leral.net | S'informer en temps réel

Dakar : peur dans la cité

On vient d’apprendre que la mairie de Sicap-Mermoz, dirigé par Barthélémy Dias, et le domicile d’Abdoulaye Bathily ont été attaqués par des nervis armés. Qui sont-ils ? Qui les envoie ? Les prochaines heures pourront édifiées sur ces questions. Mais une telle montée de la violence est certainement liée au vendredi de feu et de tous les dangers que s’apprêtent à vivre les Sénégalais. Alors que le Pds organise un meeting d’investiture du candidat Wade sur la Vdn, le M23 a décidé de tenir un congrès le même jour à la place de l’Obélisque pour appeler encore au départ du président Wade. La tension est au maximale et depuis les années de braise de 1988, jamais le Sénégal n’avait ressenti autant de périls au dessus de sa tête. Ce vendredi 23 décembre, le monde entier aura les yeux rivés sur le Sénégal parce que deux camps, le pouvoir et l’opposition, ont prévu de s’arc-bouter sur leurs prérogatives. Au risque de plonger le pays dans le chaos ? Les signes avant-coureurs de cette tension est déjà notée avec les règlements de compte verbaux, le décollage des affiches de certains candidats dans Dakar et les intimidations de la Dic. Le dernier fait majeur : des nervis sillonneraient Dakar à la recherche d’opposants à mater. Peur sur la ville ? La question n’est pas forte puisque la nervosité a gagné depuis quelques jours les différents camps.


Rédigé par leral.net le Vendredi 23 Décembre 2011 à 02:42 | | 0 commentaire(s)|

Dakar : peur dans la cité
Pourquoi s’attaquer à des leaders de l’opposition ? Les choix portés sur Barthélémy Dias et Abdoulaye Bathily ne seraient pas fortuits puisque ces deux personnalités de l’opposition seraient très engagées dans la préparation du congrès du M23 de demain. D’après nos sources, des responsables libéraux ont été briefés sur le risque populaire du rassemblement de l’opposition demain sur la place de l’Obélisque. Si le camp au pouvoir est sûr de réussir sa mobilisation de demain sur la Vdn, à coups de moyens inconsidérés, le M23 s’est aussi mis dans la tête de faire sortir tous les Sénégalais dans la rue. D’un côté, on risque de voir des militants acheminés dans des cars Ndiaga Ndiaye et de l’autre des citoyens venus de leur propre chef. Mais, pas que cela puisque les partis d’opposition réunis autour du M23 ont été priés de rameuter leurs militants comme le fait le parti au pouvoir. Ce vendredi 23 décembre risque de voir deux camps s’affronter pour la bataille des chiffres. Mais, en attendant, les nerfs s’échauffent pour gagner le pari de l’intimidation. Comment comprendre alors toutes ces menaces ?

xamle.net






Hebergeur d'image