leral.net | S'informer en temps réel

De Waar-Wi à la nouvelle fronde au sein du Pds : Fada, une si… longue histoire de rébellion

Libération nous retrace le portrait de Modou Diagne Fada. Le président du Groupe parlementaire des Libéraux et Démocrates n’est pas à son premier coup en initiant une fronde pour aller dans le sens de refonder le Parti démocratique sénégalais (Pds). Souhaitant que ce parti meure vieux pour renaître jeune, l’enfant de Darou Moukhty vient encore de démontrer qu’il sait flirter avec la rébellion. Et, pour cause, contestant les investitures opérées par Macky Sall en préparation des législatives de 2007, il avait mis en place la coalition Waar-Wi. Au bout du compte, il avait réussi à obtenir 3 députés.


Rédigé par leral.net le Mercredi 3 Juin 2015 à 10:11 | | 1 commentaire(s)|

De Waar-Wi à la nouvelle fronde au sein du Pds : Fada, une si… longue histoire de rébellion
Du haut de ses quarante-six ans (46 ans), Modou Diagne Fada vient d’initier une fronde pour le remplacement de Me Abdoulaye Wade qui, malgré ses quatre-vingt-six ans, continue de trôner à la tête du Parti démocratique sénégalais (Pds). Une donne que l’enfant de Darou Moukhty, rebelle dans l’âme, veut changer. Ce, en brandissant les modalités qui devraient pousser l’ancien parti au pouvoir à mourir vieux pour renaître jeune. En effet, militant pour une véritable alternance générationnelle, le parlementaire « défie » son mentor qu’il considère encore et toujours comme un inspirateur. Mal vu par certains hauts responsables du Pds, pourtant Modou Diagne Fada a déjà prouvé son appartenance au monde de la rébellion lorsqu’il s’agit de défendre des principes politiques. Contestataires devant l’éternel, il apparaît comme un héritier du pape du Sopi, connu pour être un guerrier politique qui a donné des sueurs froides au régime du Président Diouf. L’on se souvient que l’actuel président du groupe parlementaire des libéraux au niveau de la douzième législature a été l’un des premiers responsables du Pds, au pouvoir, à dénoncer les méthodes mises en branle par Macky Sall, alors Premier ministre de Wade, chargé des investitures lors des législatives de 2007 et tête de liste de la coalition au pouvoir. Mécontent de l’attitude de ce dernier, il l’avait décrié avant de créer la liste de la coalition Waar-Wi. Loin d’être têtu, mais assez indomptable, ce rebelle n’était pas à son premier coup. Etudiant, il n’était jamais « désarmé ». Car, ayant occupé différents postes dans le syndicalisme étudiant à l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar où il a obtenu une Maîtrise en sciences naturelles en 1993 avant d’être exclus une année plus tard pour activisme syndical. Il a avait également été à l’origine d’une grève de la faim pour obtenir la libération de Me Wade, arrêté en février 1994 après une manifestation, organisée par l’opposition contre la dévaluation du franc Cfa, ayant entraîné la mort de six policiers. Pour rappel, c’est lui qui avait écarté Joseph Ndong, son principal challenger, du poste de Secrétaire général national de l’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl) en instituant la limite d’âge à 35 ans.






Hebergeur d'image