leral.net | S'informer en temps réel

Crise foncière dans le terroir villageois Darou Alpha

A l'annonce de ce village Darou Alpha, l'on ne peut pas ne penser au vénérable saint homme, SERIGNE ALPHA THIOMBANE. Un érudit de l'islam qui a islamisé tout le terroir Ndut, depuis la frontière du Cayor jusqu'à la République Lébou (au Diander).


Rédigé par leral.net le Mercredi 15 Juin 2011 à 09:59 | | 0 commentaire(s)|

Crise foncière dans le terroir villageois Darou Alpha
Ce village ou si vous voulez cette contrée est aussi le terroir de paisibles paysans et éleveurs qui ont communié avec leurs frères de Mont Rolland. Dans la localité, sérères peuls et wolofs cohabitent merveilleusement dans la fraternité, la paix, le bonheur jusqu'au jour où une nouvelle venant de la Sous-Préfecture de Pambal est venue perturber la quiétude de ces braves gens.

QUE S'EST_IL PASSE?

Le 01/06/2010, le Sous-Préfet de la localité est venu annoncer comme un couperet qu'un petit-fils colon de 1910 aurait des terres immatriculées au domaine. En d'autres termes, ce petit fils de blanc aurait un TF dans nos terres, un TF datant de 1910 et qui couvrirait 824ha.

C'est sur ces terres que les populations de près de 11 villages ont, construit leurs habitations, viabilisé leurs champs, leurs vergers, en somme leur cadre de vie et ceci depuis l'aube des temps. Ces populations sont estimées à plus de 40000 âmes et vivent essentiellement d'agriculture et d'élevage. Une bonne frange de cette population connait aujourd'hui ce qu'on appelle l'exode rural vers les centres urbains de Dakar, Rufisque, Thiès, etc...Pour chercher fortune. Ce sont des jeunes filles et de garçons qui occupent les banlieues, les bidonvilles et grossissent les rangs des chômeurs et autres.

Cet état de de fait est dû aux années de sécheresses de 1973, mais également au manque de moyen de production.
Au moment où les pouvoirs publics se battent pour sortir la banlieue des eaux, pour lutter contre l'exode rural, l’analphabétisme, au moment où
l'Etat organise le retour des populations vers leurs terroirs un petit fils de colon et ses associés envisagent l'expropriation, la spoliation des
populations de leurs terres qu'elles ont aimées, travaillées. Ces terres sur lesquelles elles comptent pour aujourd'hui et pour les générations futures sont leurs ressources naturelles pour vivre.

Aujourd'hui l'exode rural n'est plus de mise par ce que les réalités de la ville les ont vomies. L'alternative qui s'offre à ces populations, c'est la GOANA initiée par le Président de la République. Tout le monde a vu l'intérêt de cette Grande Offensive. Depuis les années 2003 les pluies sont aux rendez-vous. Aujourd'hui on enregistre des retours vers la terre, vers le village où il fait bon vivre (téléphone, route bitumée, bonnes récoltes, eau, électricité).

Exproprier ou spolier ces populations et donner leurs terres à des privés d'ailleurs est la meilleure façon de torpiller les efforts de l' Etat en
matière de politique de plan REVA ou autre GOANA par ce que sans terres les populations resteront toujours ans les bidonvilles les pieds dans les eaux des inondations.

Les habitants de ces 11 villages réparties dans les communautés rurales de Notto G Diama et de Mont Rolland lancent un appel pathétique à Mr le Président de la République pour la préservation de leurs terres leur seule raison de vivre et l’octroi de matériels agricoles, de semences intrants en qualité et en quantité suffisante. En attendant ils doivent se tenir debout comme un seul homme et dire non à ce pillage de leurs ressources naturelles foncières.

Je voudrais terminer mes propos en évoquant l'intérêt pour les femmes acquises désormais à la cause de la parité en les invitant à s'allier à toutes les forces vives pour faire de leur accès à la terre une réalité. Cet intérêt ne rime pas avec cette tentative d'expropriation en faveur d'un petit fils de 1910. Dans un Etat soucieux de la prise en compte des préoccupations des femmes, on ne peut pas cautionner de telles pratiques.
C'est inacceptable.






Hebergeur d'image