leral.net | S'informer en temps réel

Coupable de recel d’objets voles chez le directeur régional adjoint des nations unies pour l’Afrique de l’ouest : Cheikh Tidiane Wilane écope de 2 ans, dont un mois ferme

Malchanceux jusqu’au bout des ongles, Cheikh Tidiane Wilane semble l’être vraiment. Et sa version des faits à la barre du tribunal des flagrants
délits le démontre à suffisance.


Rédigé par leral.net le Lundi 2 Juillet 2012 à 17:58 | | 0 commentaire(s)|

Coupable de recel d’objets voles chez le directeur régional adjoint des nations unies pour l’Afrique de l’ouest : Cheikh Tidiane Wilane écope de 2 ans, dont un mois ferme
Jeune vendeur de téléphones portables, il dit avoir été trouvé à sa place par un certain Ahmed Seck qui lui a proposé d’échanger un téléphone Nokia plus une somme d’argent contre un appareil de marque Samsung Duos. Ce qu’il soutient avoir fait.
Il ignorait, cependant, que l’objet qui lui a été refilé provenait d’un lot de matériels volés dans le domicile de Maxime Houinato, Directeur régional adjoint de l’Onu-femmes pour l’Afrique de l’ouest. Et c’est à la faveur d’une descente de la police sur son lieu de travail qu’il va découvrir le pétrin dans lequel il s’est fourré. Il a ainsi nié, à la barre, avoir participé au vol ou au recel de produits soustraits. La partie civile, entendue à la barre, a indiqué avoir porté plainte contre Sagam, la société de gardiennage chargée de veiller sur ses biens et non contre le mis en cause. Selon lui, c’est la nuit qu’il s’est rendu compte que son domicile avait reçu la visite de voleurs qui lui ont soustrait un I phone, son ordinateur portable et d’autres téléphones portables appartenant à des membres de sa famille. C’est, selon lui, ce qui a motivé sa plainte auprès de la police qui, après avoir ouvert une enquête et réquisitionné la Sonatel, a pisté un des téléphones portables du fonctionnaire international et a conduit les limiers sur les traces de C. T. Wilane. Victime de vols répétitifs chez lui, Maxime Houinato a réclamé une réparation du préjudice énorme
qu’il dit avoir subi, mais a sollicité une réserve de ses intérêts. Le parquet s’en est rapporté, permettant ainsi la défense de prendre le relais. Me Ndiaga Dabo, qui défendait les intérêts du sieur Wilane, dans sa plaidoirie, a précisé que son client, dans le cas d’espèce, n’a jamais été pris en flagrant délit de vol. Convaincu que le dossier a été dressé dans l’empressement et qu’il n’y a dans cette affaire aucune preuve accablant
contre son client, Me Dabo a sollicité la relaxe au bénéfice du doute. Le tribunal, après avoir requalifié les faits en recel, a jugé Cheikh Tidiane Wilane coupable de ce chef, avant de le condamner à deux ans, dont un mois ferme.
SOURCE:POPxibaar
Youssouf SANE







Hebergeur d'image