leral.net | S'informer en temps réel

Décryptage : Appel du pied à Djibo Kâ, comment Macky compte déstabiliser l’opposition

Le clin d’œil de Macky Sall à Djibo Kâ, loin d’être un simple jeu de gains politiques immédiats, cache mal une volonté. Celle du premier en vue de casser le front en gestation autour de son principal concurrent, Idrissa Seck.


Rédigé par leral.net le Vendredi 12 Juin 2015 à 12:41 | | 14 commentaire(s)|

Décryptage : Appel du pied à Djibo Kâ, comment Macky compte déstabiliser l’opposition
« Diviser pour mieux régner ». Ce principe qui fait le pouvoir des grands hommes depuis l’Antiquité et que l’on attribue faussement à Machiavel alors qu’il l’a simplement repris du sénat de Rome, selon l’écrivain français Jean Rochette, le Président Macky Sall le fait sien. En marge de l’inauguration du nouveau siège de la Sonatel, le Président Macky Sall a fait, hier, ouvertement un clin d’œil au leader du Renouveau, Djibo Kâ. Un appel du pied à Djibo Kâ, un des membres fondateurs du Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr), mais également du front en gestation autour de Idrissa Seck et qui cherche à le « dégager » en 2017. Par cet appel de phare, Walfadjiri indique dans sa livraison du jour que le chef de l’Etat veut casser la dynamique unitaire de l’opposition. « Je suis heureux de constater votre présence, je sais que présentement vous faites partie de l’opposition, mais je viendrais vous voir, car nous avons besoin de vous pour l’avancement du pays », a-t-il dit au Secrétaire général de l’Urd. Et pour donner plus de crédit à son invite, il promet de se rendre personnellement au domicile de Djibo Kâ.

Ce que Macky Sall sait, c’est qu’une opposition unie peut lui causer des soucis. Surtout en cas de second tour à la prochaine Présidentielle. Macky Sall, n’est pas sans savoir que sa coalition prend eau de toutes parts et plus proche. Alors, pour parer à toute éventualité, il cherche à disloquer et casser le noyau dur qui s’est formé autour du Pds, le principal parti d’opposition. Et ce n’est pas un hasard si le Président Sall a jeté son dévolu sur le fondateur de l’Urd qui est moins radical parmi tous les leaders du Fpdr. Certes, il ne draine plus les foules, comme à la création de l’Urd en 1997-1998, mais il peut être d’un grand apport politique. D’abord, en tant qu’ancien socialiste et ennemi juré du secrétaire général du Ps qui l’a « chassé » du parti, il serait un allié de taille pour le chef de l’Etat, en cas de bataille avec les socialistes qui ont déjà leur candidat en 2017.

Ensuite, tout montre que, depuis peu, le patron de l’Apr travaille à se créer une nouvelle majorité. Laquelle comprendra, outre ses alliés de la première heure, quelques leaders de masses comme Modou Kara ou Cheikh Béthio Thioune.

Enfin, Macky est bien placé pour savoir qu’une alliance Djibo-Idy est plus virtuelle que réelle. En effet, si Djibo n’a pu intégrer le gouvernement de Wade, en 2003, après sa fameuse démission-reconduction, c’est la faute à Idy. Ce dernier, lui reprochant sa « tortuosité », n’en voulait pas dans son gouvernement au point qu’il lui proposera, après consultation, un poste qu’il jugea « ridicule ». C’est avec Macky Sall, comme Premier ministre, que Djibo Kâ retrouvera toute sa place avec un ministère taillé sur mesure : « l’Economie maritime ».






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image