leral.net | S'informer en temps réel

Crash d'un bimoteur au large de Dakar: L'enquête accable l'Anacim et Senegalair


Rédigé par leral.net le Mercredi 7 Octobre 2015 à 11:08 | | 1 commentaire(s)|

L’enquête faisant suite au crash d’un bimoteur au large de Dakar, qui a fait sept morts, est accablante pour l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (Anacim). Des informations parues dans Libération montrent que la responsabilité de l’Anacim et de Senegalair est sérieusement engagée dans ce drame. Selon le journal, le comptable de l’Anacim avait produit un rapport pour signaler que Senegalair était incapable d’exploiter une licence. Le comptable, qui avait effectué une mission d’audit dans la compagnie, s’était offusqué du manque de moyens financiers de Senegalair qui n’arrivait même pas à payer les cotisations sociales de ses employés qui n’avaient aucune formation en matière de gestion de risques. Mieux, Senegalair qui est restée deux ans sans activité, devait même des arriérés de loyer à l’Agence des aéroports du Sénégal (Ads).

Ce n’est pas tout. A la suite de problèmes techniques, le bimoteur de Senegalair qui a crashé, avait été immobilisé avant « réparation ». C’est ainsi que Senegalair a sollicité auprès de l’Anacim un certificat de navigation pour l’appareil. Un certain Daff, agent de l’Anacim, a été envoyé pour inspecter le bimoteur. Dans son rapport de mission, il a été détecté plusieurs défaillances avant que Senegalair ne s’engage à les corriger. Cette « correction » faite, l’appareil a reçu son certificat. L’enquête s’est insurgée contre la légèreté de cette mission d’inspection. Non seulement, il n’y a jamais eu de contre-expertise mais aussi, un défaut, signalé par l’inspecteur, n’avait pas encore été corrigé.

Plus grave encore, l’Asecna avait écrit à l’Anacim pour signaler une défaillance de l’altimètre du bimoteur de Senegalair. L’Anacim attendra 35 jours, c’est-à-dire après le crash pour répondre à cette missive.






Hebergeur d'image