leral.net | S'informer en temps réel

Crise scolaire: Le Grand Cadre menace de reprendre la grève "sous des formes plus dévastatrices"


Rédigé par leral.net le Jeudi 21 Mai 2015 à 08:56 | | 6 commentaire(s)|

Crise scolaire: Le Grand Cadre menace de reprendre la grève "sous des formes plus dévastatrices"
Les enseignants n’ont pas encore tourné la page des mouvements d’humeur. Ils n’excluent pas de perturber le système éducatif pour le second semestre. Hier, au cours d’une conférence de presse à laquelle a pris part un reporter de Grand Place, le Grand cadre des syndicats de l’enseignement (Gcse) s’est exprimé sur la «démarche totalement cavalière du ministre de l’Education nationale à propos du réaménagement anti-pédagogique».

A l’en croire, ce nouveau calendrier comporte beaucoup d’incohérences et de pièges pour les élèves. Pour cause, relève-t-il, « il a reporté la date de tous les examens à l’exception des épreuves physiques, comme si l’Education physique et sportive (Eps) n’est pas une discipline mais un simple jeu d’enfants. Les élèves de Terminales vont subir exceptionnellement l’épreuve anticipée de Philosophie du baccalauréat avant les compositions du second semestre qui devraient normalement leur servir de pré-test».

S’y ajoute que «les élèves des classes intermédiaires du Moyen et Secondaire débuteront leurs vacances 24 heures après la fin des compositions du second semestre, sans savoir leurs résultats». Leur coordonnateur Mamadou Lamine Dianté note que « les professeurs vont, dans le délai étroit d’une semaine, corriger les copies de compositions, calculer les moyennes, remplir les livrets scolaires et participer aux conseils de classes, puis aller aux jurys du baccalauréat.

Ce qui ouvre la voie à de longues périodes de contentieux à la rentrée prochaine, et tant pis pour les élèves en cas d’affectation de leurs professeurs et que le Bfem se fera en quatre jours ». Mieux, il indique que « dans le contexte des ponctions injustes et injustifiées des salaires, en cas de réaménagement, les enseignants paieraient doublement le prix de la grève qui n’a été qu’une revendication de restitution ».

«Si d’aventure la mauvaise volonté et les provocations du gouvernement se précisent, le Grand cadre se réserve le droit de reprendre la lutte sous des formes plus dévastatrices au second semestre», menacent-ils.







Hebergeur d'image