leral.net | S'informer en temps réel

DEMOCRATIE EN AFRIQUE : La nécessité d’un second souffle

Dans le concert des nations, bien des Etats ont su trouver des pas de danse dont la chorégraphie est en parfaite harmonie avec la musique en vogue qui rime avec démocratie. Nombre de pays africains peinent encore, après plus d’une vingtaine d’années, à adopter le pas idéal, préférant au rythme démocratique, certes beaucoup plus exigeant mais tout de même plus progressiste, le tango dont l’une des caractéristiques principales est la régression. Faisant un pas en avant, deux pas en arrière, le mouvement démocratique est en constant recul ou, dans le meilleur des cas, fait du surplace. Les espoirs prématurément étouffés rendent la situation encore plus alarmante et poussent certains à retomber dans l’afro-pessimisme.


Rédigé par leral.net le Jeudi 23 Février 2012 à 02:13 | | 0 commentaire(s)|

DEMOCRATIE EN AFRIQUE : La nécessité d’un second souffle
Le Sénégal et le Mali sont en la matière les deux exemples parfaits d’une désillusion aux conséquences non encore exhaustives mais qui s’annoncent assurément très fâcheuses. Ces deux pays sont le reflet d’une déception inattendue parce qu’intervenant après un admirable succès qui avait fini par faire d’eux des écoles qui recrutaient bien des adeptes. En plus de celle qui prévaut au Bénin, les démocraties malienne et sénégalaise n’avaient rien à envier à celles des pays anglophones africains dont certaines pâlissaient sûrement de jalousie devant les performances extraordinaires de pays situés dans une région où la boulimie du pouvoir est la chose la mieux partagée.

C’est d’ailleurs ce mauvais penchant pour un long règne à dévolution dynastique qui fait que le spectre d’une situation chaotique plane depuis un certain temps sur le pays de la Téranga. Tout semblait pourtant destiner ce pays à un avenir politique radieux. C’est alors que Me Abdoulaye Wade, grand juriste et éminent professeur d’université, opposant de longue date qui connaît la théorie de l’alternance démocratique sur le bout des doigts, décida d’écrire autrement, mais en pire, les pages de l’histoire du Sénégal. La négative métamorphose du président sénégalais traduit l’incapacité de l’homme politique à mettre en pratique ses connaissances théoriques en vue de concorder ses dires et ses faits.

L’image de l’intellectuel porteur de changement qu’il a donnée de sa personne en 2000, a été ternie par son incapacité à faire la distinction entre ce qu’il peut ou est en droit de faire et ce qu’il doit faire par décence politique ou morale. A l’opposé de Wade, Amadou Toumani Touré (ATT), chef de l’Etat malien, demeure le patriote et démocrate idéal que le Berceau de l’humanité n’a pas encore pu secréter en nombre suffisant. Les cordes de son arc n’ont eu de cesse de se multiplier depuis sa sage et responsable renonciation au pouvoir après son coup d’Etat pacifique et salutaire. La transition démocratique qu’il était en passe de réussir sans écueil, devait être le dernier acte qui viendrait consacrer son entrée triomphale au panthéon des grands. Mais une rébellion dont le requiem semblait pourtant avoir été célébré, vint troubler les favorables prévisions météo qui annonçaient pourtant un temps clément pour l’ex-Soudan français.

ATT est sans conteste un homme d’honneur, de parole et de paix. Il l’a du reste largement prouvé en privilégiant pendant longtemps la voie pacifique dans le règlement du conflit qui oppose les forces régulières au Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Toutefois, en tant que chef de la nation malienne, et au regard de la diversité des causes de la rébellion dont l’une a trait à la pauvreté de la région d’origine des rebelles, il ne saurait échapper aux critiques. Car, bien que leur marginalisation qu’ils dénoncent ne soit pas une raison suffisante pour prendre les armes et réclamer une partition du pays, les habitants du nord-Mali ont le droit d’exiger de leur gouvernement les ressources nécessaires à leur survie. La guerre qui se passe actuellement au Mali est donc aussi l’une des conséquences de l’échec de la gouvernance de ATT.

Les exemples malien et sénégalais révèlent ainsi la complexité de la gouvernance démocratique qui veut que l’on prenne en compte les aspects socioéconomiques du développement et l’ancrage de l’esprit et de la culture démocratiques. La régularité des scrutins ne suffit pas à garantir l’effectivité, la continuation et la stabilité démocratiques. Et loin d’être définitivement acquise du simple fait de l’existence d’institutions démocratiques, la démocratie africaine, comme celles des autres d’ailleurs, est un processus de longue haleine dont la fragilité, semblable à celle de l’œuf, exige que l’on en prenne constamment soin. Ni le Sénégal, ni le Mali n’avaient probablement imaginé ces scénarios catastrophiques qu’ils sont en train de vivre sans doute avec regret. Les autres pays, même ceux qui estiment ne pas être très loin du but, doivent se prémunir contre toute surprise désagréable en donnant un coup d’accélérateur à leur démocratie, quel que soit son niveau. Si les Etats africains veulent éviter d’emprunter des chemins à la fois longs et tortueux pour parvenir à un niveau acceptable, ils doivent s’inspirer dès maintenant des bons exemples, se détourner des mauvais et éviter surtout les erreurs déjà commises.

Les dirigeants africains doivent marcher dans les pas de certains de leurs prédécesseurs qui furent exemplaires et avoir pour ambition de servir de repères fiables à leurs successeurs. La vision qu’ils doivent avoir pour l’Afrique doit ressembler à celle suggérée par le président américain Barack Obama, qui consiste à préférer à l’apparition d’hommes forts, l’émergence d’institutions fortes. La démocratie africaine a impérativement besoin de ce second souffle.

« Le Pays »






Hebergeur d'image