Leral.net | S'informer en temps réel



Crise malienne : le Groupe de contact appelle à la ‘’consolidation de l’ordre constitutionnel’’

le 10 Juillet 2012 à 21:31 | Lu 2372 fois

Les chefs d’Etat du Groupe de contact sur le Mali et le médiateur de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont souligné la nécessité d’une ‘’consolidation de l’ordre constitutionnel et de la continuité de l’Etat’’.


Crise malienne : le Groupe de contact appelle à la ‘’consolidation de l’ordre constitutionnel’’
Dakar, 10 juil (APS) - Les chefs d’Etat du Groupe de contact sur le Mali et le médiateur de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont souligné la nécessité d’une ‘’consolidation de l’ordre constitutionnel et de la continuité de l’Etat’’.

A l’invitation de Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, médiateur de la CEDEAO dans la crise malienne, la deuxième réunion du Groupe de contact pour le Mali s’est tenue récemment à Ouagadougou.

Dans un communiqué reçu à l’APS, mardi, le Groupe de contact la CEDEAO appuie le gouvernement de la République du Mali ‘’en vue d’organiser le retour au Mali du président de la République par
intérim, Dioncounda Traoré , et d’assurer sa protection et son intégrité physique’’.

Pour favoriser la stabilité politique et de créer les conditions propices à une sortie de crise apaisée, les chefs d’Etat membres du Groupe de contact ‘’soutiennent la demande des forces vives du Mali, y compris la classe politique et la société civile’’.

Ils les invitent à procéder à ‘’des consultations et à formuler au Président de la République par intérim des propositions en vue de la formation avant le 31 juillet 2012 d’un gouvernement d’union nationale chargé de la mise en ouvre d’une feuille de route de sortie de crise’’.

Le Groupe de contact a rappelé que ‘’l’intégrité territoriale et la souveraineté du Mali, ainsi que la laïcité de l’Etat et la liberté de religion sont non négociables’’.

Il a lancé un ‘’appel solennel’’ à l’ensemble des acteurs sociopolitiques maliens, y compris aux mouvements armés occupant abusivement le nord du pays, afin ‘’qu’ils privilégient le dialogue et ouvrent de concert pour préserver la cohésion sociale et l’unité nationale’’.

Concernant la protection des droits civils, économiques, sociaux et culturels, les chefs d’Etat ont rappelé au gouvernement malien, aux mouvements armés occupant le Nord du pays et à tous les autres acteurs sociopolitiques maliens ‘’leurs obligations de respecter et de faire respecter les droits humains et les libertés fondamentales, conformément à la Constitution malienne et aux instruments internationaux auxquels le Mali a souscrit’’.

Ils les invitent, ‘’instamment, à prendre les mesures nécessaires pour garantir l’accès des populations aux services sociaux de base, en particulier, l’éducation, la santé, l’eau et l’alimentation’’.

Les chefs d’Etat se disent ‘’très préoccupés’’ par la situation humanitaire tragique dans le nord du Mali et lancent ‘’un appel pressant à la Communauté Internationale, pour apporter une aide humanitaire d’urgence aux populations du nord du Mali et aux personnes déplacées ou réfugiées dans d’autres pays’’.

Le Groupe de contact a également lancé un ‘’appel pressant’’ à toutes les parties prenantes à la crise malienne pour un ‘’arrêt complet des hostilités avant le début du mois de Ramadan’’.

Les chefs d’Etat ont exhorté ‘’vivement’’ le gouvernement du Mali à ‘’adopter, avant la fin du mois de juillet 2012, une feuille de route de sortie de crise, en concertation avec le médiateur de la CEDEAO’’.

Ils ont réitéré la décision du 41-ème sommet de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO de déployer les forces en attente de la CEDEAO au Mali dans les meilleurs délais pour aider à la stabilisation des institutions et à la restauration de l’intégrité territoriale du Mali ainsi que la sécurisation du territoire.


SOURCE:OID/AD