leral.net | S'informer en temps réel

Crise Economique et Financière : A qui la Faute ? Par Abdoulaye SECK

« D’aucuns diront que la crise économique et financière est une crise du libéralisme ou simplement que c’est l’échec du libéralisme qui en est la principale cause »
Non, ce n’est pas la liberté qui est en cause dans la crise économique et financière mondiale comme voudraient le faire croire ceux qui ont toujours eu peur de son exercice effectif mais la façon dont elle est organisée. Cette distinction est essentielle pour ne pas tomber dans une critique facile mais aussi stérile d’une soi-disant tare originelle du libéralisme qui permettrait aux plus roublards de faire leur beurre sur le dos des autres. Car, ici, ce n’est pas le libéralisme qui est responsable de cette crise mais bien le capitalisme, c’est-à-dire le système économique qui organise la machine à produire de la richesse et qui, comme le prouve l’exemple chinois, n’a guère besoin du libéralisme pour exister. C’est de ce système que proviennent les dysfonctionnements qui ont été mis au jour et justement stigmatisés.


Rédigé par leral.net le Vendredi 9 Septembre 2011 à 23:28 | | 2 commentaire(s)|

Crise Economique et Financière : A qui la Faute ?   Par Abdoulaye SECK
Comme l’explique la philosophe Valérie Charolles dans son ouvrage « Le libéralisme contre le capitalisme », « Il est urgent de revenir aux fondements de la pensée libérale. Pour Adam Smith, le marché est le pendant de la démocratie. Il repose sur la reconnaissance de la liberté de chacun et de sa capacité à être partie prenante de la sphère économique : le travail, source de la richesse, est la valeur fondamentale. La concurrence, à ses yeux, sert à garantir que le mouvement du marché ne débouchera pas sur des positions de domination, mais permettra l’équilibre à long terme où les profits seront modérés et accessibles à tous. Trois notions sont donc fondamentales pour Smith : le travail, la concurrence et l’équilibre. » On le voit, on est loin des agissements qui ont conduit à la dérive financière actuelle du capitalisme qui n’est supportée que par les ultralibéraux. Et si ces notions fondamentales du libéralisme avaient été appliquées, nous n’en serions pas à débourser des centaines et des centaines de milliards pour renflouer des banquiers et des traders qui ont cru que notre argent était leur argent…
De même, tous les théoriciens sérieux du libéralisme, ont toujours affirmé que liberté sans responsabilité était une calamité. S’il y a liberté, il faut nécessairement la responsabilité. C’est ce qu’écrit très clairement un des théoriciens du libéralisme le moins régulé, Friedrich Von Hayek : « La liberté ne signifie pas seulement que l'individu a à la fois l'occasion et le poids du choix ; elle signifie aussi qu'il doit supporter les conséquences de ses actions et qu'il recevra estime ou blâme pour elles. La liberté et la responsabilité sont inséparables ».
Cette responsabilité est essentielle si l’on a en tête cette évidence que rappelle Montesquieu, « tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser ». La responsabilité de ses actes est donc là pour qu’il ne dépasse pas la frontière qui conduit à l’abus. Car l’irresponsabilité crée le désordre qui crée l’insécurité qui tue la liberté et qui provoque, par exemple, la crise d’aujourd’hui. Dès lors, Il faut que cette responsabilité ne demeure pas qu’un vœu pieu mais qu’elle soit organisée pour empêcher ceux qui pensent qu’elle n’est qu’un mot creux, sans signification et sans implication sur leurs actes, d’aller trop loin. John Locke dit que « là où il n’y a pas de loi, il n’y a pas de liberté ».
La norme doit donc être ce rempart, non seulement contre l’abus du pouvoir politique mais aussi contre l’abus du pouvoir économique.
On doit organiser la liberté politique et son corollaire, la liberté économique. Car, si cette dernière découle de la première, elle est surtout le système le moins mauvais pour produire de la richesse et non le cadre naturel quasi-métaphysique avec cette fameuse « main invisible » qui régulerait les marchés. Sans liberté d’entreprendre et sans récompense liée à cette liberté en cas de réussite, la plupart des entrepreneurs potentiels n’entreprendraient jamais. A cette réelle prise de risque doit correspondre une gratification en cas de réussite. Mais si l’on a le droit de réussir, on a aussi l’obligation d’être responsable de ce que l’on entreprend. Et là on se trouve au cœur des dysfonctionnements du capitalisme financier où la plupart de ceux qui entreprennent sur les marchés boursiers du monde sont totalement irresponsables dans tous les sens du terme notamment parce que les règles de régulation ne sont pas assez contraignantes et, pire, parce qu’elles ne sont pas appliquées. Irresponsables dans la manière de travailler, irresponsables de leurs actes, irresponsables vis-à-vis de l’argent des autres qu’ils utilisent. Et là se trouve la problématique. Car certains ultralibéraux qui confondent les marchés financiers avec la corne d’abondance couplée avec le loto continuent à affirmer que ce sont les règles de fonctionnement et de contrôle qui sont trop contraignantes au nom de la liberté et de l’efficacité. Pour eux, il faut une liberté totale au mépris de la responsabilité mais aussi de la morale car voilà bien d’un gros mot qu’ils n’aiment pas entendre préférant utiliser celui, moins exigent, de « éthique » que s’auto-imposeraient les acteurs du marché. On a malheureusement vu avec cette crise combien cette autorégulation et cette éthique étaient puissantes… Car, selon eux, tout doit être sacrifié au nom de l’efficacité. C’est une affirmation dangereuse car la morale doit être la borne de l’efficacité. Il n’est pas possible de faire n’importe quoi au nom de l’efficacité au risque d’ouvrir la boite de pandore de tous les abus dans tous les domaines. Et cette exigence morale dans notre monde irresponsable doit être traduite en réglementations c’est-à-dire, dans le cas qui nous occupe ici, en limitant les possibilités de faire n’importe quoi pour s’enrichir sur les marchés financiers et en prévoyant de vraies et fortes sanctions pour ceux qui les transgressent. Loin d’être liberticide comme le crient volontiers ceux qui justement s’enrichissent sur le dos des autres grâce à quelques tours de passe-passe (et non grâce à leur travail et leur intelligence) et leurs idéologues, elles permettent à la liberté de vivre pour tous. Faire n’importe quoi, ce n’est pas la liberté c’est le désordre. Et le désordre empêche toute activité. Seule la sécurité le permet. Voilà un discours que même ces ultralibéraux devraient entendre, eux pour qui la sécurité est la seule fonction légitime d’un Etat et l’ordre la seule façon d’apporter la confiance nécessaire au développement économique. Car le capitalisme est, au bout du compte, un outil de développement économique, c’est-à-dire un outil pour apporter le bien être aux sociétés qui l’utilisent et à ceux qui y vivent et non une fin en soi.
En conclusion, cette problématique relance en définitive la nécessité de réorganiser les marchés par une nouvelle appréhension de tous les risques et une supervision prudentielle plus rigoureuse sans quoi les cycles vont poursuivre et se ressembler au grand dam des gouvernants qui seront de plus en plus contestés. D’ailleurs les récents développements de la crise aux Etats-Unis ont rendu la réélection d’Obama quasi incertaine en 2012 alors qu’en Europe on risque d’assister à la dislocation des blocs économique comme l’UE.



1.Posté par au moins ca a la place des sujets steris le 10/09/2011 07:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais ne pourriez vous pas transposer cette necessaire responsbilte dans l' exercice de la lberte dans ce site aussi et dans les sites semlables qui, à cause justement leur irresponsabilte et de leur inconscience sont en train de foutrel le pays dans la merde:Vous ne nous servez chaque jour que negativité et contre valeur: pornographie, insulte aux hef religieux, calomnies et mensonge.

2.Posté par Laafa le 10/09/2011 10:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien dit au post 1. Nos journalistes sont irresponsables. La liberté de presse est devenue la liberté de mentir, de prier pour qu'il y ait un incendie pour pouvoir faire un reportage.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image