leral.net | S'informer en temps réel

Décryptage Leral-Revue de presse : Ahmad Aïdara et Mamadou Mouhamed Ndiaye, Ces « crieurs publics », stars de la bande FM


Rédigé par leral.net le Mercredi 26 Octobre 2016 à 19:01 | | 17 commentaire(s)|


 
En plus de deux émissions Teuss et Xalass, très suivies le matin, Ahmad Aïdara et Mohammed Ndiaye ont révolutionné le genre de la revue de presse des journaux, pourtant enclenchée par Pape Alé Niang à Sud FM. Aujourd’hui, Ahmad Aïdara et Mamadou Mouhamaed Ndiaye sont devenus les stars de la bande FM qui ont explosé les audiences respectives de la Zik FM et de la RFM. Ces « crieurs publics » du matin sont devenus les vedettes des médiats sénégalais par la force des choses, presque, des leaders d’opinions pouvant orienter l’opinion publique. C'est pourquoi Leral.net vous propose de faire la revue de presse de Ahmad Aïdara et de Mamadou Mohammed Ndiaye.
 
 
 
Pape Alé Niang, le pionnier
 
La revue de presse est un devenue comme un café matinal, on ne peut pas s’en passer. La revue de presse des deux spécialistes du show verbal est comme un baromètre du jour pour les politiques, les violeurs, les voleurs de deniers publics. Quand ton nom atterrit dans la revue de presse d’Ahmad Aïdara et de Mouhamadou Mohammed Ndiaye, si c’est du bien, tu va avoir du buzz et c’est du mal, tu vas le regretter.
 
On connaissait les revues de presque tranquilles du doyen Baba Diop (Sud Fm) et d’autres calquées sur les standards journalistiques consacrés. Mais, c’est Pape Alé Niang, avec son fameux «bisimileu» à Sud Fm, qui avait jeté les bases d’une révolution de la revue de presse, pas comme les autres qui n’existe qu’au Sénégal avec Ahmad Aïdara et Mamadou Mouhammed Ndiaye (RFM Zik FM).
 
La revue de presse est devenue la rubrique préférée des taximan, des ménagères, des marchands de Colobane, Tilène en passant par Sandaga. Ahmad Aïdara et Mamadou Mouhammadou Ndiaye suscitent même des craintes de la part de certains DG d’entreprises ou encore certains ministres et politiciens qui craignent qu’à travers une information pas trop orthodoxe que tout soit amplifiée et que la souris devienne éléphant.
 
Si Lamine Samba excellait aussi dans ce domaine quand il était à walf, il n’en demeure pas moins qu’Ahmad Aïdara et Mouhamadou Mouhammed Ndiaye ont élevé le niveau de ce genre journalistique hybride et demeurent plus que jamais les stars incontestées de la revue de presse.
 
Aujourd’hui que Pape Alé Niang est occupé à faire d’autres émissions, Ahmad Aidara a profité de cette brêche pour presque inventer un autre genre journalistique. La revue de presse d’Ahmad Aïdara, on l’aime ou on ne l’aime pas, mais, ça accroche. Sa voix gutturale puissante avec de petits effets spéciaux sonores font l’incandescence de la revue de presse de Zik FM qui reste une référence aujourd’hui dans le paysage médiatique sénégalais.
 
C’est sur ce même registre que Mamadou Mohamed Ndiaye est apparu pour grignoter du terrain avec sa part d’originalité. Récemment, Ndoye Bane quand il était allé à Touba, a enregistré un garçon qui imitait à la perfection de la revue de presse de Mamadou Mouhammed Ndiaye avec en toile de fond l’anecdote de Karim Wade qui avait arrêté la grève de la faim, suite à l’injonction du Khalif général des mourides, via Serigne Bass Abdou Khadre Mbacké. Même Mouhammed Ndiaye était surpris d’écouter cette bande sonore où il était imité magistralement.
 
En définitive, en plus d’être stars de la bande FM, Ahmad Aïdara et Mouhammaed voient aussi leur revue de presse, sans image, être projetée à la télé que ce soit à la TFM soit la Sen Tv.

En plus de cette aura, Ahmad Aïdara et Mamadou Mohammed Ndiaye ont la chance d’avoir deux vitrines d’émissions Teuss et Xalass qui sont, en quelque sorte, un prolongement de leur spécifictié journalistique et d’animateurs qui font qu’ils sont devenus, en un laps de temps, plus célèbres que beaucoup de grands journalistes confirmés au Sénégal.
 
Les Dérives de la revue de presse
 
Toutefois, cette forme de vedettariat médiatique, pour e pas dire starmania, peut être parfois, la cause de quelques dérives ou de « déformation» exagérée avec un iatus entre ce que le journaliste a écrit et ce que Ahmad Aïdara et Mamadou Mouhammed Ndiaye ont « crié » à la revue de presse, jusqu’à, parfois, faire peur… tellement le buzz peut êre grand surtout quand il s’agit de scandale politique, fait divers ou tout simplement d’affaire de mœurs. Dernièrement, Thione Ballago Seck a porté plainte contre le journaliste Mamadou Mouhamed Ndiaye.
 
«Suite à ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire de l’inculpation de Wally Seck, de graves accusations et interprétations tendancieuses ont été portées à l’intention du grand public. Une manière insidieuse d’enfoncer un peu plus le mis en cause, mais surtout de dénigrer et de calomnier sans retenue toute la famille de Thione Seck».
 
Avant d’ajouter «pour ne pas laisser passer une telle forfaiture que rien ne justifie le leader du Raam Daan qui s’est senti visé par les commentaires de Mamadou Mouhamed Ndiaye qui a parlé d’une famille SIC ( tordue et malhonnête ) et du journal Libération qui parle «d’une famille d’escrocs», et en accord avec ses conseils, a décidé de porter plainte contre le journaliste  de la RFM et le Journal Libération. De graves dérapages ont pour seul but de livrer à la vindicte populaire et de condamner Wally avant de connaitre la suite qui sera réservée à cette action judiciaire».
 
A sa décharge, Mammadou Mouhammed Ndiaye avait dit attendre sereinement la plainte pour répondre devant les juridictions du pays. En tout cas, la revue de presse est telle qu’elle est. Incandescent, parfois cynique et même sans pudeur, mais, les gens aiment ça et elle a de beaux jours devant eux. La question est de savoir qui va réussir à détrôner Ahmad Aïdara et Mouhammadou Mohammed Ndiaye. Ce n’est pas demain la veille. Wait and see
 
Massène DIOP Leral.net






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image