leral.net | S'informer en temps réel

DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS ET ESCROQUERIE : Le commissaire-priseur Mouhamadou M. Thiam envoyé en prison

Après s’être engagé dans une opération de vente de véhicules sous douane qui appartenaient à la Coopération allemande, le sieur Mouhamadou Moustapha Thiam a commis un acte qui l’a conduit en prison. Poursuivi pour le chef de détournement de deniers publics, il risque une peine de 2 ans avec sursis.


Rédigé par leral.net le Mercredi 28 Septembre 2011 à 18:37 | | 0 commentaire(s)|

DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS ET ESCROQUERIE : Le commissaire-priseur Mouhamadou M. Thiam envoyé en prison
Après un premier face-à-face avec ses poursuivants dont l’agence de coopération allemande Gtz, le commissaire-priseur Mouhamadou Moustapha Thiam, qui a son cabinet à Diourbel, était hier encore devant la barre du Tribunal correctionnel. Cette affaire qui était en instruction depuis février 2009, année où le prévenu a été arrêté et emprisonné, a été jugée hier et mise en délibéré au 11 octobre prochain.
À l’origine de son problème qui l’a conduit devant le tribunal, le sieur M. Thiam a déclaré qu’il était chargé de vendre pour le compte de Gtz un lot de véhicules. Une cession qui nécessitait d’abord une opération de dédouanement. Bénéficiant de la confiance de l’agence de coopération allemande, les véhicules lui sont ainsi confiés, à charge pour lui de les dédouaner, de trouver preneur et de remettre le produit de la vente à qui de droit.
Seulement, M. Thiam, au lieu de remettre l’argent aux Allemands et les clés des véhicules aux acquéreurs, a agi autrement. Il a utilisé l’argent à des fins personnelles, après avoir cédé les véhicules à d’autres clients. Un comportement qui lui a valu d’être poursuivi pour le délit de détournement de deniers publics, suite à la plainte de l’agence de coopération allemande et des acquéreurs bernés.
Il faut à ce propos rappeler que, suite à son arrestation, de bonnes volontés sont venues au secours du commissaire-priseur pour éponger toutes ses dettes. Estimant que les faits étaient avérés, le parquet a requis à son encontre une peine de deux ans assortie de sursis et une amende de 500 000 francs Cfa, malgré le désistement de la partie civile. Quant à la défense, elle a sollicité la clémence en soutenant que tous les plaignants s'étaient désistés.
Cette affaire sera vidée le 11 octobre prochain.
Youssoupha MINE
Le Populaire






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image