leral.net | S'informer en temps réel

Contribution : J’irai cracher sur vos tombes

L’amateurisme troublant du futur ex père de la Nation

Sénégal : une "rue publique" nouvellement jumelée avec Israël où les gouvernements se font et se défont au gré du vent et de la saison. 6 premiers ministres en 9 ans, sans mentionner les gouvernements pléthoriques déjà reconduits. L'Etat et la République ont foutu le camp depuis fort longtemps. Près de dix années d’apprentissage du pouvoir n’auront pas suffi à Abdoulaye Wade pour prendre au sérieux l’Institution qu’il représente et les prérogatives qui lui sont accordées. Voilà un pays soumis aux aléas, humeurs et caprices d’un homme qui, malgré tout le respect que nous lui devons, mérite un suivi psychologique. Ses dérives et délires incontrôlées risquent à court ou à moyen terme d’installer le Sénégal dans l'anomie et l’instabilité politique. On s’achemine inévitablement vers des troubles graves à l’ordre public parce qu’Abdoulaye Wade ne sait pas s’arrêter tant que le pire n’est pas atteint. Et le pire, c’est un risque révolutionnaire dont le Sénégal se passerait volontiers. Nombreuses sont les tombes sur lesquelles beaucoup de Sénégalais iront cracher avec fierté.


Rédigé par leral.net le Jeudi 7 Mai 2009 à 02:59 | | 0 commentaire(s)|

Contribution : J’irai cracher sur vos tombes
Karim Wade, pour « sauver » Air Sénégal International ?

Tout porte à croire que le divorce intervenu entre la RAM et ASI n’est pas fortuit. Jusqu’à preuve du contraire, cette « zone de turbulence » que traverse Air Sénégal fait partie du plan B du processus de monarchisation, d’où la volonté d’Abdoulaye Wade de présenter son fils en « Zorro » des airs pour achever -pardon- sauver la compagnie sénégalaise. Le Président a bien mûri son plan ; il savait pertinemment qu’il allait tailler à son fils quatre juteux départements ministériels dont les transports aériens que le Fou du Roi avait chamboulés de fond en comble. La voie est donc balisée pour le Fils, ce rejeton des urnes dont l’immixtion dans le capital de ASI risque fort de connaître le même épilogue que les ICS qui sont passées de 20 milliards de bénéfice à 80 milliards de perte sans mentionner l'endettement à coup de milliards. Toutes les conditions sont réunies pour qu’il recapitalise la compagnie, pour qu’on dise « enfin, il a réussi quelque chose », juste une façon de le légitimer aux yeux de l’opinion. Et de grâce, Karim, pas de Zam-Zam bis.

"Prise d’otage" au Palais

Abdoulaye Diop : « tout ou rien, sinon je dis tout… ». L’argentier de l’Etat retrouve son ministère en entier. Il fait partie des trois "mousquetaires" dont l'épée et la gâchette reste toujours pointées sur la zone « érogène » du Palais. Voilà pourquoi le Président a du mal à se défaire de ses maîtres-chanteurs un peu trop encombrants et à qui il versera la rançon du silence jusqu’au bout. Oussou Bébé part à la chasse et « retrouve » sa place après des menaces. Evidemment, le fantôme de Me Sèye plane sur le Palais et hante beaucoup trop de sommeils. Depuis l’outre-tombe, il règle des comptes et fait chanter les maître-chanteurs qui malheureusement ne trouvent plus le jeu assez drôle…

Ndéné Ndiaye : une marionnette à la primature

Un « brillant » avocat sur lequel Abdoulaye Wade vient de porter son choix pour remplacer Aguibou. On lui souhaite de durer à la primature comme il a duré à la fac. Demandez à Souleymane Ndéné pourquoi la note éliminatoire a été instituée à la fac de droit, il sera très "fier" de vous répondre. Lorsque l’on passe dizaine d'années au lycée pour ensuite s’inventer un Deug en économie, il y a de quoi douter de ses capacités à diriger un gouvernement, si ce n’est pour jouer les marionnettes, un jouet entre les mains du Fils. Si l’on y ajoute une sortie de l’université à 36 ans, un âge très « précoce » pour quitter la fac et devenir ensuite un avocat dont personne ne se rappelle un procès gagné ou resté dans la mémoire…monsieur a vraiment beaucoup de mérite. .... A la place, Abdoulaye Wade aurait pu nommer son fils à qui il a taillé quatre superbes départements dans un même portefeuille, avec le rang de ministre d’Etat. Karim, lui au moins, a eu "son" DESSS, même si...
Entre le redoublement abusif et les auteurs de plagiat, le Président a fait son choix. Décidément, on aura tout vu sous l’ère Wade. Et le pire, c'est qu'à chaque fois qu’on pense que c’est fini, ça recommence.

Momar Mbaye

http://mbayemomar.over-blog.net/






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image