leral.net | S'informer en temps réel

DES SIGNAUX FORTS ENVOYES PAR MACKY SALL

De nombreux actes ont été posés par le président en si peu de temps qu’ils traduisent éloquemment sa volonté de rompre non seulement avec les anciennes pratiques mais sa ferme détermination d’engager les sénégalais sur des consensus historiques autour de l’essentiel.


Rédigé par leral.net le Jeudi 2 Janvier 2014 à 17:57 | | 0 commentaire(s)|

DES SIGNAUX FORTS ENVOYES  PAR MACKY SALL
Le président Macky Sall n’a pas attendu les pressions de la rue ou les phases pré-électorales pour poser des actes forts. C’est cela la rupture par rapport aux anciennes pratiques des chefs d’état.
En d’autres termes, la logique qui l’anime n’est ni électoraliste ni opportuniste. Pour lui, l’intérêt supérieur de la nation passe avant toute autre préoccupation.
Les mesures touchant l’augmentation des salaires des fonctionnaires en agissant sur la diminution de la pression fiscale ; de même que la baisse des prix de certaines denrées alimentaires de grande consommation comme l’huile en fût, le riz, le sucre, ont été prises pour donner un signal fort dans sa politique visant à soulager les pères et mères de familles sur qui pèsent de nombreuses charges.
La décision de lutter contre l’extrême pauvreté qui touche des milliers de familles en zones urbaines, périurbaines et rurales, en instituant des bourses familiales tout en procédant au recensement des personnes les plus vénérables selon des critères rigoureux et non partisans, prouve si besoin en était encore, que l’objectif global d’amélioration des conditions de vie des populations est bien placé devant le prescripteur présidentiel.
25 000 familles vont recevoir 100 000 frs CFA dés cette année ; soit une enveloppe de deux milliards cinq cents millions de nos francs injectés dans cette opération de haute portée humanitaire et sociale jamais connue dans l’histoire politique du Sénégal.
Au total d’ici 5 ans, 100 000 familles vont bénéficier de l’ascenseur d’état pour sortir progressivement d’une pauvreté endémique que les Objectifs du Millénium pour le Développement-OMD peinaient à résoudre.
Avec ce programme conçu et pensé par le président qui est au fait des meilleures expériences dans le monde, l’Indice de Développement Humain à travers une bonne répartie de la croissance prend une toute autre tonalité pour les exclus des stratégies obsolètes de développement.
Il s’y ajoute le programme de Couverture Médicale Universelle-CMU, qui, dés sa phase de lancement, prend en charge gratuitement les enfants de moins de 05 ans.

En créant un Ministère de l’Aménagement du Territoire en Charge de la Restructuration des zones d’ inondations doté d’un plan décennal assez bien maîtrisé et qui a fait déjà ses preuves cette année, en plus des programmes de constructions de logements sociaux à grande échelle, le Chef de l’Etat indique clairement la voie à prendre pour rétablir les équilibres rompus.
C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre la survenue incontournable de l‘Acte 3 de la Décentralisation qui va encourager l’érection de pôles de croissance rurale à même de supporter les fondamentaux du Plan Sénégal Emergent qui va revitaliser et matérialiser substantiellement le programme Yonu Yokuté par divers actes concrets qui alimenteront sans cesse la claire vision du président Macky Sall.
Le contexte politique national semble plus favorable au dialogue pour réaliser des consensus patriotiques permettant de dépasser les querelles fratricides inutiles, dès lors que la justice fait son travail de manière indépendante dans l’affaire de la traque des biens mal acquis et sans immixtion de l’exécutif.
Bientôt les verdicts libérateurs vont tomber et les innocents retrouveront tous leurs droits civils et politiques. Le président aura l’honneur sauf, puisqu’il n’aura protégé personne ; pas même le fils de l’ex-président Wade. L’histoire retiendra que la volonté du peuple a été respectée, quelques soient les vicissitudes des procédures et organes judiciaires. En tout état de cause, les tribunaux correctionnels devront être renforcés pour instruire les dossiers concernant la traque des biens mal acquis. La réforme du système judiciaire devra tenir compte des difficultés rencontrées sur cette délicate question depuis le président Abdou Diouf.
Devant la plus grave crise de l’eau qu’a connue la capitale sénégalaise Dakar cette année, notre gouvernement a fait preuve de réactivité pour faire face, en prenant des mesures d’urgence dignes d’un plan ORSEC. Les populations, bien qu’éprouvées, ont su apprécier positivement le paquet d’actions pour conjurer la rupture dans la disponibilité et la distribution gratuite du précieux liquide. Sur ce sujet, l’opposition a préféré garder un profil très bas. C’est le lieu de renouveler toute la reconnaissance du peuple sénégalais à l’endroit de la France qui a porté à un degré plus considérable l’histoire de notre coopération dans des moments aussi critiques.
Nos forces armées et la solidarité nationale ont joué à plein régime, dés lors que le gouvernement en avait donné l’exemple par la prise en charge des factures d’eau, en rassurant ainsi les consommateurs. C’est devant les tragédies et les difficultés de cette nature qu’on reconnait la capacité managériale ou non des pouvoirs !
Au nom de la transparence et de la maitrise des dépenses publiques, le président a engagé un audit physique et biométrique qui a permis de réaliser

des économies substantielles sur le fichier de la fonction publique qu’il faut assainir davantage.
D’autres économies ont été faites sur les logements de fonction, sur les factures d’eau et d’électricité qui marquent une véritable rupture par rapport aux pratiques mafieuses antérieures.
Tous ses efforts vont porter leurs fruits sur l’amélioration de la vie de nos compatriotes, s’ils s’approprient la philosophie de notre politique qui est de gérer et de contrôler collectivement.
Sur le registre des enjeux des locales, il faut les aborder avec lucidité en intégrant tous les schémas politiques possibles ?
Pour nous Apéristes convaincus, les élections locales ne constituent pas une rampe de lancement pour les présidentielles légales de 2019 ou exceptionnelles de 2017. Donc, elles ne sont pas pour nous un prétexte de rupture avec des alliés de Benno Book Yakaar. Mais nous prendrons acte des positions exprimées ici et là et sans perdre cap.
Cela dit, notre parti, l’APR qui a une trajectoire peu ordinaire enrichissant de ce fait les sciences politiques, dispose cependant de suffisamment d’atouts et de personnes ressources internes comme externes pour remporter la plupart des collectivités locales sur l’ensemble du territoire national.
L’adhésion massive, y compris dans des milieux religieux, à l’Appel du Président Macky Sall pour un Rassemblement Autour de l’Essentiel, en est une parfaite illustration et une symbolique pour des alliances plus larges. La realpolitik nous impose des dépassements pour la mise en œuvre de notre programme qui constitue les fondamentaux du Plan Sénégal Emergent. C’est cela notre ambition nationale pour les dix (10) ans à venir ; et rien ni personne ne saura nous divertir dans cette patriotique œuvre pour l’avenir.
C’est pourquoi nous devrons non seulement travailler au renforcement de la structuration de notre parti, mais aussi en parfaite intelligence avec les compétences et forces sociales et religieuses disponibles dans nos quartiers et villages, dans toutes les localités en vue de l’érection des cellules de l’Alliance Pour la Majorité Présidentielle-AMP, garantes de nos succès futurs.
Notre parti est tout à fait à l’aise dans cette entreprise, puisqu’il n’a pas de contrainte idéologique, dés lors que les idéologies ont démontré leurs limites temporelles dans tous les pays du monde.
Les chantiers ouverts à Diamniado dans le cadre des préparatifs du prochain sommet de la Francophonie et de la déconcentration de la région de Dakar, le lancement des chantiers de Touba et de Tivaouane, l’ambitieux projet de l’autoroute à péage Thiès-Touba ,Thiès-Tivaoune , le programme de

modernisation pour une plus productivité et compétivité de l’agriculture ; le FONGIS et le FONGIP, de même que la rationalisation par la fusion de différentes structures intervenant dans le même secteur vont améliorer très sensiblement l’environnement entrepreneuriale et sociale.
Nous, jeunes cadres de l’APR, avons toutes les raisons d’y croire, car il s’agit avant de projets incubateurs d’emplois et de croissance.



Par Papa Malick Sow ING. Génie Civil
Prof. Maths au Lycée Malick Sy de Thiès et chargé de cours à l’IUT DE THIES
Département Génie Civil
Cadre de l’APR / Coordinateur de comité APR Médina Fall Thiès






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image