leral.net | S'informer en temps réel

Création d'un Conseil national de transition gambien (CNTG) : Sheikh Sidia Bayo face à la dictature de Jammeh

Le régime de Jammeh est sur le point de s'écrouler, et ce dernier est très persuadé que des choses se passent en dehors de ses frontières pour accélérer cette chute. Bien évidemment, la bonne question que tout le monde se pose est comment faire pour coordonner les mouvements de révolte dormants, à l'intérieur de la Gambie.


Rédigé par leral.net le Vendredi 7 Septembre 2012 à 01:00 | | 5 commentaire(s)|

Création d'un Conseil national de transition gambien (CNTG) : Sheikh Sidia Bayo face à la dictature de Jammeh
Aujourd'hui, Jammeh compte du bout des doigts ses partisans, car les gambiens de l'intérieur comme ceux de la diaspora ont vomi l'homme avec ses pratiques malsaines, tyranniques, hypocrites, sous fond de torture, de pression, de chantage, installant chez ses administrés la peur au ventre et le silence obligé de tous. C'est ainsi que les gambiens de tout bord, sont en train de s'organiser pour unifier leurs actions en vue de déstabiliser le régime de Jammeh. Le cas du très jeune et très expérimenté Sheikh Sidia Bayo nous intéresse. A peine âgé de 33 ans, il a déjà parcouru beaucoup de pays de la sous-région et en dehors des frontières africaines, sensibilisant les dirigeants de la face cachée de Jammeh, et de la volonté du peuple gambien à aller vers une alternance démocratique. Les voies dont il use sont la concertation, le dialogue et l'union autour d'un objectif, le départ de Jammeh. Il a un projet de société très pertinent sur un fond de patriotisme pour une Gambie émergente, de ressouder les liens séculaires qui unissaient d'antan la Gambie et le Sénégal, d'amener nos deux pays à intensifier leurs échanges d'information sur la sûreté de nos frontières pour ensemble, éteindre les feux ardents de la rébellion casamançaise, développer un nouveau type d'agriculture qui va inciter les fils des deux pays à retourner aux terres avec zéro risque prévu par la création d'une agence des risques, soutenues par les nouveaux outils des institutions financières privées. Et pour Mr Bayo, cela ne peut se faire que lorsqu'il y a la mobilité des populations, et cette mobilité ne pourra voir le jour qu'avec d'abord la construction du pont qui reliera nos deux pays, du pont industriel uniquement destiné à l'acheminement des produit agricoles et miniers en provenance soit de la Gambie ou du Sénégal, ensuite la suppression des barrières douanières et policières, pour mieux vivre les réalités profondes de la Sénégambie. Né en 1979 à Paris, et diplômé de l'université de Versailles St. Quentin en Yvelines (langue et civilisations étrangères, option anglais, italien, espagnol, néerlandais) 1999-2001, il fut pendant six ans (2006-2011) responsable politique Europe des élections présidentielles et législatives pour le candidat, leader du principal parti de l'opposition gambienne (UDP), Oussaynou Darboe.Il a conseillé entre autre, entre 2003 et 2006, en tant qu'expert et consultant en pétrole et gaz, la Mauritanie pour le développement des puits offshore et Mr Ousmane Jammeh pour la vente aux enchères des puits de pétrole offshore de la Gambie d'où sa grande maîtrise des énergies et de leur renouvellement. Sheikh Sidia est actuellement chef d'entreprise en France, où il s'est exilé officiellement depuis 2011. Il se prépare depuis quelques temps à officialiser le Conseil National de Transition pour la Gambie, avec d'autres forces gambiennes, et l'acceptation de ce conseil passe d'abord par de lourdes sanctions extérieures, qui pèseront lourd sur Jammeh, et qui vont l'asphyxier de tout bord, et pousser les populations gambiennes à exprimer ouvertement et finalement leur colère et leur ras le bol qui dormaient en elles depuis plus de 15 ans, du régime despotique d'un Jammeh égoïste, hypocrite et sans aucune vergogne. Aujourd'hui la transition en Gambie est inévitable, et les fils de la Gambie toute entière sont en train d'y travailler (politiciens, corps militaire, société civile, etc...) pour une Gambie émergente, démocratique et républicaine.

A SUIVRE !



1.Posté par enfant du sénégal le 07/09/2012 01:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voici le profil d'homme politique qui pourrait faire l'affaire de la Sénégalais. C'est un profil qui ne peut avoir aucune complexe vis à vis des autorités du Sénégal. Et je pense que si jusqu'ici on a pas eu des bonnes relations avec les gambiens c'est parce que ce pays avait à sa tête des hommes politique qui pour cacher leurs limites manifestaient un certain mépris pour le sénégal et les sénégalais.
vive la sénégambie

2.Posté par bathie le 07/09/2012 07:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LAISSER JAHMEH IL A RAISON DE TUER SI ON FAISAIT COMME LUI AU SENEGAL ON NE TUERAIT PAS LES GENS COMME CELA SE FAIT ACTUELLEMENT.

3.Posté par Sage le 07/09/2012 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est faux, ce Monsieur est un menteur double d'un escroc. Il fait parti du dispositif de renseignement de Yaya Jammeh. C'est de la diversion.

4.Posté par ché le 07/09/2012 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si Yaya Jammeh est responsable de la condamnation a mort des senegalais en Gambie Macky Sall est responsable de l'emprisonnement de Cheikh bethio Thioune. Personnellement je crois a ni l'un ni l’autre. Mais je suis de tout coeur avec l'execution des condamnés a mort en gambie. Ca sert a rien de maintenir en prison des gens qui sont coupables d'homicide volontaire et continuer a les nourrir apres tout ce qu'ils ont fait a la société. 100 ANS de prison ne vaut pas la mort d'un homme.
il y a quelques semaines un honnête citoyen a été tué alors qu'il se promenait tranquillement avec sa femme enceinte. Que ceux qui pensent que ses agresseurs méritent la vie se mettent a la place de ses enfants.
Otez la vie a tout ce qui ont tué qu'il soient senegalais, gambiens, americains ou saoudiens on s'en branle.
S’agissant de Yaya Jammeh on est tous d'accord qu'il doit degager mais c'est pas aux senegalais d'en decider mais plutot aux gambiens. Depuis longtemps ce president a été une ordure pourtant nos lutteurs, nos chanteurs bref tout ce que le senegal a celebrités sont allés chanter les louanges de dictateur sanginaire. Aujourd'hui son pays execute des tueurs tout le monde se leve pour lui traiter de tous les noms d'oiseaux.
Il faut tuer tous qui ont commis des homicides volontaires que cela déplaise ou pas aux ''droit de l'ommistes'' ou pas.

5.Posté par djiby le 07/09/2012 23:40 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A l'heure ou la Senegambie est en peril, le Journaliste Mboup sort un article brossant le portrait de S.s.Bayo comme un agent de Jammeh, c delirant quand on sait que Mr Bayo est le petit fils de l'ancien ministre de Sir dawda Jawara, sherif Ceesay...

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image