leral.net | S'informer en temps réel

De quel Sénégal parle Moussa Touré? (Abdoul Aziz Tall)


Rédigé par leral.net le Vendredi 13 Mars 2015 à 09:43 | | 9 commentaire(s)|

De quel Sénégal parle Moussa Touré? (Abdoul Aziz Tall)
Ils ont dû tomber à la renverse, ceux qui ont lu l’Interview parue dans un quotidien de la place, ce mardi 10 mars 2015, se demandant sans doute quelle mouche a bien pu piquer Monsieur Moussa Touré et de quel Sénégal parle le leader de « Jarin Sama Rew ». Pour notre part, grande a été notre surprise, en lisant ses propos dont la dureté n’a d’égale que l’impertinence et l’irrévérence, de la part d’un homme pour qui nous avons toujours eu respect et considération. D’abord en raison de sa position d’aîné -ce n’est pas pour rien que nous l’appelons affectueusement Grand- mais aussi, parce qu’il a eu à occuper des fonctions qui lui ont donné l’occasion de servir la République et la Nation, voire la sous-région et le continent.

Il est vrai, grande a été notre surprise, mais force est de constater que, depuis quelque temps, il s’illustre à travers des attaques sans fondement. Cependant celles portées à la plus haute institution de notre pays, mais aussi à toutes les autres, à la classe politique et la société civile, atteignent le paroxysme de la brutalité aveugle.

A l’en croire et je le cite : « Le pays est en danger…C’est un désert économique…Les tournées du Président de la République dans les régions sont une grosse escroquerie…Le problème que nous avons au Sénégal, c’est qu’aucune institution ne fonctionne. La présidence de la République est un ramassis de gens sortis de nulle part. Nombreux sont ceux qui n’ont aucune spécialité, aucune compétence, aucune expérience sérieuse… ». Et j’en passe.

Il convient, sans verser dans la polémique, de relever le caractère fallacieux et erroné des allégations contenues dans cette Interview qui relèvent plus de jugements de valeurs que de faits avérés.

Il n’est point besoin de s’appesantir outre mesure sur certaines de ces attaques outrancières, d’une cruauté inutile, mais contentons-nous juste de rappeler certains faits et gestes, fort heureusement bien connus et bien appréciés des Sénégalais et des partenaires techniques et financiers du Sénégal, pour démontrer que Monsieur TOURE l’a tout faux.

Répondant à une question relative aux tournées de Monsieur le Président de la République, il affirme: « non seulement ce n’est pas dans le sens de la rupture, mais j’ai le sentiment qu’on remonte aux pratiques des années 50 pendant les batailles politiques entre Senghor et Lamine Guèye. C’est un recul extraordinaire… »

Réécrivant l’histoire à l’aune de ses propres sentiments, Monsieur TOURE affiche ainsi une conception élitiste du pouvoir. Le Président Macky SALL n’a pas attendu d’être élu pour faire la connaissance du pays. Il a toujours été en contact avec les Sénégalais, par devoir et par conviction. Cette démarche cohérente s’est poursuivie, après son accession à la magistrature suprême. Porteur de sa vision et de son ambition pour le Sénégal, il a ainsi sillonné le territoire national, des centres urbains aux villages les plus éloignés, parcourant plus de 40 000 kilomètres de routes et de pistes, de la création de son parti à son élection.

Cette démarche de proximité, inclusive, participative, d’écoute, d’échanges et de partage avec les populations, traduit donc chez le Président Macky SALL une forte conviction. C’est dans cette optique qu’il convient d’inscrire ces tournées économiques, dont les retombées en termes de prise en charge des préoccupations des populations ne souffrent l’ombre d’un doute.

Monsieur TOURE se fait l’écho de certaines critiques par trop faciles, voire superficielles, consistant à parler de « promesses estimées à 2 500 milliards de francs CFA ». Pour avoir été Ministre du Budget, de l’Economie et des Finances, et Président de la Commission de l’UEMOA, Monsieur TOURE devrait savoir que l’exécution de certains projets et programmes s’étale sur plusieurs années, pouvant même dépasser la durée d’un mandat présidentiel.

Dans toutes les localités où il est passé dans le cadre de ses tournées économiques, le Président Macky SALL, s’imprègne in situ, à travers des foras, des réalités, de l’état des lieux, des projets et programmes en cours ou en gestation, décline et déroule sa feuille de route. Rien donc de fictif ou de virtuel. Que des chiffres réels et précis qui traduisent une ambition, une vision et une politique à hauteur d’hommes dont le cadre de référence est le Plan Sénégal Emergent (PSE).

Plutôt que de porter des appréciations subjectives, Monsieur TOURE était plutôt attendu sur le terrain de l’expertise, que nous lui reconnaissons, pour faire le bilan du Président WADE, afin d’apprécier en toute objectivité, l’action que mène le Président Macky SALL. Ce qui lui aurait permis d’apprécier à sa juste valeur et de mettre en évidence la portée de cette action, au regard du lourd héritage que lui a légué son prédécesseur.

Tout observateur averti peut constater l’ampleur des efforts consentis pour combler les immenses déficits, améliorer la production et la productivité dans tous les domaines, assurer un mieux-être aux Sénégalais, comme en témoignent les multiples initiatives dont les bénéficiaires, ne partagent certainement pas les appréciations de Monsieur TOURE.

Comment ne pas reconnaître la portée éminemment sociale des initiatives du Président Macky SALL, que sont la réduction des prix des denrées de première nécessité, la baisse des tarifs des loyers, de l’impôt sur le revenu, l’institution de la couverture maladie universelle (CMU), la baisse des prix du gaz et des hydrocarbures, l’octroi de bourses familiales et de financements aux femmes et aux jeunes, les décisions annoncées justement à la l’occasion de sa récente tournée économique à Ziguinchor, Kolda et Sédhiou, de subventionner le tarif prévu pour les rotations des navires Aguène, Diambogne et Aline Sitoe Diatta, à hauteur de 50%, en ce qui concerne la classe économique, désormais fixé avec 5.000 francs CFA, au lieu de 10.500, permettant ainsi de quitter Ziguinchor pour Dakar et vice-versa, avec un niveau optimal de confort et de sécurité. A cela s’ajoute sa décision de classer la Casamance en « Zone Touristique Spéciale d’Intérêt National», annonçant dans cette perspective son intention de faire voter une loi par laquelle, tout opérateur touristique qui s’y installera, sera exonéré de toutes charges fiscales et sociales pendant 10 ans.
Dire qu’il n’y a « plus d’école au Sénégal » et que « tout est bloqué en ce moment » n’est rien de moins qu’une affirmation gratuite. Nous déplorons que Monsieur TOURE en arrive à qualifier nos Honorables députés de « gens qui sont beaucoup plus préoccupés par leurs poches, leurs avantages, leurs intérêts » ou motivés par des « raisons bassement politiciennes ».

Quid de la classe politique ? Selon Monsieur TOURE « nous n’avons pas une classe politique sérieuse. Nous avons une classe politique où aussi bien les responsables que les membres sont uniquement préoccupés de leurs intérêts immédiats. » Et ces milliers de jeunes soucieux de gagner dignement leur vie en servant leur pays, que sont les agents pour la Sécurité de proximité ne sont à l’en croire qu’une « ribambelle de voyous recrutés sur des bases politiciennes…des militants, des redevables, des membres de famille… ». La Douane, les Impôts, le Trésor n’ont pas été épargnés par Monsieur TOURE qui considère que « les plus méritants » n’y sont pas promus.

Tel un éléphant dans un magasin de porcelaine, il détruit tout sur son passage, s’érige en donneur de leçons, évoquant les valeurs, les principes et la morale, dont lui seul semble être porteur.

Le Président Macky SALL porte une attention particulière au système éducatif, comme en témoigne la dynamique de concertation qu’il ne cesse de préconiser et d’encourager, dans l’optique de recherches de solutions justes et durables aux défis qui se posent dans ce domaine.

Une telle démarche n’est pas en contradiction avec la volonté de respecter une certaine équité. Aujourd’hui, on ne saurait occulter le fait qu’un peu plus de 100 000 fonctionnaires se partagent le tiers du budget de l’Etat. La volonté du Président Macky SALL est de préserver, voire de consolider les acquis, tout en s’investissant à satisfaire les attentes de tous les Sénégalais, sans exclusive. Et ce n’est pas par la parole, des mots, des professions de foi, mais par des actes, des initiatives, une ambition et une vision dont l’illustration éloquente est le Plan Sénégal Emergent (PSE), que les citoyens Sénégalais s’approprient et que les partenaires soutiennent de façon non équivoque. En témoignent les engagements des partenaires à nos côtés, dans la mise en œuvre du PSE.
Prétendre qu’aucune institution ne fonctionne dans ce pays, c’est à la limite faire offense aux Sénégalais et ceux en qui ils ont placé leur confiance pour gouverner et légiférer en leur nom. Comme s’en acquittent le Gouvernement et l’Assemblée nationale, contrairement à ce que tente de soutenir Monsieur TOURE.

Affirmer « que la Présidence de la République est un ramassis de gens sortis de nulle part» c’est manquer de respect à tous ceux qui au niveau de cette prestigieuse institution sont au service de leur pays, de par la confiance placée en eux par le Président de la République. La sagesse voudrait qu’on se garde de porter des jugements de valeurs sur son prochain.

Catégoriser les citoyens Sénégalais en « bons » et en « mauvais » et se ranger soi-même dans le premier groupe, est à la limite une attitude subjective et inadmissible. En tout cas, ce n’est conforme ni à nos croyances religieuses, ni à nos valeurs culturelles.
Comment peut-on qualifier de tels propos venant de quelqu’un qui, il y a trois ans, a voulu prétendre aux suffrages des Sénégalais pour accéder à la magistrature suprême, après avoir occupé de prestigieuses fonctions au niveau national et africain?
Le Président Macky SALL, qu’il considère comme le « maître de la parole » est plutôt celui de l’action. Réputé pour sa rigueur, son sérieux et sa compétence, il est, au quotidien, au service de son pays et de son peuple. Et personne ni rien ne pourrait le détourner de cette voie, la seule qui vaille pour un Sénégal émergent.

Abdoul Aziz TALL
Ministre auprès du Président de la
République en charge du Suivi du
Plan Sénégal Emergent






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image