leral.net | S'informer en temps réel

DISPUTE AVEC MAMA MARONE À PARIS, KARIM WADE, RELATIONS AVEC LES AUTRE ARTISTES KINÉ LAM ASSÈNE SES VÉRITÉS

Elle fait partie des «old ladies» de la musique sénégalaise. Qu’à cela ne tienne, Kiné Lam est toujours à la page. Malgré le poids des 34 années passées dans la musique, la diva garde encore toute sa splendeur. Avec un nouvel album fraîchement lancé sur le marché sénégalais, elle entend disputer le hit-parade à la nouvelle vague de chanteuses, qu’elle ne redoute point. Dans l’intimité de son salon à l’Unité 25 des Parcelles Assainies, elle s’est volontiers prêtée à nos questions.

Article Par MARIA DOMINICA T. DIÉDHIOU, L'obsvervateur


Rédigé par leral.net le Mardi 23 Juin 2009 à 16:31 | | 0 commentaire(s)|

DISPUTE AVEC MAMA MARONE À PARIS, KARIM WADE, RELATIONS AVEC LES AUTRE ARTISTES KINÉ LAM ASSÈNE SES VÉRITÉS
Vous venez de mettre un nouvel opus sur le marché. Peut-on avoir une idée du contenu ?

L’album vient de sortir, il y a tout juste deux semaines. Il compte 13 titres et c’est le fruit de presque un an de travail. Je l’ai produit avec mes propres moyens, en misant sur le meilleur. C’est ainsi que j’ai tenu à y associer des musiciens assez talentueux de la trempe de Cheikh Tidiane Tall, Habib Faye, Lamine Faye, Papis Konaté et bien d’autres. En réalité, j’ai produit deux albums, le prochain aura 10 titres, je compte le sortir en fin Août.

Deux albums dans la même année, ne pensez-vous pas qu’il faut donner aux Sénégalais le temps d’apprécier le premier ?

Ce n’est pas pour rien que j’ai gelé le second. Je veux d’abord faire la promotion de celui qui est déjà sur le marché avant de sortir l’autre et je pense que d’ici septembre, les Sénégalais auront le temps de s’en imprégner.

Quels sont les thèmes développés dans l’actuel album ?

Je touche pratiquement à tout. J’y ai chanté le travail, les femmes, les hommes, l’amour, la bonté, le comportement en société, la reconnaissance, parmi tant d’autres.

Vous avez évoqué Cheikh Tidiane Tall avec qui vous aviez longtemps travaillé avant de vous séparer brusquement. Comment vous êtes-vous retrouvés ?

On ne s’est jamais quitté en réalité. C’est qu’à un moment donné, chacun a senti le besoin de voler de ses propres ailes. N’empêche que nous avons toujours gardé de très bonnes relations de paix et de confraternité. Nous n’avons jamais cessé de nous fréquenter. Il vient me voir et j’en fais autant. Donc, vous comprendrez qu’il n’a pas été difficile pour moi de le faire participer à la réalisation de mon nouvel album. Je l’ai appelé et il n’a pas hésité à me répondre favorablement. Il est venu avec beaucoup de plaisir et a donné de son temps pour la réussite du produit.

Votre carrière a connu un coup d’arrêt. Comment l’expliquez-vous ?

Cela faisait quatre ans que je n’avais pas sorti d’album, pour la bonne et simple raison que les moyens faisaient défaut. Vous savez que ce n’est pas facile ces temps-ci de rassembler 10 millions pour la confection d’un album. Je ne vous cacherai pas que j’ai rencontré d’énormes difficultés pour la réalisation de cet opus. Toutes mes économies y sont passées, mais j’ai quand même bénéficié du soutien de beaucoup de mes amis. Et par la grâce de Dieu, je m’en suis sortie. J’ai pu écouler une grande partie du produit. Il y a également le côté artistique qui intervient. Nous sommes des musiciens et nous n’avons pas le droit à l’erreur, donc il faut tout mettre en œuvre afin de donner le meilleur au public sénégalais et à nos fans qui sont partout dans le monde.

N’avez-vous pas l’impression d’être ravalée au rang de relique par la jeune génération de chanteuses de la trempe de Titi, Viviane et bien d’autres ?

C’est impossible ! On ne peut pas nous détrôner. Depuis 34 ans, nous sommes dans la musique, c’est seulement hier que les Titi et consorts sont arrivées. De plus, au Sénégal, nous sommes des millions d’habitants, à chacun le style musical qui lui convient. Il y a un nombre assez considérable de personnes qui aiment le genre de musique que nous faisons. Et si nous sommes toujours à la mode, c’est parce que tout simplement nous maîtrisons ce que nous faisons. Si la nouvelle vague de chanteuses a aujourd’hui une place dans la musique, c’est grâce à nous. Nous avons su imprimer notre marque et montrer la voix aux plus jeunes, que je félicite d’ailleurs. Je les exhorte à faire preuve de plus de courage.

Que pensez-vous de la pléthore d’artistes musiciens qui investissent aujourd’hui l’industrie musicale ?

De notre temps, avant de s’engager dans la musique, nous y réfléchissions par deux fois. Maintenant, je remarque qu’il y a beaucoup de chanteurs. Dans ce lot, il y a de grands talents tout comme il y en a qui n’ont rien à faire dans la musique. Le mieux serait d’apprendre la musique afin de pouvoir l’assimiler comme il le faut. Lorsque je démarrais ma carrière artistique, j’avais seulement 15 ans et je ne suis pas prête d’arrêter. J’ai donc fais de la musique mon métier et vous savez que l’on ne peut pas faire long feu dans un domaine dont on ne maîtrise pas les tenants et les aboutissants. La musique, c’est avant tout une passion en soi, mais cela ne veut pas pour autant dire qu’il faut obligatoirement en faire. Et c’est ce qui déprécie actuellement la musique.

Quel est votre avis sur le gaspillage constaté lors des cérémonies ?

Au Sénégal, nous avons nos us et coutumes. Nous les avons trouvés ici et ce n’est pas demain que cela va changer. Le Sénégalais est par essence très généreux, donc il est tout à fait normal que quelqu’un, qui baptise ou marie son enfant, organise une grande fête, invite ses amis pour partager sa joie avec lui. C’est un honneur pour lui de couvrir ses invités de présents, ce n’est pas pour autant du gaspillage. Toutefois, il y en a qui font carrément dans le gaspillage, et je ne cautionne pas cela.

Le bruit a couru récemment que pour de l’argent, vous vous êtes chamaillée avec une de vos amis commerçante, Mama Marone, alors qu’elle vous avez conviée au baptême de sa fille à Paris ?

La nouvelle m’a énormément surprise. D’ailleurs, je n’étais pas la seule, mon hôte l’était également, ainsi que tous les autres convives. El Hadj Mansour Mbaye, Daro Mbaye, Habib Faye en sont témoins, j’étais au cœur de l’organisation de la cérémonie. Mama Marone est une grande amie et jamais nous n’allons nous rabaisser à nous disputer pour quelque raison que ce soit. On a raconté que je me suis disputée avec elle à cause d’un problème d’argent, que je ne voulais pas qu’elle en donne à d’autres griottes. Bien au contraire, ces fameuses griottes m’affectionnent tellement qu’elles ont préparé un grand repas en mon honneur. Et j’ai été la première à leur offrir de l’argent, pour vous dire que tout ce qui a été dit à propos de ce baptême n’est que contrevérité, «walahi azim» (je le jure devant Dieu).

Il se susurre que Karim Wade vous a offert 8 millions et un billet pour aller à La Mecque...

Ce n’est pas vrai. Karim ne m’a jamais donné un billet pour La Mecque encore moins 8 millions.

Qu’est-ce qui vous lie donc à Karim, car on vous a vu chanter dans un de ses meetings lors des élections locales ?

J’ai des relations avec eux (Ndlr : les gens du pouvoir). S’ils organisent des manifestations, je ne me fais pas prier pour apporter ma partition. Toutefois, je n’ai jamais eu la chance de bénéficier de leurs largesses.

Peut-on dire que vous être proche du pouvoir ?

Les artistes ne peuvent pas être contre le pouvoir. Si les gens du pouvoir font appel à nous, nous sommes tenus de répondre présents. D’ailleurs, si un artiste est contre le pouvoir, ça veut dire qu’il est contre lui-même. Je compte beaucoup d’amis dans le pouvoir.

Si ceux de l’opposition faisaient appel à vous, est-ce que vous y répondriez avec le même engouement ?

Évidemment. Là également, je compte des amis.

Quelle est la nature de vos relations avec vos collègues artistes ?

Je m’entends à merveille avec tous les artistes, «amouniou ben kharma yalla» (je n’ai de contentieux avec personne). Ni avec la nouvelle génération, ni avec la mienne. Franchement, je les considère tous comme mes amis. Les plus jeunes me respectent et me voient comme une référence et je pense que je le leur rends bien.

Vos projets dans l’immédiat ?

Actuellement, je suis de plain-pied dans la promotion de mon album. J’ai prévu d’organiser une caravane, des podiums et des tournées à l’intérieur et hors du pays. Je m’apprête aussi à fêter mon anniversaire, ce sera au mois d’octobre, s’il plait à Dieu.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image