leral.net | S'informer en temps réel

Coupe du Monde 2014 : Le Costa Rica crée la sensation devant l’Uruguay !

Première journée dans le groupe D, et première sensation dans l'un des groupes les plus relevés de cette Coupe du Monde. Le Costa Rica, promis à un rôle de faire-valoir, crée la sensation devant l'Uruguay, grâce à sa victoire 3 buts à 1.


Rédigé par leral.net le Samedi 14 Juin 2014 à 21:54 | | 0 commentaire(s)|

Coupe du Monde 2014 : Le Costa Rica crée la sensation devant l’Uruguay !
C’est une sélection du Costa Rica qui n’a pas volé sa place en Coupe du Monde que l’Uruguay s’apprête à affronter. Les Ticos sont parvenus à se hisser à la deuxième place des éliminatoires de la zone Concacaf, devant le Honduras et le Mexique, tout de même. Avec un bilan de 8 victoires en 16 matches, le groupe emmené par Jorge Luis Pinto aborde la compétition avec sérénité au sein d’une poule très relevée. Côté Uruguay, la victoire est impérative.

Si la Celeste veut sortir de son groupe, elle a intérêt à empocher les trois points dès son premier match, avant de rencontrer des cadors du football mondial, l’Angleterre et l’Italie. Les 7e du classement Fifa devront faire sans leur buteur prolifique Luis Suarez et son genou gauche encore trop fébrile. Il débutera la partie sur le banc. Pour le suppléer sur le front de l’attaque, le vétéran, Diego Forlan, 35 ans, qui tentera de rééditer sa performance du Mondial 2010, où il avait été élu meilleur joueur du tournoi. Il évoluera au côté de l’attaquant parisien, Edinson Cavani.

Le premier quart d’heure passe sans qu’aucune des deux équipes ne prenne d’ascendant sur l’autre. Les premières occasions sont à mettre au compte des Costaricains, avec notamment une tête de Bryan Ruiz qui passe au-dessus du cadre (11e). De l’autre côté, les Uruguayens ont du mal à se trouver. Les nombreux supporters de la Celeste croient pourtant prendre l’avantage dans cette rencontre, mais le but de Godin est logiquement refusé pour hors-jeu (15e). Dans la foulée, Cavani manque une énorme occasion d’ouvrir le score en ratant sa volée suite à un dégagement confus adverse (16e). A la 22e minute, Tejeda commet une lourde faute sur Rodriguez. Forlan tire le coup franc. Dans la surface, Diego Lugano est ceinturé par Diaz et l’arbitre indique le point de penalty. Une sentence transformée par Edinson Cavani, qui ajuste parfaitement Navas (1-0, 23e).

Piqué au vif, Campbell décoche une frappe lointaine qui fait frémir le stade Castelão (26e). Peu avant la mi-temps, Forlan est tout proche de doubler la mise suite à son tir contré par Duarte, mais Navas, vigilant, sort l’envolée décisive et détourne en corner (44e). Un très bel arrêt qui permet au Costa Rica de ne rentrer aux vestiaires avec un petit but de retard.

A la reprise, l’Uruguay se fait peur. Duarte, libre de tout marquage, reprend de la tête un coup-franc botté par Bolanos. Mais Muslera veille au grain et détourne la tentative du Costaricain (50e). C’est alors que le match va basculer. A la 53e minute, les efforts du Costa Rica paient enfin. Le plus gros danger offensif, Campbell, étonnamment seul dans la surface, crucifie le portier uruguayen (1-1). Quelques minutes plus tard, les Ticos créent la sensation en prenant l’avantage grâce à une tête plongeante de Duarte suite à une merveille de coup-franc de Bolanos (1-2, 58e). Le marquage des hommes de Tabarez est trop laxiste et l’Uruguay est au bord du gouffre.

Les occasions pleuvent sur les cages du gardien du Galatasaray. Campbell, décidément intenable, n’est pas loin d’écœurer ses adversaires, mais sa frappe brossée se dérobe (64e). Les doubles champions du monde n’ont toutefois pas dit leur dernier mot. Cavani, quelque peu absent en seconde période, tente de réveiller les siens mais sa tête est détournée en corner par Navas (69e). Incapables de renverser la vapeur, l’Uruguay rend définitivement les armes quand Urena, entré en jeu une minute plus tôt, inscrit le troisième but de son équipe.

Le joueur du Kuban Krasnodar, parfaitement lancé par Campbell, trompe Muslera tout en finesse (1-3, 83e). Coaching gagnant pour Jorge Luis Pinto. Et énorme sensation dans cette Coupe du Monde. Soirée noire pour la Celeste, qui se conclut par l’exclusion de Maxi Pereira suite à son agression sur Campbell (90e+4).

Footmercato






Hebergeur d'image