leral.net | S'informer en temps réel

Décès de l’artiste comédien Souleymane Ndiaye: Adieu « Manioukh » !

Le Sénégal vient de perdre un très grand comédien en la personne de Souleymane Ndiaye. Plus connu sous son sobriquet de « Manioukh », qui lui est resté collé après une mémorable prestation, le disparu était un monstre sacré des planches sénégalaises, et en particulier du théâtre national Daniel Sorano dont il était un pensionnaire jusqu’à sa retraite. C’est pourquoi,s’il ya un fait qui nous a choqués après disparition, c’est le fait que ce géant du quatrième art sénégalais n’a pas reçu de la nation le grand hommage qu’il méritait. Aucun mot des autorités et une mort qui est passée presque inaperçue. Décidément, Grand Souleymane ne méritait pas cela.


Rédigé par leral.net le Dimanche 13 Avril 2014 à 15:04 | | 2 commentaire(s)|

Décès de l’artiste comédien Souleymane  Ndiaye: Adieu « Manioukh » !
Cet homme jovial et d’une rare disponibilité a consacré sa vie au théâtre. L’ami du dramaturge Alioune Badara Bèye a connu une fin difficile. Très malade depuis plus de trois ans, il n’a jamais reçu de soutien de la part des autorités. Heureusement qu’il a bénéficié de l’assistance des membres de sa famille ainsi que de celle, constante et précieuse, du président de l’Association des Ecrivains du Sénégal, M. Alioune Badara Bèye. Grâce à ces soutiens, « Manioukh » n’a pas eu besoin de recourir à ces « quêtes » honteuses et peu conformes à nos traditions de « kersa » (retenue) et de « soutoura »(discrétion) pour soigner son mal. En effet, c’est à la suite d’un AVC qui l’avait diminué physiquement que « Grand Souleymane », comme on l’appelle à Fass Mbao où il résidait — même s’il a grandi à Colobane —,a été cloué au lit. Pendant tout le temps qu’a duré sa maladie, il a supporté dignement l’épreuve sans gémir ni solliciter une quelconque aide. Ce qui ne signifie pas qu’il n’en avait pas besoin. Il est vraiment temps que l’Etat pense à ses valeureux fils qui ont tout donné pour l’art et qui, à la fin de leur vie, ne bénéficient même pas d’assistance médicale. Le cas de Souleymane Ndiaye nous interpelle à plus d’un titre. Comédien professionnel de grand talent, il a fait les beaux jours du Théâtre Sorano et de Zénith Art. Il a effectué de nombreuses tournées un peu partout à travers le monde pour représenter dignement son pays. Il a aussi joué dans de nombreux films et téléfilms. Après plus de deux décennies de présence sur la scène, celui qui a aussi beaucoup travaillé avec l’ONGEnda est parti comme il a vécu : dans le calme et la dignité. Repose en paix,« Grand Jules » ! Oui, Souleymane était grand par le talent et par l’esprit, c’est pourquoi nous le regretterons toujours car il ne nous fera plus rire...

Fadel Lo

Article paru dans « Le Témoin » N° 1160 –Hebdomadaire Sénégalais (AVRIL 2014)






Hebergeur d'image