leral.net | S'informer en temps réel

Crise « humanitaire » entre le Sénégal et la Gambie : Evitons de rééditer le drame humain de 1989, entre le Sénégal et la Mauritanie !

L’exécution de la sentence de mort de deux Sénégalais en Gambie, en violation de la Convention consulaire de Genève et des règles de bon voisinage, a jeté le froid dans les relations entre les deux pays. Depuis lors, la tonalité des discours d’indignation qui s’amplifie, comme une trainée de poudre, à la suite de l’interpellation publique des Autorités Gambiennes par le Chef de l’Etat du Sénégal, est en train d’attiser le feu entre ces deux pays.


Rédigé par leral.net le Vendredi 31 Août 2012 à 00:31 | | 11 commentaire(s)|

Crise « humanitaire » entre le Sénégal et la Gambie :  Evitons de rééditer le drame humain de 1989, entre le Sénégal et la Mauritanie !
Les va- t- en guerre, au Sénégal, reprennent du service dans tous les milieux, encouragés par les propos musclés et « guerriers » de nos organisations de Défense de Droits Humains à l’encontre du Président Gambien, et par les révélations irresponsables, à la limite de la décence, faites publiquement sur les plateaux de la Télévision nationale (RTS), par un ancien Ambassadeur du Sénégal en Gambie, sur les rapports « hostiles » que les Autorités Gambiennes auraient toujours entretenus avec le Sénégal.
Que s’est – il passé donc pour qu’on en arrive là ?
Trois Sénégalais ont été jugés à une sentence à mort, depuis 2007, par les Autorités judiciaires Gambiennes, que le Chef de l’Etat de ce pays est en train d’exécuter, après en avoir fait une annonce publique.
Où étaient donc les Autorités Sénégalaises de l’époque, et l’Ambassadeur du Sénégal en Gambie, qui, aujourd’hui, jette de l’huile au feu par des révélations fracassantes, quand il fallait défendre les droits de nos concitoyens lors de leur arrestation, leur détention, leur jugement et leur condamnation à la peine de mort ? Leur devoir n’était-il pas de veiller aux respects de leurs droits lors de leur incarcération, de faire en sorte qu’ils bénéficient d’un procès équitable, et une fois la sentence à mort prononcée, les aider à user de toutes les voies de recours pour faire la faire communier en une condamnation à vie, dans l’espoir de les faire gracier ultérieurement ?
Mais, pouvait – il en être ainsi, si au Sénégal même, les droits humains de nos compatriotes ne sont respectés ni en interpellation, ni en détention, ni en incarcération, et que nos concitoyens de la Diaspora sont traités par nos Ambassades et Consulats en « parias », s’ils ne sont pas victimes d’arnaques pour obtenir ou régulariser leurs documents nationaux ?
De même, où étaient nos organisations de Défense des Droits Humains durant tout le calvaire que vivaient nos concitoyens dans les geôles Gambiennes ? N’ont – elles pas, aussi, failli à leur devoir d’alerte et de sensibilisation des Sénégalais sur le sort de nos compatriotes dans le couloir de la mort en Gambie ? Que signifient donc les agitations fébriles de ces organisations et les révélations de cet ancien Ambassadeur, après que les Autorités Gambiennes aient commencé à exécuter leur décision de justice, et que le Président Macky Sall, qui vient d’hériter du dossier, les ait interpelées publiquement ?
C’est, sans aucun doute, dans le but de détériorer davantage les rapports entre le Sénégal et la Gambie, au prix d’une rupture diplomatique et « d’une situation de guerre » entre nos deux pays, avec tous les risques de violence entre nos deux peuples, et de déstabilisation de la sous- région.
Le grand perdant, dans une telle évolution, c’est sans conteste, le Sénégal et les Sénégalais, notamment nos compatriotes en Gambie, comme cela fut le cas avec la Mauritanie en 1989.
La Gambie et sa stabilité sont doublement vitales pour le Sénégal et les Sénégalais.
En effet, c’est le troisième pays de destination de nos exportations en Afrique, derrière le Mali et la République de Guinée, loin devant la Côte d’Ivoire et le Nigéria. Donc, ce serait suicidaire d’envenimer ses rapports avec les principaux destinataires des exportations pour un pays, qui a axé sa stratégie de croissance dans la promotion des celles-ci, et dans l’intégration sous - régionale.
De même, la Gambie est un élément stratégique pour le retour de la paix en Casamance, et pour la stabilité du Sénégal. Donc, toute déstabilisation de la Gambie dans laquelle notre pays aurait participé, aura des conséquences négatives incalculables sur l’intégrité de notre territoire national et sur la sécurité de nos populations, avec le risque grave de perte de nos conquêtes républicaines et démocratiques.
Ni la France, ni l’Union Européenne, ni les Etats Unis, n’ignorent ce que représente la Gambie pour le Sénégal, mais peuvent, pour des raisons de compétition géostratégique, en faire fi, et jouer à la surenchère dans notre crise « humanitaire » avec ce pays, alors qu’ils gardent le profil bas devant l’exécution des peines de mort en Irak et aux Etats Unis mêmes. D’ailleurs, OBAMA, la France et l’Union Européenne se taisent sur le sort du Sénégalais actuellement dans le couloir de la mort aux USA, mais affichent une fermeté sans faille contre le Chef de l’Etat Gambien, en exploitant, sans retenue, notre « crise humanitaire » avec ce pays !
Mais, des Républicains et des Démocrates Sénégalais, notamment dans les organisations de Défense des Droits Humains, doivent en prendre compte, pour conjurer les démons de la déstabilisation de notre sous-région, qu’on aurait tort de ne voir que chez les Islamistes radicaux.
Le tollé actuel, contre les Autorités Gambiennes, risque, par le climat d’hostilité qu’il cultive, d’éloigner les nouvelles Autorités Sénégalaises de la recherche, par des voies diplomatiques et des moyens de droit, une solution à la « crise humanitaire et de bon voisinage » entre nos deux pays.
D’autant plus, qu’à l’exception de la Sénégalaise mariée à un Gambien qui aurait commis sur lui un crime passionnel, les Sénégalais ignorent encore les délits que nos compatriotes auraient commis, pour leur valoir la peine de mort en Gambie. Tout est présenté comme si le Président de Gambie a fait la « chasse » aux Sénégalais, et en a exécuté deux, en attendant le troisième, après les avoir fait arrêter et juger sur ordre !
Cette désinformation nourrit et entretient la rumeur sur un « despote » sanguinaire, ennemi du Sénégal, qui règne en terreur en Gambie, que notre pays aurait intérêt à contribuer à son bannissement de la Communauté Ouest Africaine, et à le chasser du pouvoir !
Ce que l’Occident avait obtenu du Sénégal pour chasser KUKOÏ Samba Sagna du pouvoir en Gambie, l’on caresse, aujourd’hui, le rêve de le rééditer, malgré le risque évident, que cela comporte, de creuser davantage le fossé entre Gambiens et Sénégalais, et d’éloigner les perspectives de paix en Casamance, et de stabilité de la sous-région.
Loin de nous l’idée de cautionner les violations des droits et libertés du peuple Gambien, et les persécutions et autres vexations de Républicains et de Démocrates dans ce pays, du fait du régime du Président YAYAH Jammeh. Encore moins la peine de mort. Mais, malgré la solidarité qui nous incombe, ce sont, avant tout, les Républicains, et Démocrates Gambiens, notamment leurs organisations de Défense des Droits Humains, qui sont interpelés, face à l’autoritarisme du régime. D’ailleurs, comme leurs homologues Sénégalais, ces organisations ont brillé par leur manquement à leur devoir d’alerte de l’opinion, devant les condamnations à mort prononcées par la Justice Gambienne.
Il n’est donc pas du devoir du Sénégal de se substituer à eux, pour chasser le « despote » et restaurer « l’ordre républicain et démocratique ». Ce rôle de « gendarme démocratique » dans la sous-région ne sied guerre à notre pays, encore moins au peuple Sénégalais, qui compte des millions de ses ressortissants dans ces pays. Notre pays a été incité, par l’Occident, à le faire avec KUKOÏ, pour récolter ensuite une crise en Casamance, d’où l’on peine de sortir depuis plus de 30 ans !
Ce n’est donc pas un hasard, que les gesticulations de nos organisations de Défense des Droits Humains, se produisent dans un contexte, où de signaux forts d’une nouvelle de coopération fraternelle, sont donnés, par les nouvelles Autorités Sénégalaises, à leurs homologues Gambiens, qui y ont répondu positivement, en acceptant la construction du pont sur la Gambie, qui constitue un élément clef du retour à la paix en Casamance, et en acceptant l’invitation qui leur est faite, par le nouveau Chef de l’Etat du Sénégal, de participer pleinement au processus de paix.
La crise « humanitaire » qui est intervenue, entre temps, entre nos deux pays, est, aujourd’hui, outrageusement exploitée, pour renverser cette tendance à la décrispation des relations entre nos deux pays.
Il urge donc de mettre fin à cette surenchère et à cette indignation sélective, pour créer un climat qui permette aux nouvelles Autorités Sénégalaises, de gérer cette crise avec sérénité, dans les intérêts du Sénégal et des Sénégalais, notamment de nos compatriotes en Gambie, et dans le respect véritable des Droits Humains.
En fait, organiser une marche de protestation devant l’Ambassade de Gambie à Dakar pour cette « affaire », et s’abstenir d’en faire autant devant l’Ambassade des Etats Unis à Dakar, pour extraire le Sénégalais qui est, dans ce pays, dans le couloir de la mort, est révélateur d’une politique à deux vitesses de défense des Droits Humains des Sénégalais de la Diaspora.
Il est donc temps de mettre un terme au recours à la défense des Droits Humains et de la Démocratie, pour couvrir des objectifs politiques inavouables.
C’est le devoir de tous les patriotes, républicains et démocrates Sénégalais, notamment dans les organisations de Défense des Droits Humains, d’aider les nouvelles Autorités, dans cette douloureuse « crise humanitaire et de voisinage » entre le Sénégal et la Gambie, en développant une attitude responsable et empreinte de dignité.
Fait à Dakar le 30 Août 2012
Ibrahima Sène PIT/SENEGAL



1.Posté par so le 31/08/2012 07:56 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ne ns amerde pas et comparé ce ki est comparable. Le rapport entre le Sénégal et la Gambie n a rien à voir avec celui Mona avec les USA. Yaya n\\\\\\\'a jamais aide pr la paix. Il attise le conflit pr ses intérêt. Peux tu expliquer kon tué des gendarmes et

2.Posté par so le 31/08/2012 07:56 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ne ns amerde pas et comparé ce ki est comparable. Le rapport entre le Sénégal et la Gambie n a rien à voir avec celui Mona avec les USA. Yaya n\\\\\\\\\\\\\\''a jamais aide pr la paix. Il attise le conflit pr ses intérêt. Peux tu expliquer kon tué des gendarmes et

3.Posté par Le vrai le 31/08/2012 07:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mr Ndiaye, qu'attendez-vous pour quitter le Sénégal et aller vivre en Gambie; ce pays vital pour le Sénégal et dont le président n'est pas un despote. C'est honteux de votre part d'infliger des guillemets au mot despote en ce qui concerne Yaya Jammeh. Le niveau de Léche louniou doul toudeu té bir diko guéneu, sied parfois bien à ceux dont le seul honneur est l'espoir de se voir récompensé par les odieux qui dirigent l'Afrique.


Le vrai.

4.Posté par so le 31/08/2012 08:03 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On tue nos gendarmes et on se refugie en gambie. On coupe nos bois kon vend en gambie. On volé nos bétail kon vend en gambie. Nos échanges à 90% c de la contrebande. Le désenclavement de casamance ne doit pas passer par la gambie. Il urge k Yaya resp

5.Posté par so le 31/08/2012 08:08 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yaya à le devoir de respecter le sénégal. C le maslaha et le dialogue nafek qui retarde ce pays. Un pays doit sauvegarder ses intérêts. On avait combattu kokoi pr nos intérêts et c valable pr Yaya

6.Posté par NGAGNE le 31/08/2012 11:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le point de vue de Monsieur Sene est pertinent,il ne faut pas qu'on laisse nos émotions nous emporter.Il faut qu'on balaye d'abord devant notre porte .Il faut qu'on respecte la vie humaine chez nous avant de l'exiger chez les autresIl faut aller dans les commissariats de police pour voir comment nos concitoyens sont traités;Combien de Sénégalais sont morts durant cette décennie passée dans des lieux de prévention.Aller à Rebeuss et vous verrez l'enfer que vivent nos concitoyens qui sont en train d'expier leur faute .Les organiisations qui s'agitent se sont elles suffisamment engager dans la prise en charge de leurs droits

7.Posté par nio le 31/08/2012 15:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l'article ce grand Monsieur est tellement pertinent que tout le monde doit s'en inspirer pour la vie de tous les jours.Nous ne devons pas nous laisser emporter par notre colère.Il faut comprendre que la Gambie est un Etat souverain comme les US, comme la France comme tout autre Etat dans le monde.Essayons aussi de nous poser la question sur les faits qui sont reprochés à nos compatriotes pour subir cette exécution.S'ils sont auteurs des faits qui leur sont reprochés, leur sort me choque certe mais pas pour autant parce que la peine de mort n'est pas une exclusivité de Jameh.Mais s'ils sont innocents, leur exécution me poignarde et je demande dans ce cas à ce que Jameh soit rappelé à l'ordre.Cependant dans les deux cas, il faut que tout soit réglé sans qu'il ait embrasement entre nos deux pays.Médecin après la mort ne sert à rien, ils sont exécutés, que leurs âmes reposent en paix et Qu' ALLAH LE TOUT PUISSANT les accueille au paradis. Maintenant entre créer la confrontation de nos deux pays avec tout ce que cela comporte comme risques diplomatiques, humains socio-économiques et rappeler mr Jameh à l'ordre de manière diplomatique afin que cela ne se reproduise plus, moi je suis pour la deuxième option.

8.Posté par bra le 31/08/2012 22:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

etouffons le
il en sortira un nouveau president
sene mome ayoul si dara meme dansokho doukproposer quand on nomme ....

9.Posté par bra le 31/08/2012 22:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

etouffons le
il en sortira un nouveau president
sene mome ayoul si dara meme dansokho doukproposer quand on nomme ....

10.Posté par dad le 01/09/2012 00:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur votre contribution est pertinente. Qu'Allah vous accorde sa Miséricorde. J'ai le regret de constater que même le chef de l'état du Sénégal (que j'apprécie beaucoup pour sa sérénité) est emporté par ces va t'en guerre. Je dis stop. Le Sénégal est un pays de paix. Et nous défendrons cette paix. Pensez un peu aux victimes de ces criminels qui ne méritent pas un tel brouhaha en leur faveur. Ils ont eu ce qu'ils méritent. Je suis sûr que ceux qui s'agitent autour de la question y trouvent leur compte; ou ils étaient très jeune, ou même pas né en 1989 (évènement Sénégal-Mauritanie); ou ils ne savent pas ce qu'est la guerre (demandez au malien). Pensez au sénégalais vivant en Gambie. Vos agitations pourraient nuire à leurs intérêts et même en leur personne physique (exemple: incident survenu lors du match de football senegal gambie). Donc laissons ces organisations des droits des "criminels" crier. Qui est même Alioune TINE (défenseur des homosexuels; partisan d'un report des élections présidentiels pendant que les sénégalais aspiraient au changement de régime.....). Ne vous laissez pas contrôler par ce monsieur ainsi que ces acolytes qui ne cherchent que de l'argent. Si vous n'étes pas convaincu alors cherchez la confrontation vous verrez que ce n'est pas manger du Tiébou diéne!!! Ignorant que vous étes!!!

11.Posté par moulim le 01/09/2012 10:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l'acticle est interessent ; les gents ont tendence a oublier que c'est des centaine de millier de senegalais qui vivent gambie ; les gent s'apputoient sur les condamnes en oubliant les victimes la peine de mort doivent etre retabli au senegal ;n'en deplaise a alioune tine et copain ; c'est le seul moyen de reduire les crime odieux ;

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image