Leral.net | S'informer en temps réel



D'autres attentats sont à craindre "dans les jours qui viennent", selon Manuel Valls

le 16 Novembre 2015 à 14:04 | Lu 470 fois

La France va "vivre longtemps" avec la menace du terrorisme et doit se préparer à la possibilité de "nouvelles répliques" après les attentats de Paris, qui ont été "organisés, pensés, planifiés depuis la Syrie", a déclaré lundi Manuel Valls.


D'autres attentats sont à craindre "dans les jours qui viennent", selon Manuel Valls
"Nous allons vivre longtemps avec cette menace", et avec la possibilité de "nouvelles répliques" dans "les jours qui viennent, dans les semaines qui viennent", a déclaré le Premier ministre sur RTL.

"Cet attentat a été organisé, pensé, planifié depuis la Syrie", a affirmé le Premier ministre, qui a martelé que le gouvernement n'écartait "aucune solution" dans cette "guerre" contre le terrorisme.

Manuel Valls a affirmé que des opérations du groupe Etat islamique "se préparent encore, pas seulement contre la France, mais contre d'autres pays européens".

"Nous savons qu'il y a des opérations qui se préparaient et qui se préparent encore, pas seulement contre la France, mais contre d'autres pays européens", a dit Manuel Valls.

Il a appelé les Français à une "très grande vigilance", avertissant que le "comportement de chacun va se modifier par rapport à cette menace terroriste".

"J'invite chacun à la maîtrise, à la prudence et à la vigilance. Oui, le comportement de chacun va se modifier par rapport à cette menace terroriste", a-t-il dit.

"Cet acte de guerre, cette nouvelle guerre, car elle est évidemment en France pas une guerre conventionnelle, nous oblige à une attitude, à une hauteur de vue, à une mobilisation ... à une très vigilance, à une très grande maîtrise, à du sang-froid", a insisté le Premier ministre.

Les "terroristes" ont voulu s'attaquer "à la jeunesse", a affirmé Manuel Valls, évoquant "une génération Bataclan", en référence à la salle de concert où a été touché le plus grand nombre de victimes.

"Les terroristes, une nouvelle fois, ont voulu s'attaquer à la France, au peuple français, à la jeunesse. Beaucoup de jeunes sont morts, parlent. C'est justement au fond une génération Bataclan", a déclaré le Premier ministre sur RTL.

"Oui, on s'est attaqué à la France, parce que c'est un peuple libre et qui parle au monde à travers ses valeurs universelles", a-t-il poursuivi.

7sur7.be