leral.net | S'informer en temps réel

Crise dans les Universités du Sénégal : Macky et Wade se rejettent la responsabilité par étudiants interposés

C’est la guerre des communiqués entre le pouvoir et l’opposition (le Pds) 24 heures après les sanglants affrontements entre étudiants et forces de l’ordre qui a occasionné des dizaines de blessés et des dégâts matériels considérables.


Rédigé par leral.net le Vendredi 23 Mai 2014 à 18:00 | | 4 commentaire(s)|

Crise dans les Universités du Sénégal : Macky et Wade se rejettent la responsabilité par étudiants interposés
Dans un document dont Leral a reçu copie, le Mouvement des élèves et étudiants républicain (Meer) "se désole d’une telle situation qui a des soubassements purement politiques". Et, Modou Fall, président de la coordination des Meer/locaux, d’indexer : "Ce marchand d’illusions qui se prend pour un messie. Cette personne mal intentionnée, en l’occurrence Me Abdoulaye Wade, tente de masquer ses actes ignobles et veut utiliser les étudiants comme armes de guerre oubliant que nous ne sommes pas des matières maniables". Mais, comme le dit un adage bien de chez nous "Tontu du forox", la réplique ne s’est pas fait attendre.

Le Mouvement des élèves et étudiants libéraux (Meel) dénonce la répression du gouvernement face à la violence qu’a connu ces derniers jours l’Université. Dans un communiqué repris par Le Quotidien, cette structure du Parti démocratique sénégalais écrit : « Macky et son gouvernement sont restés sourds face aux nombreux problèmes qui secouent l’enseignement supérieur. Aujourd’hui, l’Université est assise sur une bombe dormante caractérisée par des conditions de vie exécrables dont les maîtres-mots sont la promiscuité, l’angoisse et la frustration généralisée". Les élèves et étudiants libéraux accusent : "Les fonds destinés à payer les bourses ont été détournés pour le financement de la campagne en direction des Locales". Ainsi le Meel prévient : « Si cette situation perdure, nous allons tôt ou tard assister à un bain de sang ou pire, car on ne se laissera plus faire ; l’heure de la révolte a sonné".






Hebergeur d'image