leral.net | S'informer en temps réel

Dakar-Mbeubeuss-Dakar : « Mbalit-Dem-Dikk ! »


Rédigé par leral.net le Mercredi 27 Juillet 2016 à 08:58 | | 0 commentaire(s)|

Dakar-Mbeubeuss-Dakar : « Mbalit-Dem-Dikk ! »
Selon une enquête menée par « Le Témoin », les camions-bennes reviennent avec une partie des ordures qu’ils sont censés déverser à Mbeubeuss. A Dakar expliquent nos confrères, si la collecte et le stockage des ordures ménagères relèvent du domaine des pouvoirs publics, le traitement voire le tri demeure l’apanage des récupérateurs et autres recycleurs opérant dans la décharge de Mbeubeuss. Une activité d’autant plus rentable que plus de 2.000 tonnes de déchets sont produites quotidiennement par Dakar. Mais, si la plupart des camions-bennes chargés du ramassage et du transport de ces ordures ménagères déchargent effectivement leurs cargaisons à Mbeubeuss, il y en quelques-uns qui retournent avec beaucoup de déchets composés de vieux matelas, fûts métalliques, de ferraille, meubles, vélos et autres bidons en plastique revendus dans les « Parc-Lambaye » ou marchés des brocanteurs. D’où le surnom « Mbalit-Dem-Dikk » collé, selon le journal, à ces camions-bennes d’un genre particulier.

Toujours est-il que chaque jour, entre 10h et 11h, plusieurs camions-bennes, en provenance de Mbeubeuss, déversent des tonnes d’ordures ménagères chez les différents chiffonniers, brocanteurs et ferrailleurs installés le long de Tally-Diallo, une route située à Thiaroye-Gare et menant vers la décharge de Mbeubeuss. A en croire un notable de cette localité de la banlieue interrogé par « Le Témoin », la route est transformée en un véritable Mbeubeuss-bis du fait que les camions-bennes reviennent de Malika avec une partie des ordures pour les déverser sur le marché. « Aujourd’hui, plus de cinq camions ont reversé leurs déchets dans ce marché à puces. Pire, une dizaine de petits matelas en lambeaux et des bidons ont été largués en bordure de route avant que les commerçants ne viennent les récupérer avec leurs pousse-pousse. Je suis convaincu que ces matelas proviennent des hôpitaux puisqu’ils sont entachés de sang et de mercurochrome », a-t-il constaté devant son domicile. Dans les mêmes colonnes, Paul Mendy, secrétaire général des récupérateurs de Mbeubeuss, réfute la thèse du « Dem Dikk » et s’explique : « Nous sommes une association bien structurée. Nous avons un président, un secrétaire général ainsi de suite. Donc, en clair, ici, dans cet endroit de Mbeubeuss, durant tout le temps que nous sommes ici, nous n’avons jamais vu un camion ramener des ordures. Ici, on fait du recyclage des ordures dont les gens ont besoin. Regarde à l’autre bout, il y a pleins de bidons et d’autres matériels ! », dit-il au reporter du « Témoin » dépêché à Mbeubeuss.








Hebergeur d'image