Grands Projets, Grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance, Train à Grand écartement, Grande muraille verte…On nous signalera la Case des Tout-petits. Soit.

De même, la place du béton (vénéré et sanctifié), des statues (mystérieuses, coûteuses et inutiles) du concret (chanté, dévoyé et galvaudé) est de plus en plus préoccupante au détriment des urgences sociales ravalées au rang de détails qui intéressent seulement nous autres petites gens happées par la grande pauvreté concrète, celle-là. Nous n’avons certainement rien contre la grandeur, loin s’en faut, si elle sert tous les intérêts et non seulement ceux d’une caste de privilégiés qui oublient que le béton, aussi important soit-il, ne se mange pas.

L’aveu tardif de Wade pose également le problème de son opportunité.

Ne serait-il pas plus sage pour notre cher président après s’être repenti de son appartenance ancienne à une loge maçonnique de le garder pour lui-même et ses proches. Sa famille et ses conseillers auraient dû lui suggérer de nous épargner cette confession. Elle n’apporte pas grand-chose, si ce n’est la polémique souvent stérile. Le jeu en valait-il la chandelle ? Assurément non ! L’analyse fine du contexte a visiblement manqué dans cette sortie du président.

Lourd boulet qu’il traîne dans ce contexte particulier du Sénégal et qu’il a voulu détacher en relançant dans le débat public un nouvel os à ronger : présenter officiellement à Touba son fils Karim Wade qu’il définit comme « un bras droit d’une rare fidélité ». Peut-on attendre moins de son enfant ? L’essentiel est ailleurs.

L’idéal serait que le président Wade nous informât sur sa vie avant de briguer nos suffrages. Dans ce cas nous choisirions en toute connaissance de cause. Cela pose avec acuité la nécessité d’une enquête sérieuse de moralité et de personnalité des candidats aux postes de gouvernance.

Maintenant ce qu’on attend de lui, c’est qu’il s’active pour poser des actes qui vont à l’encontre de ses anciennes amours ésotériques. Et les signes sont loin d’être rassurants. Nous en voulons pour preuve le foisonnement de rues, édifices et symboles portant des noms d’éminents personnages maçonniques tels que Jules Ferry, Théodore Roosevelt, Goethe, Washington, Voltaire, Mozart, Félix Eboué et du député sénégalais Blaise Diagne, parrain de rue, école et aéroport (non encore sorti de terre). Cette inflation symbolique ne conforte pas le repentir.

Nous ne faisons pas ici le procès de la franc-maçonnerie encore moins celui de Wade mais avons essayé simplement de passer au crible des actes posés par celui sur qui repose la souveraineté populaire. Cela concernerait un citoyen ordinaire que cela ne nous intéresserait pas. Nous aimerions que le coup de marteau présidentiel ne soit pas un nouvel acte de diversion et non de dévotion sincère, il est urgent que cet aveu franc (?) d’un ex (?) maçon soit suivi d’actes sincères et de rupture. Et là seulement il pourra « se consoler de ses fautes » comme il a eu « la force de les avouer » pour paraphraser la maxime de la Rochefoucauld. Comme quoi c’est au pied du mur qu’on reconnaît le maçon.



Samba Saër Diop



Citoyen inquiet



sambasaerdiop@yahoo.fr





1.Posté par xoossi le 11/02/2009 01:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Article pertinent. Mais aussi faudrait -il qu'il arrêtât la construction d'un monument de 12 milliards pour nous prouver son repentir.Il peut pas a l'heure de finir sa vie nous laisser en héritage des monuments bizarres tels: "mame" de la porte du millénaire qui ait face impunément a la grande mosquée omarienne , le couple de la foire ,le cheval de triangle sud et ce monument de la renaissance "franc maçonnique".En outre nos marbout amnésique ou couards ont vite fait d'oublier que c'est sous leur pression que abdou Diouf avait fait enlever tous les monument dans Dakar pour que la pluie revienne.Maintenant ils acceptent tout.ILS SONT AUSSI COUPABLES QUE WADE.

2.Posté par MAM - Mouvement Anti-Monarchie le 11/02/2009 19:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Cheikh Soumaré du MAM -MOUVEMENT ANTI MONARCHIE- appelle à un vaste sursaut républicain et appelle l'ensemble des sénégalais épris de démocratie et de justice à adhérer à la vaste mobilisation pour empêcher l'installation d'une monarchie au Sénégal.

Rejoignez les sénégalais de la diaspora qui militent pour le respect de la République sénégalaise.
Où que vous soyez dans le monde adhérer au MAM et oeuvrez pour que le Sénégal demeurre une démocratie exemplaire.

Restons vigilants poour sauvegarder le modèle démocratique sénégalais.

Envoyez un email au mam.senegal@yahoo.com

Rejoignez le MAM -MOUVEMENT ANTI MONARCHIE-
mam.senegal@yahoo.com


3.Posté par SANE le 14/02/2009 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je pense que pour ce qui de cet article, c'est plus ou moins bien réussi. De par la richesse des informations qu'on 'y trouve. Mais à mon avis, il faut être très prudent à l'égard de cette nébuleuse maçonique. Dans la mesure où c'est tellement compliqué à l'intérieur au point que toutes les forces se concentrent autour d'elle. Le pays a d'autres problèmes plus sérieux que ce fait divers. Si Me Wade avoue avoir été fran-maçon et puis démissionné par la suite, les langues pendues et perdues doivent se méfier à faire des affirmations et comentaires gratuits. Quelque soit le temps que nous ferons sur cette terre, un jour viendra où chaque âme ne pourra rien contre ou en faveur d'une autre et seul le bon Dieu aura l'ordre et le décret sur toute chose. De grâce, faisons attention sur nos propositions que nous avançons et faisons-la en toute responsabilité.
Merci et excusez-moi si je suis un direct

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image