leral.net | S'informer en temps réel

DIOURBEL : Agé de 28 ans, un fils d’un émigré engrosse sa tante de 31 ans

Décidément la vie des émigrés du baol plus communément appelés « Modou – Modou » n'est pas de tout repos, et le vieux M.S. Gadiaga l'aura tardivement appris à ses dépens. En effet ce dernier qui venait de retourner au pays de l'oncle Sam après de courtes vacances de seulement deux mois et demi au pays de la « téranga », apprendra par téléphone que son unique fils, piqué par on ne sait quelle mouche a engrossé sa « gniarèèl » (deuxième femme) en son absence. Une affaire qui intervient juste trois ans après la célébration du mariage, de quoi alimenter les discussions et autres ragots dans le quartier périphérique de Médinatoul et ses environs.


Rédigé par leral.net le Samedi 10 Janvier 2009 à 04:03 | | 1 commentaire(s)|

DIOURBEL : Agé de 28 ans, un fils d’un émigré engrosse sa tante de 31 ans
24sn.com - L'histoire se passe à Médinatoul l'un des quatre grands quartiers que compte la commune de Diourbel. Agé de 63 hivernages et gagnant sa vie comme émigré aux Etats-Unis d'Amérique depuis maintenant 31 ans, notre vieux M.S Gadiaga est à vrai dire ce qu'on pourrait qualifier de père de famille exemplaire, car exempt de toute reproche. Malgré de très longues absences qui pouvaient durer parfois cinq, six, ou même parfois sept ans, ce « Modou – Modou » laobé faisait tout pour subvenir correctement aux besoins de sa petite famille restée dans le baol. Lors de son dernier séjour au Sénégal pour de courtes vacances, Mr Gadiaga qui, jusque-là s'était lié avec sa première femme A. Wagne (43 ans) pour le meilleur et pour le pire, tomba sous le charme d'une splendide « diskette malaw » Kh.S âgée alors de 29 saisons. Et malgré quelques réticences de parents et amis proches à cette union , pour une grande différence d'âge, notre « Modou – Modou » finit quand même par épouser cette dernière qu'il emmena sous son toit où il la laissa après une bonne semaine de nuit de noce. Mais une fois notre gars rentré au pays de l'oncle Sam, il ne restait dans sa cour que sa première femme, sa nouvelle dulcinée et son unique fils Jules « cobra », un jeune homme à la fleur de l'âge qui n'avait que la musique, les entraînements, et les sorties comme loisirs. Cependant au fur et mesure que Kh.S s'ennuyait de l'absence de son émigré de mari, par contre ses relations avec son beau-fils, gâté par la nature, devenait de plus en plus intimes. S'en suivit alors des escapades nocturnes autant dans la seule discothèque que compte la ville que dans les fast-food et autres lieux de détente ou de distractions. Mais voilà que l'inévitable se produisit : Kh.S tomba enceinte du jeune Jules « cobra » et tenta de mettre fin à ses jours avant d'être sauvé in extremis. Mis au courant de l'histoire depuis San Antonio (USA), le vieux M.S Gadiaga prit deux mesures rigoureuses. Il répudia sa nouvelle épouse à qui il demandait de ne rien emporter de sa maison. Et de son fils, il exigea de ce dernier qu'il quitte le domicile familial.

Gora KANE 24h Chrono




1.Posté par Eagle IV le 10/01/2009 22:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi sa "tante"? Le titre "Agé de 28 ans, un fils d’un émigré engrosse la deuxième épouse de son père " aurait été plus percutant, non?
La tante est par définition la soeur du père ou de la mère.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image