leral.net | S'informer en temps réel

Cour d'Assises de Ziguinchor: Un cultivateur de cannabis condamné à 10 ans de travaux forcés

La Cour d'assises de Ziguinchor (Sud) a condamné, mardi, à 10 ans travaux l'inculpé Chérif Mballo et ordonné en même temps la confiscation et la destruction du chanvre indien dont la culture est à l’origine de ses déboires avec la justice, a constaté l'APS.


Rédigé par leral.net le Mardi 3 Décembre 2013 à 23:01 | | 0 commentaire(s)|

Cour d'Assises de Ziguinchor: Un cultivateur de cannabis condamné à 10 ans de travaux forcés
Les faits pour lesquels l’accusé a été renvoyé devant la Cour d’assises remontent au 28 mai 2011 à Bamako Samba, dans la région de Kolda.

Tout se précipite lorsque les éléments de la brigade de gendarmerie de Vélingara sont informés par une personne anonyme que Chérif Mballo est un grand trafiquant de drogue. Selon la même source, le mis en cause aurait même aménagé un champ de cannabis dans son domicile.

A leur arrivée sur les lieux, les pandores découvrent 20 plants de chanvre indien de 1,5 cm. Aux enquêteurs, Cherif Mballo déclare qu'il avait acheté 200 g de graines de cannabis en Guinée-Conakry pour un montant de 75.000 francs guinéens, soit 12.500 FCFA.

Il explique que la drogue était destinée à sa consommation personnelle, à celle de ses amis, tout en reconnaissant qu’il en vendait une partie pour assurait sa dépense quotidienne.

Mais face au juge d'instruction, il a varié dans ses déclarations, en soutenant que les gendarmes avaient découvert huit plants de chanvre indien. Il a également dit qu’il ignorait que la culture du chanvre indien était punie par la loi.

Chérif Mballo a affirmé à la barre qu'il avait acheté un joint de cannabis pour sa consommation personnelle en Guinée-Conakry, un pays où il a étudié le coran pendant sept ans. Il explique que ce sont les résidus du cannabis qu’il a fumé qui ont par la suite germé dans la cour de son domicile.

L’inculpé a nié catégoriquement avoir acheté des semences de chanvre indien, insistant sur le fait que les gendarmes n’avaient découvert que huit plants chez lui.

Mais d’après l'avocat général, la version servie par Chérif Mballo ne résiste pas à l’analyse. C’est pourquoi El Hadji Alioune Abdoulaye Sylla a requis 10 ans de travaux forcés à son encontre, en relevant que les faits de culture de chanvre indien sont constants.

Quant à la défense, elle a mis exergue les insuffisances du procès -verbal qui font douter des déclarations de l’accusé. De fait, Me Corneille Badji a demandé une application bienveillante de la loi pour son client afin de lui donner une chance.

La cour n’a toutefois pas suivi son avis, déclarant Chérif Mballo coupable des faits de culture de chanvre indien, avant de lui infliger une peine de 10 ans de travaux forcés.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image