Leral.net | S'informer en temps réel



Daech soupçonné d'utiliser des armes chimiques

le 14 Mars 2015 à 23:07 | Lu 638 fois

Daech soupçonné d'utiliser des armes chimiques

L'Etat Islamique aurait-il franchi un cran supplémentaire dans l'exercice de la violence ? Selon l'agence Reuters, le gouvernement de la région autonome du Kurdistan irakien dit avoir les preuves de l'utilisation par Daech d'armes chimiques, notamment du gaz de chlore.

Ces armes auraient été utilisées contre les combattants peshmergas, notamment via un assaut à la voiture piégée mené au mois de janvier dans le nord de l'Irak. Selon les analyses effectuées sur le véhicule et sur le sol, les taux élevés de chlore laissent "penser que le gaz a été utilisé sous la forme d'une arme", ont fait savoir les autorités kurdes par communiqué. "Le fait que l'EI s'appuie sur de telles tactiques montre qu'il a perdu l'initiative et recourt à des méthodes désespérées", ajoute par ailleurs le communiqué.

Par ailleurs, une vidéo confiée à la BBC par la gouvernement irakien, sur laquelle on peut voir s'échapper de la fumée orangée suite à l'explosion d'un engin, pourrait confirmer l'utilisation d'armes chimiques par Daech.

 

Selon des médecins et des témoins, les personnes exposées à ce gaz lors de récentes attaques en Irak ont développé des symptomes temporaires tels que vomissements et problèmes respiratoires.

Interdit depuis 1997

L'utilisation du gaz de chlore en contexte de guerre est interdite depuis la Convention des armes chimiques de 1997. Provocant des suffocations, les armes au gaz de chlore ont été utilisées lors de la Première guerre mondiale. Par ailleurs, les armées de Bachar-al Assad sont soupçonnées d'y avoir eu recours, notamment dans le nord de la Syrie au début de l'année 2014.

Le conseil national de sécurité de l'ONU a adopté une résolution pour condamner Damas à ce sujet au début du mois de mars. Ce faisant, la circulation de ce type d'armes dans la région est envisageable. Cependant, les jihadistes récupèrent principalement ce gaz de chlore dans les stations d'épuration, indique l'AFP.