Leral.net | S'informer en temps réel



Côte d’Ivoire: Ouattara réprime le meeting de la CNC

le 29 Septembre 2015 à 16:00 | Lu 462 fois

Le meeting de la Coalition nationale pour le changement (CNC) prévu pour ce samedi 26 septembre 2015 à la place FICGAYO de Yopougon (Abidjan), n’a pas pu se tenir.


Côte d’Ivoire: Ouattara réprime le meeting de la CNC
 
 
Ce matin, les manifestants venant de partout, butent sur une meute de forces de l’ordre (policiers, militaires, gendarmes) appuyée de la milice Dozo et deux véhicules de soldats de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI). Des cargos sont assez visibles pour dissuader les militants accourus à l’appel de leur instrument, la CNC. La police avait déjà démonté les bâches devant abriter la foule. Des délégations qui continuent d’arriver des différentes communes d’Abidjan et des environs. Ce, parce que le Gouvernement n’a pas interdit officiellement le rassemblement. 

Mais les hommes de Ouattara ne se sont pas limités à occuper le lieu de rassemblement de la CNC. Ils poursuivent les manifestants dans les quartiers de Yopougon. C’est la vraie course-poursuite, la chasse à l’homme, le sauve-qui peut. Selon des sources proches du dossier, à la mi-journée, c’est la Directeur général adjoint de la police qui informe au téléphone le Pr Gnaoulé Oupoh, président du comité d’organisation du meeting, pour lui signifier que la police a mis aux arrêts une vingtaine de ses camarades. 

Et selon d’autres sources, Ayékpa Dénis, le Secrétaire général de l’Union des nouvelles Générations (UNG) de Stéphane Kipré, a été arrêté. Mais les militants refusent de faire machine-arrière parce que pour eux, c’est une manifestation normale, qui n’aurait rien de répréhensible. C’est un meeting de la CNC qui a trois candidats à la présidentielle, qui devaient s’adresser ce samedi à leurs partisans et électeurs. D’où la répression sauvage contre eux. 

Il y avait plus de 500 éléments des forces de l’ordre dans la commune du maire Gilbert Kafana. Comme si l’on avait déclaré la guerre à cette cité. « Quand ils voient trois ou cinq personnes ensemble, ils les gardent, ils les arrêtent », témoigne un habitant de Yopougon. 
Pourtant le vendredi 25 septembre 2015, la veille donc, jusqu’à 18h, selon les mêmes sources, les organisateurs étaient avec les autorités du ministère d’Etat ministère de l’Intérieur. Il ne leur a pas été signifié que le rassemblement a été interdit. Ce serait vers 22 h que le Directeur de Cabinet ministère de l’Intérieur appelle pour dire que le maire de Yopougon a interdit le meeting. 

A quel moment donc pouvoir informer les militants ? Impossible de passer efficacement un message. Or, ce même samedi, l’on constate dans la même commune de Yogougon, qu’à quelques mètres de la place FICGAYO, au siège de Rassemblement des républicains (RDR) à la rue Princesse, le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) a tenu un meeting que la police a sécurisé. 

Dans l’après midi de ce samedi, le Pr Gnaoulé Oupoh devrait faire le point de la situation au cours d’une conférence de presse. Voilà comment se comporte la dictature d’Alassane Dramane Ouattara en Côte d’Ivoire. 
 
 
 
Afrik53.com - News 7sur7..