leral.net | S'informer en temps réel

[DOSSIER] Ces solutions pourraient réduire le nombre d'accidents au Sénégal

Face à la recrudescence des accidents routiers, DakarFlashNews propose quelques mesures contre ces derniers et sur contre l'indiscipline sur les routes, une seule solution : former les chauffeurs.
DakarFlashNews avait déjà émis cette idée et il la relance à la faveur de cet atroce accident qui n'aurait jamais dû avoir lieu et qui a emporté deux soeurs sur l'autoroute...


Rédigé par leral.net le Mercredi 24 Février 2016 à 13:51 | | 2 commentaire(s)|

Aux autorités en charge des destinées du pays d'en mesurer la portée et la pertinence, d'entamer les concertations, d'approfondir et voir les modalités de mise en oeuvre afin que l'on mette fin à ces tragédies en série.
1. Le métier de chauffeur d'un moyen de transport public (bus, taxi, véhicules de services et de fonction, camion, etc) doit être régulé et être exercé par des agents formés et "qualifiés". Le seul permis de conduire ne devrait plus suffire.
2. Cette formation peut se faire par des Associations de professionnels du secteur des transports dans des centres soutenus et accrédités par l'Etat ou alors par des établissements de formation professionnelle toujours spécialisés dans le secteur du transport. Toutes les langues du pays peuvent être utilisées pour dispenser les enseignements dans ces centres.
3. Hormis le code de la route et la conduite, les futurs chauffeurs "professionnels" suivront des modules de formation sur l'instruction civique (respect de l'Etat, de ses symboles, de ses représentants , respect de la vie et de la dignité humaines), sur le marketing (traitement et respect du client) sur le droit (respect des institutions, des lois, du code de la route, connaissance du code pénal)...et tout autre module qui sortirait les "chauffeurs" de ce je-m'en-foutisme absolu, en grande partie due à l'ignorance totale des règles de vie dans une société moderne.
4. Bien entendu, pour lancer une telle initiative, il faudra donner un délai (moratoire) de deux à trois ans pendant lequel tous les "chauffeurs" actuellement en activité se soumettraient "obligatoirement" à cette formation. Ceux qui ne le feront pas n'auront plus le droit de transporter des passagers dans un véhicule de transport en commun, une fois le délai déterminé arrivé à terme.
Si vous y croyez, merci de partager ou de coller sur votre mur afin que cette proposition parvienne aux oreilles de qui de droit. Oui, nous mourrons tous mais nous ne devons plus mourir bêtement.
A nous citoyens de pousser l'Etat à l'action. A l'Etat d'engager les négociations et d'approfondir et de murir l'idée pour sa mise en oeuvre.

La rédaction de Dakarflash.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image