leral.net | S'informer en temps réel

DELEGATION JUDICIAIRE APRES LE PLACEMENT SOUS MANDAT DE DEPOT DU DG : La Dic lâchée de nouveau à l’Association Education Santé

Le juge du deuxième Cabinet remet la Division des investigations criminelles (Dic) sur l’affaire de malversations présumées à l’Association « Education Santé ». À la suite du placement sous mandat de dépôt de l’administrateur directeur général, Sébastien Couanet, une délégation judiciaire vient de parvenir à la Dic pour non seulement approfondir les investigations, mais aussi traquer d’éventuels complices dans cette affaire rocambolesque.


Rédigé par leral.net le Jeudi 10 Mars 2011 à 00:28 | | 1 commentaire(s)|

DELEGATION JUDICIAIRE APRES LE PLACEMENT SOUS MANDAT DE DEPOT DU DG : La Dic lâchée de nouveau à l’Association Education Santé
Les pouvoirs des enquêteurs de la Division des investigations criminelles (Dic) viennent d’être élargis dans le cadre de l’affaire dite de malversations présumées à l’Association Education Santé que dirige Viviane Wade. En plus d’avoir été relancée après avoir bouclé son enquête, la Dic a reçu ordre d’approfondir ses investigations et de chercher d’éventuels complices de l’administrateur directeur général, Sébastien Couanet. À la suite de l’enquête déclenchée par une plainte de Viviane Wade, la Dic avait écroué le directeur général de l’Association, mis ensuite à la disposition du Parquet. Le Ministère public a ouvert une information judiciaire pour abus de confiance et tentative d’arnaque sous le couvert de l’Association, avant de saisir le juge du deuxième cabinet, Mactar Ndiaye.

« L’As » a appris que ce juge instructeur a fait une délégation judiciaire à la Dic, après avoir inculpé et placé sous mandat de dépôt à Rebeuss l’administrateur de la Fondation. Cette délégation judiciaire, en plus de relancer la Dic, va lui permettre de mener des investigations plus poussées dans cette affaire pour le moins rocambolesque. En plus d’un trou de 346 millions de F Cfa décelé par un audit du chef de l’audit interne, Mandy Moodley, l’administrateur de la Fondation avait approché Jean Claude Mimran, ainsi que le directeur général de la Compagnie sucrière sénégalaise (Css), André Froissard. Ce, sous prétexte qu’il voulait monter avec eux une opération de vente de pesticides pour renflouer les caisses de l’Association, en dehors des financements classiques. Or, la première dame, briefée par Mimran, jure n’avoir jamais donné cette instruction. Les investigations de la Dic avaient mis en cause deux Sociétés, dont l’une de droit suisse et sans doute, cette délégation judiciaire va permettre d’en savoir plus. Mais aussi et peut-être conduire à l’audition de personnes qui ont eu à recevoir des chèques signés Couanet.
Cheikh Mbacké GUISSE l'asquotidien



1.Posté par madiba le 18/04/2011 04:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toute cette histoire n'est que mascarade !
M. Couanet est puni pour avoir laisser tombé M. karim Wade qui était son amant ! Rien d'autre messieurs !! quelle triste affaire ! Voila ce qu'est le Sénégal de nos jours !!

Réveillez vous ! dormeurs !!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image