leral.net | S'informer en temps réel

Coups d’états, société civile forte : les défis pour les démocraties en Afrique


Rédigé par leral.net le Jeudi 24 Septembre 2015 à 11:19 | | 7 commentaire(s)|


Ce 16 Septembre, encore un autre jour sombre de l’histoire politique du Burkina Faso dit pays des hommes intègres. Cette date marquera un recul regrettable du processus de démocratisation entamé depuis la chute de Blaise Compaoré. Elle ne figurera pas en bonne place dans les annales de ce pays Ouest-africain.

Moins d’un an après la fin-surprise du régime de Blaise Compaoré et le début d’une transition délicate, le sous-continent Ouest-africain continue d’analyser les conséquences désastreuses de toutes les manipulations des chefs d’Etat pour leur pérennisation au pouvoir.

Pour y arriver, ces chefs d’Etat en place, souvent même élus à l’issue d’un processus démocratique n’hésitent pas à fausser les règles établies par des subterfuges pour rester au pouvoir. Nous avons eu ainsi droit aux révisions de constitutions inopportunes et « déconsolidantes », tripatouillages des urnes et des résultats électoraux, négation des droits élémentaires de la démocratie dans le domaine des libertés individuelles et de la liberté d’expression en particulier. Autant de freins inhérents à la survie de certains régimes qui ne peuvent plus inventer avec leurs peuples un avenir à la hauteur des attentes de ceux-ci.
Le Général Gilbert Diendéré et sa soldatesque du régiment de la sécurité présidentielle (RSP) ont jugé utile de faire basculer le Burkina Faso dans l’anarchie et l’incertitude en prenant en otage le Président de la Transition Michel Kafando, le premier ministre Isaac Zida et plusieurs autres ministres. Suspendant ainsi la marche de toutes les institutions issues des Accords de la transition post-Compaoré, cet appendice redouté et redoutable de l’armée burkinabé que représente le RSP a pris brutalement le contrôle de certains medias, plongeant la société burkinabé dans la crainte d’un chaos dont on ignore toujours la fin même si la réactivité de la diplomatie de la CEDEAO a représenté une réelle source d’espoir.


Implication de Macky Sall et de Yayi Boni : Une diplomatie africaine agissante

Dès le lendemain de ce putsch inattendu, la CEDEAO est rentrée en scène, son président en exercice Macky Sall Président du Sénégal et Yayi Boni Président du Bénin annoncent leur présence au Burkina pour nouer le dialogue entre la transition et le RSP et revenir à une situation institutionnelle stable préparant dans la sérénité les prochaines élections tant attendues par le peuple burkinabé. Les pourparlers ont permis de recueillir les points de vue et attentes des membres de l’opposition rencontrés et d’une partie de la hiérarchie militaire. Les deux Présidents se sont attelés à décrisper la situation, rappelant le respect à la Transition et la nécessité de libérer le Président Kafando et toutes les autorités dont le sort inquiétait tout un continent. Dans une ambiance improbable, le Président Macky Sall a souhaité créer les conditions d’un retour à la paix et à l’ordre institutionnel. Face à une junte militaire décidée à garder le pouvoir et à briser toute forme de contestation civile et constitutionnelle, la tâche était ardue et improbable au vu des rapports de force en place au Burkina. Il fallait éviter au peuple burkinabé l’ouverture d’un cycle de conflits les basculant probablement dans une guerre civile. Nous nous félicitons que la médiation des Présidents Sall et Yayi a « gelé » le brasier qui couvait, renvoyant la suite vers de nouvelles négociations avec la CEDEAO actuellement en cours. En dépit d’un historique défaillant en matière de résolution des crises, la CEDEAO a cette fois-ci, réagi promptement et décidé de prendre la situation burkinabé au sérieux.

L’heureuse implication de la société civile africaine dans le règlement des crises

Les violences contre les manifestants et représentants du Balai citoyen, un de fer de lance de la société civile burkinabé, ce 16 septembre aura connu l’un des pires drames de ce pays avec une dizaine de morts et plus d’une centaine de blessés dont certains par balle. L’image d’un bébé ayant reçu une balle dans le ventre de sa mère enceinte est d’une cruauté indicible. Au-delà de ces tragédies à répétition, l’enjeu le plus questionné est celui de la survivance même de ces Etats. Un pouvoir qui décime sa première ressource, les femmes et les hommes qui le constituent, est vulnérable à toute atteinte extérieure et ne saura pas résister à la moindre instabilité par défaut d’adhésion de ses populations. Le Burkina-Faso et bien d’autres pays du continent, du Maghreb à l’Afrique australe, engagent ainsi leur propre avenir en réprimant si rudement leur peuple quand celui-ci résiste à des abus de pouvoir déplorables.
La violence observée et exercée par les militaires du RSP dans les rues de Ouagadougou donne l’image d’un pays qui brise l’espoir des luttes vaillantes et populaires qui ont emporté le régime de Compaoré. Au Sénégal, nous avons échappé à cette situation le 23 Juin 2011 grâce à l’existence d’une armée républicaine et d’un dialogue politique avec les membres de la société civile qui est fécond. La société civile, avec en tête d’affiche le mouvement « Yen a marre » ont donc su faire plier le projet du Président Abdoulaye Wade dans sa recherche de dévolution monarchique du pouvoir.

En se félicitant du rôle des mouvements comme le « Balai Citoyen » et « Yen a marre », il faut noter que ces mouvements ont joué un rôle certain dans les luttes démocratiques en Afrique, mais il ne faut surtout pas oublier, que les organisations de la société civile de tout ordre, sont en train de faire un travail considérable dans nos sociétés depuis des décennies avec de leur côté dans la plupart des pays l’apport des syndicalistes et des partis de gauche traditionnels.
Ces dernières années, l’irruption des Think Tanks dans le débat public africain est aussi à encourager. Ces cercles de réflexion jouent un rôle considérable d’éveil des citoyens, de force de propositions pour les pouvoirs publics dans les pays dans lesquels ils s’installent. L’exemple d’Imani Francophone au Ghana, du Think Tank Ipode et du Forum Civil au Sénégal sont à saluer et ont aidé à trouver des solutions de politiques publiques efficaces et durables aux crises économiques, sociales ou politiques et aux bouleversements sociaux par la prospective. Ils méritent d’être encouragés et promus pour leur rôle de veille et de force de propositions. La résistance s’est aussi constituée sur les réseaux sociaux, relayant des informations sur l’avancée de la situation burkinabé et proposant des modes d’action pour un retour à la paix.
Voir ainsi la société civile africaine se diversifier et s’activer sur l’élaboration des politiques publiques et la mise en place des mouvements de résistance est source d’espoir pour notre continent si malmené avec tous ces chocs exogènes qui sont encore mal maitrisés.
Malheureusement des Gilbert Diendéré se tapissent encore dans les armées et au cœur de certains pouvoirs politiques du continent. Pour arriver à la fin de l’ère des coups d’Etat et favoriser l’ancrage de la démocratie sur le continent. Il est urgent que ces coups de force soient sévèrement condamnés et leurs auteurs dissuadés de façon définitive. Dans ces propositions de pistes que nous faisons ici nous espérons qu’en travaillant sur ces axes, l’Afrique pourra retrouver la paix sociale durable nécessaire pour amorcer l’émergence tant attendue dans biens des pays.

Recommandations :

- Faire émerger des Etats forts pour tous

Pour des Etats forts, il faudra que les jeunes Etats africains accèdent à la qualité d’Etats de droit. Il ne peut y avoir d’Etat de droit sans un développement économique autocentré et endogène et une promotion de la paix dans les différents territoires. Pour atteindre ces objectifs, un sujet est essentiel et doit constituer la priorité dans tous les pays africains: c’est l’éducation.
L’éducation est le socle du développement de toutes les nations. Un Etat de droit qui inclut toutes les couches sociales et tous les segments administratifs et politiques d’un pays est une chose possible aussi en Afrique.

- Pour la professionnalisation de nos armées

Tant de corps dits armés sont réduits à leur statut de garde prétorienne totalement vouée à la sécurité et à la survie d’un seul homme. Très généralement, certaines armées sont ethnicisées et considérées comme bras armé d’un groupe contre l’ensemble de la nation. Une armée doit être républicaine et est au service des institutions et du peuple, assurant la sécurité à l’intérieur et aux frontières du pays. Les Etats africains doivent être vigilants dans la constitution de leurs armées, à un équilibre intelligent des forces vives des nations e évitant une présence hégémonique d’une ethnie, d’un peuple ou d’une croyance.

- Pour une CEDEAO, des organisations sous régionales et une Union Africaine fortes et légitimes
Manifestement, la médiation du Président sénégalais Macky Sall et de son homologue béninois, Boni Yayi n’a pas atteint les objectifs de résolution de la crise mais elle a fait baisser la tension palpable d’enveniment de la situation. Etre reçus par le général putschiste Diendéré et lui permettre d’être au cœur des discussions donnaient l’impression de le légitimer dans son rôle de nouvel homme fort du Burkina. L’opposition et la société civile ont peu goûté de voir le meneur du RSP aux avant-postes de la négociation de sortie de crise.
Clairement, il appartient aux organisations sous régionales et à l’Union de réserver exclusivement les discussions aux autorités légales et légitimes. Au-delà des condamnations de principe, il ne faut en aucun cas négocier avec des putschistes mais surtout leur accorder une amnistie pour tous les crimes commis. La négociation ne doit pas sacrifier les principes de droit à la justice pour la mémoire des familles éplorées et permettre de décerner un blanc-seing à tuer impunément. Les crimes issus des coups de force doivent être imprescriptibles pour les auteurs et commanditaires.

- Force aux citoyens et à la société civile

Au Burkina Faso, au Sénégal, au Bénin, ailleurs, la société civile s’organise de plus en plus pour rappeler aux pouvoirs l’urgence de rétablir l’Etat de droit et de respecter les acquis démocratiques. C’est ici l’occasion de rendre un vibrant hommage aux leaders burkinabé du Balai Citoyen Martin Bambara, alias Smockey ou encore Sam's K le Jah, qui déjà, Place de la Révolution, avaient déjà poussé le régime Compaoré à abdiquer.
Il appartient aux dirigeants de soutenir toute forme d’organisation qui plaide en faveur de la démocratie, de l’amélioration des conditions de vie et de travail des citoyens et de l’émancipation de tous. Il faut rappeler également le pouvoir moral des autorités religieuses et cultuelles qui permettent de restaurer, par des appels, à la paix et à l’unité nationale.
Au Burkina Faso, le rôle de la France a été discret voire minimaliste, permettant aux Africains de régler la crise. Pendant longtemps, l’implication de la France a toujours été inadaptée aux enjeux locaux et déconnectée des urgences. Aujourd’hui, cette impression n’a pas évolué vers quelque chose de positif et constructeur. Le soupçon de néocolonialisme et le pouvoir de nuisance ne sont pas des fantasmes de nationalistes africains. A cet effet, la société civile, les Think Tank africains, les pouvoirs publics du continent doivent totalement s’approprier des préoccupations du continent et trouver les ressources économiques, militaires et diplomatiques, idoines pour régler par eux-mêmes les problèmes de l’Afrique.

Conclusion

Suite à la médiation d’apaisement de la CEDEAO menée par son Président en exercice le Président Macky Sall, l’espoir est encore permis au Burkina. Il est impératif que ce pays ne soit pas déstabilisé dans sa marche difficile vers sa reprise de souveraineté par son peuple. Tous les peuples africains devraient y travailler par l’implication de leurs Etats au nom d’un panafricanisme de solidarité et d’unité. Le sommet de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) convoqué à Abuja sera l’occasion pour les chefs d’Etats de l’Afrique de l’Ouest de discuter du projet de sortie de crise élaboré par les médiateurs Sall-Boni. Il est souhaitable que des résolutions fermes y soient prises pour que la tentative de putsch de Diendéré soit un épiphénomène dans e processus de transition. Notre souhait est de voir le Burkina goutté dans les mois à venir, à cette fierté d’avoir retrouvé le pouvoir d’autodétermination de son peuple dans un processus démocratique et que la vision et les idéaux révolutionnaires de feu Thomas Sankara y revivent pour l’indépendance et la prospérité d’une Afrique qui marche vers l’Union.
Nous sommes le 23 septembre 2015, Ouagadougou retient son souffle…
En observant l’évolution de la crise au Burkina Faso, nous regardons dans le miroir de notre avenir commun.

Régis HOUNKPE, Directeur exécutif d’InterGlobe Conseils
Mohamed LY, Président du Think Tank IPODE
Isidore KPOFUTE, Président du Think Tank Imani francophone au Ghana







Hebergeur d'image