leral.net | S'informer en temps réel

Déchirure entre Thérèse Faye-Thiaye Diaby : Au sommet de l’Apr, les hauts responsables choisissent leurs camps

La Convergence des jeunesses républicaines traverse à nouveau des moments de crise. Pour rappel, si l’Université républicaine était le principal point de discorde entre le coordonnateur national, Abdou Mbow et son adjoint, Birame Faye, cette fois-ci, c’est entre Thérèse Faye, Directrice de la Case des tout-petits et Thiaye Diaby, initiateur des «ndogous républicains». La source de la tension est ailleurs et n’est sous-tendue par rien d’autre que les prochains renouvellements. Entre ces deux jeunes responsables, ce n’est plus le parfait amour, ces derniers temps et la paix des braves n’est pas pour demain. Les prochains renouvellements augurent des appétits et la lutte a déjà débuté au sein des Jeunesses républicaines. Actusen.com dissèque, ici, les tenants et les aboutissants de cette guerre sans merci. Avec à la clé, deux camps composés de hauts responsables du Parti présidentiel soutenant chacun en ce qui le concerne un groupe de jeunes.


Rédigé par leral.net le Dimanche 16 Février 2014 à 10:42 | | 1 commentaire(s)|

Déchirure entre Thérèse Faye-Thiaye Diaby : Au sommet de l’Apr, les hauts responsables choisissent leurs camps
Loin des indiscrétions, des partisans de Thérèse Faye ont été récemment crédités d’avoir violenté Thiaye Diaby qui avait voulu occuper la salle de réunion de l’Alliance pour la République (Apr). Il y a de cela à peine une vingtaine de jours. Les faits se sont déroulés au Siège national de l’Apr. Et à l’origine des affrontements, l’occupation de la salle. De sources sures, Madame Ba, qui assure la gestion de celle-ci, a été dépassée par l’ampleur de la tension et avait du mal à canaliser les uns et les autres.

Conséquence de cette guéguerre, les lieux ont été saccagés et les tables, qui meublaient le décor, réduites en morceaux. Les jours se suivent et se ressemblent avec des réunions répétées au Siège du Parti présidentiel. Parfois, les deux camps convoquent leurs réunions aux mêmes heures et dans la même salle. Les Jeunesses républicaines ont du mal à comprendre la situation parce qu’elles reçoivent des messages des deux camps en même temps. Ce qui fait qu’elles ne savent même pas à qui répondre.

Actuellement, Thérèse Faye, qui a reçu l’appui du président Sall, mène, avec ses souteneurs, la tournée nationale dénommée «Fësseul yonou Yokkuté» (exhiber le véritable chemin du développement). Ce qui du reste n’est pas sans conséquences sur sa popularité et son encrage au niveau national. Elle est aussi en train d’activer ses réseaux dans le Parti pour se positionner. Sa proximité avec de hauts responsables de l’Apr, dont Mimy Touré,Moustapha Cissé Lô ,Mahmout Saleh, Mor Ngom, entre autres, n’est plus à démontrer . En outre, le Mouvement des étudiants, dont elle fut coordonnatrice, lui sert aussi de fer de lance, même si certains étudiants fustigent sa démarche.

Thiaye Diaby, l’enfant de Medina Ndiathbé, manœuvre aussi de son côté et regroupe derrière lui, en dehors de ses partisans, tous les jeunes frustrés .Il est proche de certains haut responsables de l’Apr dont leur soutien peut influer sur la balance. Ce qui est certain, c’est que dans la manifestation qu’il a eu à organiser au Cices, des responsables comme Abdoulaye Diouf Sarr, Mariama Sarr et Abdou MBow ont été aperçus. Récemment, lors du cocktail dinatoire qu’il a eu à tenir à Douta Seck, le ministre d’Etat Mbaye Ndiaye et Adama Faye, le frangin de la Première dame, en étaient les parrains.

Dans cette lutte sans merci, des souteneurs de Diaby avaient dit que « le feusseul yonou nandité » (une manière de critiquer la caravane de Thérèse), montre son véritable visage, petit à petit. Et ils qualifient cette caravane de fallacieuse vu son esprit. Car, pour eux, c’est une campagne déguisée. La réplique ne s’est pas fait attendre, parce que les amis de Thérèse Faye ont traité, de tous les noms d’oiseaux, leurs détracteurs.

Le sieur Diaby a tenu, lors d’une rencontre au Cices, des propos assez révélateurs du genre «nous avons besoin d’une jeunesse convaincue plutôt que d’une jeunesse vaincue». Sans pour autant oublier de dire que «s’il y a échec dans les structures du Parti c’est à cause de ceux qui vivent gracieusement de l’exploitation de la jeunesse». Ce qui prouve que la fin des hostilités n’est pas pour demain et la guerre risque de prendre des proportions inquiétantes.

Actusen.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image