leral.net | S'informer en temps réel

Corruption, chantage et extorsion de fonds à l'IAAF : Ce que dit le rapport de l'AMA sur Lamine Diack et ses proches


Rédigé par leral.net le Mardi 10 Novembre 2015 à 10:08 | | 22 commentaire(s)|

Mis en examen pour blanchiment aggravé et corruption passive, Lamine Diack paye-t-il les errements de son proche entourage ? C’est la question qu’on se pose après la lecture du rapport de 323 pages rendu public par l’Agence mondiale antidopage (AMA), hier, ainsi que les premiers éléments de l’enquête pilotée par la brigade financière de Nanterre et dont le journal Libération a eu des échos. Même si le parquet financier, à l’origine des poursuites, veut vérifier si l’ancien président de l’IAAF a encaissé un million d’euros (655 millions de FCFA) au moins pour couvrir des athlètes russes contrôlés positifs, il est constant que le Sénégalais n’est nullement accablé dans le rapport de l’AMA.

En vérité, l’AMA a juste déduit, après avoir mis en cause un vaste système de chantage et de corruption, que Lamine Diack était censé être au courant de l’existence du système mafieux. Dans ce rapport, certains proches de Diack sont formellement mis en cause par des témoignages et enregistrements audio. C’est le cas de son conseiller juridique, Habib Cissé, de Gabriel Dollé, l’ancien monsieur antidopage de l’IAAF, mais aussi et surtout de Massata Diack, fils de Lamine.

Selon l’AMA, c’est Dollé qui a récupéré le fichier contenant les noms des athlètes épinglés, ainsi que les références de leur dossier. Ceci fait, il a informé la Fédération russe de tous les cas. La Fédération, à son tour, a saisi les athlètes dont certains sont priés de payer pour faire disparaître leur dossier.

L’AMA ajoute que Habib Cissé a d’ailleurs fait plusieurs voyages à Moscou dans le cadre des « négociations » avec la Fédération russe.

Le cas de Asli Cakir Alptekin, l’athlète turc vainqueur de la médaille d’or en 1500 mètres lors des Jeux olympiques de de Londres en 2012, est assez illustratif. Dans le dossier versé à l’accusation, le parquet financier affirme que Pape Massata Diack se serait approché de cette dernière cinq mois après son sacre pour lui réclamer 350.000 euros (213 millions FCFA) parce qu’elle avait été épinglée pour dopage. L’athlète refuse, ce qui lui voudra une sanction étalée sur huit ans.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image